Éric Martin sur Beur FM à partir de 18h30 pour débattre du racisme anti-Blancs

Éric Martin, rédacteur en chef des Nouvelles de France, est invité à débattre sur le thème “Du racisme anti-Blancs à la haine de la France : fantasme ou déni de réalité ?”, dans l’émission “Forum Débat” présentée par Abdelkrim Branine sur Beur FM. Il aura face à lui Ahcen Meharga, de l’association Banlieue Plus, Leila Bouzidi, conseillère municipale d’opposition à Bobigny et cadre dans le secteur de la prévention spécialisée en Seine-Saint-Denis ainsi que M’Baireh Lisette, porte-parole du Parti des indigènes de la République. Le débat aura lieu de 18h30 à 20h. Il peut être écouté en direct à ces fréquences ou sur Internet.

Autres articles

5 Commentaires

  • Gérard , 13 novembre 2012 @ 19 h 10 min

    J’ai zappé ! Cette émission est un traquenard dans lequel Eric Martin se retrouve seul contre 10 millions de musulmans ….

  • Christophe HOREN , 13 novembre 2012 @ 20 h 09 min

    Félicitations à Eric Martin pour sa bonne prestation face à la meute de “l’anti-racisme”.

  • Richard , 14 novembre 2012 @ 9 h 40 min

    Il allé dans la cage aux lions, ce n’était pas équitable

  • Xanpur , 14 novembre 2012 @ 18 h 30 min

    Ce n’est plus du courage, c’est de la témérité.
    J’espère qu’au moins il était (lourdement) armé ?

  • JSG , 14 novembre 2012 @ 19 h 50 min

    Débattre, débattre de quoi grand Dieu, le racisme est un artifice dialectique inventé par des idéologues pour se rendre intelligent et trouver des raisons de monter les gens les uns contre les autres.
    Que ceux qui traitent les autres de racistes commencent déjà par admettre que porter un jugement définitif sur une posture est déjà une forme de ‘racisme’ ou de sectarisme -il n’y a pas de différence, sauf pour les faux-culs !
    La seule chose à faire à mon avis est de désamorcer le sens dévoyé donné à ce mot. Déjà entendre prononcer le mot racisme dans la bouche de ceux qui prétendent qu’ils n’y a qu’une race humaine, est déjà cocasse.
    Il n’y a jamais d’histoire avec les gens biens dans leur peau, ceux qui s’assument tels qu’ils sont, tels que Dieu les a fait, ceux là ne se plaignent jamais, et savent se faire aimer.
    Par contre la formation de groupes qui s’estiment différents, -ligues contre, associations contre, etc, contre ceci, contre celà ; et qui sont à l’affut du moindre mot, qui montent en épingle la moindre réflexion sur une spécificité du groupe, ceux-là sont des sectaires nuisibles au vivre ensemble. Ils ne sont là que pour revendiquer un groupe, un particularisme complexé, une haine sous jacente se dissimulant souvent derrière leurs arguments.
    Prenons l’élection d’un président américain métis, les blancs le considèrent comme noir -merci les journalistes qui sont les premiers à parler du président noir, alors que les noirs -ceux qui ne l’aiment pas- le considèrent comme blanc ! Qui est raciste dans ce cas et, est-ce du racisme ? Affubler un groupe de ce qualificatif est idiot.
    On pourrait aussi dire que les préceptes d’une religion remuante qui estime que ceux qui ne sont pas de chez eux sont des mécréants , ça aussi pourrait être interprété comme du racisme.
    Il n’y a pas de racisme il y a de la haine d’un groupe pour un autre.
    Est-ce que dénoncer un groupe comme fournissant une proportion majoritaire de délinquant est du racisme ou de la statistique ?
    Est-ce-que parler de jeune délinquant d’individus majeurs n’est-il pas déjà une forme de racisme par omission ?
    Ce mot est un poison, car il empêche tout échange, figeant les gens qui n’osent se parler de peur de la réaction de l’autre.
    Quand un imbécile considère qu’un Arabe est anti-sémite parce qu’il maltraite une Juif, c’est encore dévoyer le mot car les deux sont sémites ! Quand un journaleux de troisième zone prétend que s’en prendre à un groupe religieux est du racisme, c’est encore dévoyer le mot pour accentuer le malaise du vivre ensemble.
    La seule chose qui régit notre société, c’est le mal vivre ensemble, car des barrières ont été créées pour empêcher les groupes de se parler franchement sans haine ! Comme si, certains redoutaient que la compréhension reprenne le dessus.
    C’est pas gagné, pour faire la chasse aux c… il n’y aurait pas assez de cartouches.
    JSG

Les commentaires sont fermés.