Un autre monde

Tribune libre de Gilbert Collard*

Une transe psychologique paralyse les hommes d’aujourd’hui, la peur du qu’en dira-t-on ringardisant. La ringardisation est l’anathème moderne. Il faut s’en foutre comme du premier calembour de cour de récréation.

Cette technique de ringardisation est à l’œuvre dans la discussion sur le mariage pour tous, nouveau prêt à porter de la friperie institutionnelle. Si l’on n’est pas d’accord on est forcément homophobe, inéluctablement  inégalitaire, odieusement réactionnaire. On peut tout de même s’opposer à une loi sans avoir tous ces défauts et en respectant la vie des uns et des autres, au seul motif que chacun fait ce qu’il veut dès l’instant où il ne nuit pas à autrui.

Je suis pour les homosexuels et contre leur mariage. Voilà je l’ai dit et que pleuvent les coups sur ma tête coiffée d’une mitre pour seule casque.

Me voilà démodé comme Brassens qui chuintait français sous sa moustache stalinienne : « J’ai bien l’honneur de ne pas te demander ta main, n’apposons pas nos noms au bas d’un parchemin. »

On décrète « le mariage pour tous » au nom de « l’égalité totale » revendiquée par Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGTB. Et vive la révolution des dragées et des bombes glacées unisexes ! Il fallait bien trouver un cliché clivant dans l’arsenal de la langue de bois du droit pour fabriquer un slogan au service de la fausse bonne conscience politique ! Egalité de droit pour tous ! Tape-toi ça dans ta dialectique bourgeoise et  démodée ! Il importe peu que l’égalité exige que les termes soient égaux : un homme et un homme, une femme et une femme ne feront jamais un homme et une femme !

Dans l’institution du mariage, la loi, les traditions, les religions, reconnaissent depuis des millénaires pour le seul intérêt de l’enfant, la famille, c’est-à-dire un homme et une femme. On pourrait développer nombre d’arguments respectueux, je m’en tiendrai, pour faire comprendre allons vivre, à la cacophonie référentielle orchestrée par cette loi. Le changement, c’est maintenant… la « Genèse » rose des socialistes ! le bouleversement que nous.

“Idée de cadeau socialiste à faire à l’enfant: une boussole ! Il en aura besoin !!!”

L’univers sémantique de nos sentiments disparaît, les mots d’hier, chargés des émotions immémoriales, s’effacent à la demande d’une minorité qui les gomme au nom de sa vision personnelle du monde.

Adieu mon père et ma mère. Ces mots sont remplacés par les mots « parents » (art. 149) ou « eux » (art. 148) Heu ! Eux !

Adieu grand père et grand-mère. Les mots « aïeules » sont supprimés et remplacés par le seul masculin pluriel, « les aïeuls ».

Aux articles 183, 342-7,460, 462, 731, même le mot parent en prend un coup puisqu’il est remplacé par les mots « membres de la famille ».

À l’article 206 les mots « beau-père et belle-mère » sont remplacés par les mots « beaux-parents ». Enfin, et cela dit tout le de profundis, à l’article 399 les vieux mots « paternelle ou maternelle » s’en vont, honteux d’avoir existé…

À l’article 980, les mots « mari et femme » sont chassés au profit « des époux ». Plus de mari et femme !

Les fêtes des pères, des mères, vont disparaître, sans doute elles aussi, dans un souci d’égalité, au profit de la fête des parents !

Dans peu de temps on fêtera Noël. Dans la cheminée où brule l’autodafé des mots de nos enfances, de nos histoires, de nos références respectueuses descendra un personnage nouveau : le « parent Noël ».

Idée de cadeau socialiste à faire à l’enfant: une boussole ! Il en aura besoin !!!

*Gilbert Collard est avocat et député non-inscrit du Gard.

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • TIARD Martine , 14 novembre 2012 @ 12 h 29 min

    Bravo Gilbert Collard. J’adhère totalement à votre discours. Je vous suis depuis longtemps et j’apprécie votre “truculence” et votre “parole vraie”. Je ne suis d’aucun parti, je suis pour les hommes qui font ce qu’ils croient juste et qui disent ce qu’ils pensent. Je me trompe peut-être (peut-on être jamais sûr ?) mais je pense que, bien qu’avocat (donc ouvert aux “nuances” de la langue française et légale), vous réagissez quand même comme un homme vrai, un vrai FRANCAIS, un vrai patriote. Aujourd’hui, notre liberté, notre mode de vie, notre culture, nos valeurs de base sont bafoués par ceux-là même qui devraient les défendre. Et nous ne pouvons rien ! Nous, le peuple, “la France d’en-bas”, nous devons subir ce que ne connaissent pas nos dirigeants et nous n’avons personne pour nous écouter et nous défendre. Avec quelques journalistes que je lis et que j’apprécie, avec quelques écrivains ou essayistes ou polémistes, qui essaient de se faire entendre mais sont évincés inexorablement, vous êtes l’un de ceux auprès duquel j’aimerais pouvoir m’épancher et raconter notre vie de “tout petit”….. Je vais essayer de vous contacter sur votre site.
    En tout cas, même si vous n’êtes pas écouté à l’Assemblée, vous tenez votre place et nous vous en sommes reconnaissants, nous les petits Français qui ne valent plus rien.

  • Alienor , 14 novembre 2012 @ 13 h 08 min

    Bravo ! Tout est dit et extrêmement bien dit. Nous somme dans un pays totalitaire qui ne permet plus qu’à une minorité de s’exprimer. Les autres doivent se taire sous peine d’être taxés de ringards bourgeois homophobes n’ayant absolument rien compris à l’évolution des mœurs ! Et on ose encore parler de liberté démocratique ! Le pire des totalitarismes est celui qui s’exerce sous couvert de liberté ! Et ce n’est qu’un début…

  • Alienor , 14 novembre 2012 @ 13 h 17 min

    J’apprécie totalement votre réponse et je vous rejoins dans votre “ressenti”. Comme vous, je me sens bafouée dans mes valeurs et mon histoire. Je ressens la mépris de nos dirigeants contre le citoyen français qui est fier de son pays, de sa culture et qui subit chaque jour l’intolérance de la “doxa” bien-pensante.

  • JSG , 14 novembre 2012 @ 15 h 04 min

    Notre bon président bien normal persiste et signe, dans son discours fleuve à la Castro, encensé par ses béni-oui-oui il persiste avec son mariage pour tous !
    Mais, où a-t-il été élevé celui-là ! pour se croire obligé de se foutre de la majorité des citoyens, contrairement aux sondages dérigés.
    Après ces députés à la botte, qui depuis des lustres se foutent du peuple en votant des lois dont les gens ne veulent pas ! Tous ces irresponsables qui se moquent du vox populi !
    bref, ils vont finir par coller tous les gens dans la rue et ensuite ils feront les surpris !
    ça devient pire que l’ancien régime, car au moins, le monarque se disait de droit divin, ce qui était symbolique, plutôt que ces gens qui ne représentent que 20% de la population, après avoir dépensé des fortunes de l’argent public pour s’auto proclamer les meilleurs, les ceuces qu’on des idées -tu parles !-
    Beurk
    JSG

  • BUREAU , 14 novembre 2012 @ 17 h 25 min

    Bonjour,
    De plus, vous oubliez racistes et pauvres cons qui doivent payer pour tous ceux qui détruisent la France !!
    Cordialement

Les commentaires sont clôturés.