Cécile Duflot : une peste verte !

Tribune libre de Robert Ménard*

Du côté de chez moi, dans le midi, on dirait de Cécile Duflot qu’elle est une langue de p… Arriviste, sectaire : en un mot, pas gentille du tout ! Et d’une démagogie à faire rougir un bonimenteur sur le marché du vendredi de Béziers. Elle en apporte une nouvelle preuve chaque jour ou presque. La dernière concerne ce qu’on appelle « l’affaire Cahuzac ».

Faut-il rappeler que, à l’heure qu’il est, on n’a pas le début d’une preuve de la culpabilité du ministre socialiste. Mais que dit notre très sympathique écolo ? Elle prend « note de deux choses » : « d’une part du travail de Mediapart », car elle « pense qu’en démocratie il faut respecter la liberté de la presse », et« d’autre part, que Jérôme Cahuzac a dit de la manière la plus nette qui soit qu’il n’était en rien coupable de tels agissements et qu’il a porté plainte. » Une vraie saloperie — et je pèse mes mots — sous l’apparence du bon sens.

De deux choses l’une. Ou Monsieur Cahuzac a bien été le détenteur d’un compte secret en Suisse et Mediapart aura fait un travail d’investigation dont chacun pourra juger de l’utilité. Ou ce n’est pas vrai et le site du camarade Edwy Plenel n’aura pas seulement fait preuve de légèreté mais commis une faute à ce point grave qu’elle ne pourrait rester sans suite.

Parce que, n’en déplaise à Cécile Duflot, si, comme elle le dit, « la liberté de la presse, c’est quelque chose d’indispensable », il serait utile de lui rappeler que le droit à la diffamation n’existe pas, et que la liberté de la presse n’a rien à voir avec des accusations sans preuve, des propos infamants, des ragots transformés en pseudo-informations. Bref, que ses amis de Mediapart ne bénéficient pas d’un régime hors du droit. Qu’on ne peut salir quelqu’un et s’en excuser s’il s’avère qu’on s’est trompé. Comme si de rien n’était. Et recommencer de plus belle, avec une nouvelle victime.

Je ne doute pas un instant qu’après ce numéro de faux-cul, Jérôme Cahuzac sera très sensible à l’amabilité de sa collègue précisant qu’elle connaît « très très bien » le ministre du Budget et souhaite que « son honneur soit pleinement rétabli » s’il est « reconnu innocent ».

Des collègues comme ça, on doit pouvoir s’en passer ! Dominique Jamet expliquait ce lundi, sur Boulevard Voltaire, que les Verts étaient« dogmatiques et démagogues ». Ils sont pires : d’une espèce dont on rêverait qu’elle soit en voie de disparition.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il vient de lancer le portail Boulevard Voltaire.

Autres articles

18 Commentaires

  • Gisèle , 13 Déc 2012 à 13:21 @ 13 h 21 min

    Quel était le comique qui avait lancé la vanne : ” ah oui .. les verts tout rouges ! ”
    Sacrés comiques va !!

  • deconcertée , 13 Déc 2012 à 16:32 @ 16 h 32 min

    comme madame Duflot à un débit fatigant,je l’appelle Duflotdeparoles

  • Amarok2005 , 13 Déc 2012 à 16:45 @ 16 h 45 min

    une petite question, pourquoi se fait-elle appeler DUFLOT, et ne porte pas le nom de son mari Xavier CANTAT, le frère de l’autre Bertrand, aurait-elle honte de porter son nom, où est-elle séparée de celui-ci?
    oui, c’est une vraie peste, mais elle se voit un jour présidente de la République, elle est jeune, mais j’espère qu’elle se sera cassé les dents d’ici là, car cette femme est un vrai danger

  • Tarantik , 13 Déc 2012 à 18:50 @ 18 h 50 min

    Allons cher Robert Ménard, il ne vous aura pas échappé que nous avons affaire à un gouvernement de dilettantes qui puisent l’essentiel de son “professionnalisme” dans une idéologie bornée…
    Il ne faut pas attendre d’eux, autre chose qu’un comportement de Pieds Nickelés!

    L’ai-je bien normalisé ?

  • Goupille , 13 Déc 2012 à 22:38 @ 22 h 38 min

    Elle parle trop vite pour maîtriser ce qu’elle émet, d’où les contradictions dans une même phrase et les incohérences à répétition, le tout sur fond de langue de vipère d’autant plus agressive que les positionnements idéologiques flageollent face au moelleux des maroquins…

    Il faut saluer la brassée des femmes qui entourent notre vénéré Président. Elles ont une remarquable homogénéité dans le genre harpies.et amazones de feu Khadafi.
    Je vais finir par comprendre notre ami Lach-Comte.

  • FIFRE Jean-Jacques , 14 Déc 2012 à 9:26 @ 9 h 26 min

    En réalité, hormis son authentique arrogance et la véritable niaiserie de sa pensée politique, Cécile DUFLOT n’est guère plus sincère et tout aussi opaque que tous ses amis gu gouvernement, à commencer par le chef de l’état lui même.Tous assènent, avec une outrecuidance sidérantes des ” fausses vérités” qu’ils récusent avec une impertinence déconcertante sitôt le propos relayé par une presse aux ordres et à peine contestée par l’opinion. La valse des “faux culs” est devenue un pas très en vogue. Il est primordial de ne jamais trop s’exposer pour éviter les retours de baton, aussi il convient parfois, souvent et désormais toujours, d’avoir la capacité de se situer à mi chemin entre le blanc et le noir, le oui et le non, la thèse et l’anti thèse. On peut rappeler à cet égard, les hésitations du président au sujet du “mariage pour tous” ou le “vote des étrangers” pour ne siter que ces 2 exemples.
    Ces attitudes sont préjudiciables à la France et à l’avenir des Français

  • scaletrans , 14 Déc 2012 à 10:08 @ 10 h 08 min

    Les grands esprits se rencontrent… mais il paraît que ce sont les petits qui le constatent 😳

Les commentaires sont fermés.