Les Français deviennent libéraux

Pour Nicolas Doze, ce jeudi sur BFM TV, les Français ne croient plus en l’État obèse providence, ils veulent une baisse de la dépense publique et la diminution des impôts.

L’opinion publique est en train de changer, explique-t-il, les Français comprennent que l’économie repartira avec l’innovation, la baisse de la dépense publique et une fiscalité moins lourde. Si le modèle français d’État providence marchait, ça se saurait et il n’y aurait pas en France 6 millions de chômeurs, 8 millions de pauvres, 3,2 millions de smicards et 2 millions de bénéficiaires du RSA.

Mais un pays où 57% du PIB part en dépense publique, qui produit plus de 100 lois tous les ans, où 1/3 du revenu des ménages part en prestations sociales et 47% du salaire brut en cotisations est un pays très très loin des libertés économiques…

Autres articles

14 Commentaires

  • altctlsupp , 13 novembre 2014 @ 14 h 46 min

    Bonjour,

    Encore du matraquage.

    C’est une honte de faire croire que la liberté économique des entreprises, y compris de faire n’importe quoi avec l’environnement et la vie des gens serait la liberté pour tous.

    Au contraire “le petit peuple” est en train d’être asservi comme jamais et ce au plan mondiale. Et oui ces entreprises qui se permettent maintenant de faire la morale à tout le monde alors que dans bien des cas, ils ont créer de nouveaux besoins et gaspillent toujours plus de ressources tout en polluant notre environnement. Et après, ils nous disent que c’est de notre faute. Oui, ils ont la capacité d’innovation, mais à quel prix, pour en plus nous faire ensuite culpabiliser. Et les médias ont une grosse responsabilité, ils emboîtent le pas comme des bœufs ou des moutons (choisissez votre bestiole).

    Personnellement, je culpabilise déjà d’avoir acheté des ordinateurs dans ma vie sans parler des mobiles (vu les dégats environnementaux que cela occasionne aussi bien pour le produire que pour le détruire).

    Mais pour se battre sur le plan intellectuel, il faut un minimum de moyen de nos jours face à ceux qui contrôle tout (l’intellect ne suffit pas de nos jours : il faut l’argent et le pouvoir le statut, et les moyens matériels, le “petit” peuple” ne disposent pas de tout cela hélas et ne pourra jamais en disposer car les castes se les réserves les plus grosses parts du gateaux comme toujours).

    C’est une honte de faire une propagande tel que le libéralisme qui est la plus grosse arnaque mondiale et qui sera l’outil du prochain génocide silencieux et planétaire pour quelques décennies ou siècles. Tous cela, pour le plus grand bonheur des élitistes de tous poils qui pensent après s’être mis à l’abri du besoin que seul les plus faible et les soit disant moins intelligents qu’eux doivent mourir. Je tiens à souligner que le nouvel ordre mondial n’est pas un paradis pour qui voudra faire du fric comme il veut. Les places seront déjà prises et pour très longtemps (c’est le grand retour des castes qui seront sans foi ni loi et il le sont déjà rassurez vous ).

    Ouvrez les yeux bon sang !

    A plus.

  • Kuing , 13 novembre 2014 @ 15 h 05 min

    Oui, c’est bien mieux un État obèse qui saignent les Français pour payer ses gabegies de dépenses publiques.
    Sans les entreprises, pas de richesse, pas d’emploi, pas de chocolat.

    “Personnellement, je culpabilise déjà d’avoir acheté des ordinateurs dans ma vie sans parler des mobiles ”

    Il n’est pas trop tard pour balancer votre ordinateur depuis lequel vous postez votre message, ce serait un plus pour l’humanité.

  • oliderid , 13 novembre 2014 @ 15 h 22 min

    “C’est une honte de faire croire que la liberté économique des entreprises, y compris de faire n’importe quoi avec l’environnement et la vie des gens serait la liberté pour tous. ”

    Les entreprises sont des personnes morales, c’est à dire des êtres imaginaires. Elles n’ont pas de conscience propre, donc incapables de choisir, donc incapable de liberté.

    Les entreprises sont composés d’être humains, elles n’existent que par leur intermédiaire. Pour qu’une “entreprise” soit libre, il faut dès lors que ce qui la compose le soit. Libre ou non de la créer et d’y investir (actionnaire), libre ou non de la gérer (directeur) et libre ou non de la rejoindre (salarié).

    Vous militez indirectement pour supprimer les choix et obliger tout le monde à obéir à l’état, qui tout comme l’entreprise n’a de réalité qu’au travers des personnes qui le composent. Vous militez pour la liberté dans la servitude. C’est vous le traitre. Honte à vous.

  • Erwan , 13 novembre 2014 @ 15 h 24 min

    altctlsupp

    je garde cela de votre intervention : « Mais pour se battre sur le plan intellectuel, il faut un minimum de moyen de nos jours face à ceux qui contrôle tout (l’intellect ne suffit pas de nos jours ». C’est la seule chose judicieuse que j’ai pu lire.

    Je reprends, j’ai été coupé.

    Il faut, en effet, de l’intellect, et les moyens de l’utiliser. L’étatisme absolu, plus proche du marxisme que du libéralisme, est la cause de tous nos maux. Vous ignorez ce qu’est le “capitalisme de connivence”, renseignez vous, tous les libéraux le combattent. Vous ignorez le progrès du capitalisme qui vous permet de vivre un peu plus vieux et en meilleure forme.

    Dites, un méchant libéral vous a t il obligé à acheter l’ordinateur que lequel vous avez tapé vos fadaises ?

  • Nord , 13 novembre 2014 @ 16 h 48 min

    C’est drôle, vous associez “liberté” à “droit de faire n’importe quoi”, ce qui est particulièrement inepte et ne démontre que votre méconnaissance de ce qu’est, réellement, le libéralisme. Vous n’avez aucune notion d’histoire non plus: comme s’il ne fallait pas de l’argent, beaucoup d’argent jadis en plus de l’intellect pour asseoir son pouvoir sur le “petit peuple” – non, il en va aujourd’hui comme de jadis: rien n’a changé si ce n’est la technologie et, éventuellement, des sciences humaines comme la psychologie et la sociologie qui permettent de mieux comprendre les phénomènes que l’on désire contrôler. Mais dans les grandes lignes, rien n’a changé et la domination du petit peuple (ou autre – comme si on ne devait, obligatoirement, ne prendre fait & cause que pour le petit peuple!) ne se fait jamais qu’à l’abri de la loi et de la menace permanente que fait poser sur lui l’Etat et son monopole de la coercition. Et même quand une entreprise privée peut se permettre de le faire, c’est qu’elle dispose de la protection ou de l’assentiment du détenteur de la puissance publique, c’est-à-dire l’Etat. Je vais vous dire: le petit peuple n’a pas besoin d’être protégé contre d’hypothétiques oppresseurs libéraux: le petit peuple, il a besoin de pouvoir bosser, gagner de l’argent et surtout de garder le fruit de son travail et décider, de lui-même, à quels dépenses il affectera le produit de son labeur ou de ses investissements. Il n’a besoin de personne pour lui tenir la main, le petit peuple.

    Mais, en relisant votre commentaire, je vois que vous alignez quelques concepts intéresants, proches du mode complotiste et je constate qu’il manque 2-3 éléments: à quel moment les reptiliens illuminatis à la solde de la finance internationale apatride sioniste interviennent-ils?

  • charles-de , 13 novembre 2014 @ 16 h 55 min

    Comme dit aux damnés le Diable, dans le Coran : ” Je vous ai fait des promesses que je n’ai pas tenues; je n’avais aucune autorité sur vous et vous m’avez suivi. Ne me faites pas de reproches, mais faites-en à VOUS-MêMES !

  • Cap2006 , 13 novembre 2014 @ 18 h 43 min

    Les français sont tous plus ou moins fonctionnaires et tous beneficient plus ou moins directement de privilèges accordés par l’état.

    Tous reclament la suppression de cette réalité, pour les autres uniquement. PAS POUR EUX.
    Tous réclament ne plus devoir payer pour les autres, ET que les autres payent davantage pour eux.

    La France est tout, sauf libérale.

    Aucun parti ne propose autre chose que de l’assistanat, de l’infantilisation, de la déresponsabilisation.

    C’est ce que les français dans leur immense majorité souhaitent.

    Sur ce site, par exemple, on exigent une definition unique qui s’imposerait à tous de la famille : un papa, une maman, des enfants 100% “pur biologique”… et des allocs /quotient rien que pour eux.

    Ailleurs, par exemple, des benets rouges parlent de la gratuité des routes… reclament une baisse d’impots… oubliant que ces derniers paient leurs routes…

    etc…

Les commentaires sont fermés.