Oui, il faut défendre François Fillon !

Oui, il faut défendre François Fillon !

François Fillon

Les « affaires » ont été mises en pâture : il n’est pas nécessaire d’y revenir. En attendant que la justice tranche, certains y verront une maladresse, d’autres des pratiques révolues d’un autre temps. Mais le débat est ailleurs. Rappelons cette vérité élémentaire : une affaire en est une parce qu’elle a tout simplement eu la grâce d’exister par le jeu des médias, puis par le relais du juge. À moins que ce soit l’inverse… Il n’existe pas d’affaire au sens naturel, mais des sujets complaisamment relayés par ceux qui jouissent d’une arme considérable. C’est précisément en raison de ces circonstances qu’il faut réfléchir sérieusement. L’indignation peut être un piège.

Primaire versus médias. Souvenez-vous : il y a quelques mois, les médias penchaient ostensiblement pour Alain Juppé, figure idéale face à un Sarkozy discrédité. Juppé avait l’avantage de rassurer et, surtout, de faire allégeance au système. Mais voilà. L’irruption de Fillon a créé une surprise. Cette candidature n’était ni prévue, ni appuyée par ceux qui font l’opinion (ou qui prétendent la créer). Pour le système, c’est un affront impardonnable. Malheureusement, le candidat élu en novembre 2016 avait une légitimité incontestable créée par le vote de millions de français. La victoire de Fillon est devenue un véritable casse-tête. Il n’y a alors qu’une seule solution possible : renverser la table en mettant en avant des turpitudes (réelles ou supposées) de Fillon. Quitte à faire mal et à s’ingérer dans une période intensément électorale. C’est ce qui a été fait par les deux numéros du Canard enchaîné. Il faut faire passer Fillon pour un menteur, pour un faussaire, pour un escroc.

Une affaire qui sort étrangement de l’oubli. On peut très bien affirmer que Fillon, a agi de façon choquante ou qu’il n’a guère fait preuve de prudence et de discernement dans des possibilités, a priori, légales. Laissons ces éléments à la conscience de l’intéressé et à la justice, même si nous ne pouvons être que circonspect sur sa soudaine et subite célérité dans le cas Fillon… Mais, encore une fois, répétons-le : ce n’est pas le véritable problème. Pourquoi ces affaires sortent à ce moment donné ? Pourquoi le déballage d’une certaine presse à trois mois du premier tour de la présidentielle ? Comme ça, juste après une désignation démocratique… S’il y avait eu des bruits sur ces emplois litigieux, pourquoi ne débouchent-ils sur une mobilisation de la justice qu’aujourd’hui ? En plein calendrier électoral. On se doute qu’il n’y a pas de hasard. La concomitance est tout, sauf fortuite. Hélas, elle a bien été calculée. L’onde de choc est clairement là pour le démontrer. On se doute aussi que de telles affaires ne peuvent que fragiliser une candidature aux présidentielles. Au passage, les médias n’ont guère eu la décence de s’interroger sur la concomitance de deux calendriers (politique et judiciaire/médiatique). La sagesse n’eût elle pas été de laisser au calendrier politique une provisoire préséance durant le temps de cette élection présidentielle ? La robe du procureur aurait dû s’effacer devant la toge du tribun politique. Hélas, cela n’a pas été le cas.

Le retrait de Fillon est la pire des solutions. Que répondre à ceux qui réclament le retrait de Fillon ? Non seulement cela ne lèvera aucun doute, mais ce serait donner aux médias et au juge judiciaire la charge de présélectionner les candidatures de la droite. Ce serait tout simplement créer un fâcheux précédent qui fragiliserait des personnalités libres et indépendantes. Il suffirait donc d’une affaire lâchée, tombant à un moment critique, pour déstabiliser un candidat. Ce qui a été le cas. Enfin, ce serait l’aveu d’une soumission médiatique à un système, dont on cherche en vain la légitimité politique. Les plans B – le pluriel est l’aveu d’une absence d’alternative cohérente unique – auraient volé en éclat, sans garantir au candidat de substitution la possibilité de gagner. La droite a perdu beaucoup de terrain en 40 ans. Elle en avait un peu retrouvé avec les primaires. Elle risquerait à nouveau d’en perdre avec cette génuflexion devant les médias. Je ne sais pas si la droite peut gagner: mais avec cette démarche visant à la démission de François Fillon, elle ne peut que perdre.

Pas de scénario idéal. Il y a des coups à prendre, des opprobres à assumer. Mais toute autre situation (retrait plus ou moins forcé de Fillon) aurait non seulement conduit à une catastrophe, mais à un échec certain. Il faut accepter la dureté du jeu politique : dans cette démarche de tenir coûte que coûte, il y n’y a que des coups à prendre. De amitiés seront brisées et beaucoup d’électeurs s’interrogeront. Mais le courage politique est d’aller jusqu’au bout en assumant ce contrat institué par les primaires. Et si la droite perd, ce sera au moins dans l’honneur. Sa force aura été de dire non à ces manipulations iniques de la vie moderne. Soutenir François Fillon, c’est aussi prendre ses distances avec la médiacratie qui nous gouverne et qui a même réussi à coloniser nos imaginaires.

Hubert Montmirail

Autres articles

30 Commentaires

  • Pascal , 13 Fév 2017 à 19:06 @ 19 h 06 min

    La cabale montée contre Fillon est certes injuste, indigne et antidémocratique. Mais un Fillon qui plaide pour « le message de l’islam » n’a pas à être défendu.

    http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion-francois-fillon-veut-que-francais-musulmans-expriment-leur-colere-contre-extremistes-442945.html

  • hermeneias , 13 Fév 2017 à 21:39 @ 21 h 39 min

    Euh Pascal essayez d’être cohérent jusqu’au bout et de comprendre que l’idéal est extrêmement rare en politique !
    La perfection et l’Absolu n’existent pas dans le domaine politique où règne le compromis et le relatif .
    Marine Lepen aussi essaye de pactiser avec l’islam et répète que l’islam n’est pas incompatible avec la culture française ! Ce en quoi elle MENT éhontément !
    Wilders au Pays_bas à le courage de dire les choses clairement , la Pologne et la Hongrie aussi .
    TRUMP est bien plus clair et net que FILLON et M LEPEN réunis ….Mais nous sommes en France , un pays profondément POURRI jusqu’au trognon pour cause de reniement et trahison et de haine de soi profonde .
    FILLON est , peut être , obligé de ruser . Dans cette France là il faut peut être mentir pour pouvoir être élu …..Ensuite on verra .

    Il reste que la tentative de faire exploser FILLON en vol par un coup prémédité impliquant politiques , médias , magistrats , est très inquiétante et profondément anti démocratique !
    Il faut faire échouer cette manoeuvre et les salopards qui sont derrière ….

  • BISTOUILLE POIROT , 13 Fév 2017 à 22:45 @ 22 h 45 min

    Nous pourrions également solliciter l’intervention de spécialistes qui ont eu l’occasion de tremper dans le même jus en faisant abstraction de son PH acide. Mr Cahuzac par exemple qui toute proportion gardée, déplace 15 millions d’€ en Suisse et s’exonère de leur imposition. Fillon, c’est un million d’€ seulement (pour le moment, suivant l’humeur du Canard !), soit 15 fois moins. Mr Fillon reste candidat. Mr Cahuzac, rappelez vous, mentait devant l’Assemblée Nationale et prétendait se présenter à la députation. Devrions-nous remettre en question sa condamnation ? Et pourquoi ne pas retirer le bracelet électronique que le député Sylvie Andrieux portait sous son pantalon sur les bancs de l’Assemblée du même nom. Alors que mon vote au référendum européen a été remis en question et que ma participation à la primaire de droite risque de suivre le même chemin sans l’espoir de récupérer mes 2 x 4 € ni de voir l’engagement qui m’a été demandé, méprisé et qui engageait également (et je vous le rappelle), ceux qui me le demandaient. Alors quoi ? Alors…JEAN CLAUDE MARTINEZ !
    Quoi? Marine aurait employé de assistants parlementaires qui bouderaient régulièrement Bruxelles ? Mais il ne fait aucun doute que leur présence “hologrammique” y est indiscutable étant donné qu’ils oeuvraient à Paris où 80 % des lois de l’Union Européenne doivent trouver leur application. Mes pauvres amis, il y a longtemps que la France est devenue la succursale de l’Europe. Allez, tout ce beau monde, fiché et au trou ou en Terre Adélie, comme le dit mon ami JEAN CLAUDE MARTINEZ, candidat à la présidence de la République.

  • Pascal , 14 Fév 2017 à 1:18 @ 1 h 18 min

    @ hermeneias

    Il est vrai que Marine est plus prudente sur l’islam depuis qu’elle a frôlé l’inéligibilité pour ses propos sur l’occupation mahométane. Mais je ne l’ai jamais entendue prononcer une chose aussi laudative que ce « message de l’islam » à la sauce Fillon.

    Oui, la manœuvre pour dégager Fillon de la deuxième place est inquiétante. Deuxième place très convoitée parce que considérée comme le ticket gagnant de la présidentielle. Ce n’est pas nouveau, en 2002 Chirac a employé les grands moyens pour que Pasqua retire sa candidature. Les menaces contre Pasqua ont été énormes et les ennuis judiciaires de Pasqua ont commencé à cette occasion et l’ont poursuivi très longtemps. Pour mémoire, aux européennes de 1999 la liste Pasqua/Villiers/Gallo devance le RPR. Une fois dégommée la candidature souverainiste de droite (Pasqua/Villiers), il ne restait plus qu’à dégommer la candidature souverainiste de gauche (Chevènement) à laquelle s’était rallié un nombre impressionnant de souverainistes de droite.

  • Alexandre34 , 14 Fév 2017 à 8:22 @ 8 h 22 min

    Il devient vraiment urgent de relire “L’esprit des lois” de Montesquieu. Tout y est dit…
    A moins de vouloir vivre dans une société totalitaire où tout fait l’objet de lois et de sanctions, il faut des dirigeant qui aient ce que Montesquieu appelle la “vertu”.

  • Charles , 14 Fév 2017 à 8:28 @ 8 h 28 min

    Quid de Henri de Castries assis juste derrière Pillon ???
    Castries qui est président au niveau mondial du groupe de Bildelberg.

  • Boutté , 14 Fév 2017 à 9:00 @ 9 h 00 min

    <>
    C’est le moment de rappeler ces belles et fortes paroles de La Roche Jacquelein .

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen