La dissidence est un devoir

Un billet de Christian Vanneste*

Dans Le Pouvoir des Sans-Pouvoir, Václav Havel écrivait dans la Tchécoslovaquie de 1978 : “Les dissidents sont des gens ordinaires avec des soucis ordinaires… Ils ne diffèrent des autres que parce qu’ils disent à voix haute ce que les autres ne peuvent ou n’osent pas dire.”

33 ans plus tard, c’est dans nos “démocraties” que s’impose le devoir de dissidence contre le terrorisme intellectuel du politiquement correct et de la pensée unique.

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Autres articles

9 Commentaires

  • Denis Merlin , 15 août 2012 @ 7 h 25 min

    @ Le nouveau croisé :

    Sans doute confondez-vous le fait et le droit. Nous nous battons pour le droit. Les croisés se croisaient à l’appel du Pape pour la liberté religieuse en Palestine.

    Si des gens sont féroces, nous devons nous battre pour que la férocité disparaisse avant tout en nous et au milieu de nous. C’est pourquoi nous ne pouvons être des dissidents.

    La doctrine sociale est donc plus actuelle que jamais et elle concerne tous les hommes et tout homme. C’est notre but, c’est notre idéal, comme ils étaient ceux des croisés. C’est la parole et non la violence qui conquerra le monde. Heureux les doux, qu’étaient les croisés (leur histoire est à réécrire).

  • xanpur , 16 août 2012 @ 8 h 47 min

    Apparemment, vous avez une vision angélique des croisades et vous vivez dans le même pays que Hollande, celui des bisounours.
    Nous sommes en guerre et la guerre ne se fait pas avec des fleurs et des paroles
    Il y va de l’avenir de notre civilisation.

Les commentaires sont fermés.