Écoutons Bachar

Je sais bien que Bachar el Assad est un des pires dictateurs de la terre, quelqu’un qui, sur l’échelle de Richter de la dictature, sur le tableau d’horreur des tyrans, se situe juste en dessous de Kim Jong-il, le Père Ubu coréen, très au dessus des frères Castro qui pourtant maintiennent le peuple cubain dans une étroite servitude depuis 1959, de Robert Mugabe, dictateur inamovible et calamiteux du Zimbabwe depuis 1987, d’Isaias Afwerki qui, depuis son accession au pouvoir en 1993, a transformé l’Erythrée en un vaste camp de concentration, de Denis Sassou N’Guesso qui, occupe sans interruption le pouvoir au Congo-Brazzaville depuis 1997 et vient juste d’être réélu président, dès le 1er tour, avec seulement 60, 39% des voix (sans que notre gouvernement semble particulièrement s’en émouvoir) ou de Mohammed ben Nayef, prince héritier de la très autocratique dynastie des Saoud, à qui le président Hollande n’a pas osé refusé la petite légion d’honneur qu’il lui réclamait.

Je sais tout cela mais j’ai cependant la faiblesse de penser qu’il ne serait pas sans intérêt de prêter un petit peu l’oreille à ce que ce vilain monsieur peut avoir à nous dire et qui, à première vue, ne semble pas dépourvu d’une certaine pertinence ni d’un certain bon sens. Les déclarations, dont j’extrais les propos qui vont suivre, ont été recueillies par le journaliste André Bercoff (au cours du long entretien accordé par Bachar à une délégation d’hommes politiques français menée par le député Mariani, laquelle vient tout juste de revenir de Damas) et publiées par lui dans Valeurs Actuelles n°4140.

Sur l’aide des Russes : « Les Russes ont fait en quelques mois cent fois plus que les Occidentaux en deux ans. Ceux-ci n’ont jamais bombardé l’essentiel, à savoir les puits de pétrole de Dae’ch et les camions citernes qui transportent l’or noir pour le vendre en Turquie ou ailleurs. En plus, la France et les autres considéraient Al-Nosra comme des islamistes modérés et pariaient sur ma disparition immédiate. Ils espéraient sans doute l’avènement d’une démocratie rythmée par Dae’ch et par Jaysh al-Islam. Belle perspective ! »

Sur les négociations de Genève : « J’ai bon espoir. Pour une fois, je pense que les Américains et les Russes sont décidés à parvenir à un accord. L’essentiel est que celui-ci se fasse avant l’échéance de l’élection présidentielle américaine, afin que le successeur d’Obama ne puisse pas modifier sensiblement ce qui aura été acquis. C’est une des raisons qui ont décidé Poutine à intervenir dans le conflit : il a compris que, s’il ne nous soutenait pas, l’Etat islamique allait non seulement s’emparer de la Syrie puis de l’Irak, mais se répandre au-delà avec, comme chacun sait, l’aide financière de l’Arabie Saoudite et opérationnelle de la Turquie, qui entraîne les djihadistes et assure leur libre circulation. »

Sur le rôle de l’Europe : « J’ai le regret de vous dire que, dans la présente négociation, l’Europe n’existe pas. En fait vous avez décrété l’embargo sur tout ce qui nous concerne, sauf sur les migrants. Comment ne pas comprendre que, pour des raisons de violence et de misère, des millions de gens veuillent fuir pour une vie meilleure ? Mais ne croyez-vous pas que, si vous nous aviez aidés beaucoup plus tôt à rétablir la paix et à réduire Dae’ch, ces gens seraient restés chez eux, dans leur pays ? Aujourd’hui, vous payez très cher cet accueil et encore plus cher ceux qui ont été formés en Syrie et retournent semer la terreur chez vous. Vous ne savez pas le nombre de djihadistes, barbus, en qamis, et enturbannés, que nous retrouvons dans les documents venus d’Europe, rasés de frais, en jean, intégrés, méconnaissables. La terreur est devenue un bon produit d’exportation. »

Sur l’avenir de la Syrie : « Nous commençons déjà à reconstruire dans les zones reconquises. Le travail est immense et nous avons de faibles moyens. […] Mais l’enjeu n’est pas qu’économique, tant s’en faut : laïcité et diversité sont les deux jambes sans lesquels la Syrie serait paralysée. Les chrétiens et notamment les Arméniens font partie intégrante de notre société et je souhaite ardemment que la Constitution permette qu’un chrétien devienne un jour président de la République. Même chose pour les Kurdes et toutes les autres minorités. C’est la seule alternative viable et je souhaite que l’Occident en prenne enfin conscience au lieu de soutenir l’Arabie Saoudite et le Qatar, ou ce fanatique borné d’Erdogan, en vérité tout juste bon à être imam dans une mosquée… »

Dommage que ce soit de la bouche même d’un monstre à qui l’on ne peut décemment pas se fier que tout cela sorte, car, au vu de l’évolution de la situation sur le terrain là-bas et ici, on serait pourtant bien tenté d’accorder quelque crédit à un tel discours…

Autres articles

16 Commentaires

  • tapautour , 13 Avr 2016 à 10:50 @ 10 h 50 min

    J’ai bien connu la Syrie, c’était nickel avant que les occidentaux ne viennent y foutre la merde sous des prétextes foireux droitsdelhommistes et autres !

  • von reisner , 13 Avr 2016 à 10:53 @ 10 h 53 min

    Erdogan… que nos crétins régnants veulent à toute force “intégrer” dans l’Europe.
    Mme Merckel est son sous-fifre Hollande auront à en répondre devant l’Histoire !

  • rose-poudré , 13 Avr 2016 à 15:08 @ 15 h 08 min

    L’histoire étant écrite par les vainqueurs il y a peu de chance que cela arrive…il nous reste à prier et à…fourbir nos armes…

  • paul.emic , 13 Avr 2016 à 18:18 @ 18 h 18 min

    Je doute que Bachar El Assad soit si haut dans l’échelle de la dictature sanglante, probablement le confondez voius avec son père.
    De toute façon il aura toujours fait moins de morts que les prétendus libérateurs et leurs alliés occidentaux

  • aramis , 13 Avr 2016 à 18:35 @ 18 h 35 min

    l’un des pires dictateurs de la terre….Ca et la suite suffise d’emblée a discrediter son auteur…N’importe quoi !

  • Boutté , 14 Avr 2016 à 7:47 @ 7 h 47 min

    Comment situer un dictateur sémite qui permet à son pays , jusqu’au jour où l’ Occident s’en mêle, de vivre en paix avec Israël et à toutes les religions de se côtoyer harmonieusement ?

  • champar , 14 Avr 2016 à 9:34 @ 9 h 34 min

    @ Pouchet

    L’ironie de votre présentation est excellente, elle n’est pas comprise par certains : Quand le sage montre la Lune, le sot regarde le doigt !

    Bachar el Assad et Poutine ont probablement sauvé la Syrie contre l’union de la Turquie, du califat islamique, de l’Arabie Séoudite et du Qatar. La France a regardé passer les trains comme les vaches au bord d’une voie ferrée en faisant meugler Fabius et en déposant de la bouse sur les voies.

    Si l’on reparlait de rendre le gouvernorat d’Alexandrette à la Syrie, province que le mandat français a abusivement détaché de la Syrie pour l’attribuer à la Turquie au mépris du droit …

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen