Ces élus de droite sont-ils sérieux ? De la révolution cynique de Jean-François Copé et des autres

La politique, ce sont les idées, les valeurs ou même les convictions. Ce serait les oppositions sur des questions de fond. Une telle vue n’est pas fausse, mais peut laisser dubitatifs tous ceux qui connaissent le fonctionnement de ce milieu. Si un système doit être jugé, c’est aussi à partir de ses cadres et de son personnel. Certes, ce n’est pas tout : on pourra toujours rétorquer que le microcosme suit parfois sa base, avec ou sans adhésion, et qu’il semble redécouvrir les aspirations de la France d’en bas. Une qualité ? En un sens, oui. Mais également un problème. On peut s’adapter non par intelligence du bien commun, mais tout simplement par opportunisme et versatilité. L’attitude de certains élus sur la défense de la famille, observée dans le récent débat sur le mariage dit pour tous, révèle une incohérence qui ne traduit rien d’autre qu’un manque de fond.

Des cadres de droite différents que leurs homologues de gauche ?

Expliquons-nous. On sait qu’une société déteint fatalement sur ceux qui la composent, à moins que ceux-ci aient fait le choix de résister au « Gros animal » de Platon. Combien d’hommes politiques baignent dans l’air du temps, quitte à le considérer comme naturel ? Combien d’élus, apparemment affranchis de Mai 68, sont, au plus intimes d’eux-mêmes, imprégnés de sa logique déstructurante ? Combien de jeunes dits de droite incarnent la dissociété, l’atomisation des repères et la vulgarité sans rien envier à la gauche ? Le plus instructif serait de comparer le quotidien d’un jeune de droite à celui d’une jeune de gauche. On ne serait nullement déçu du voyage ! Mêmes loisirs (jeux vidéos, etc.) ; même temps passé devant la télé; mêmes fringues ; même goût pour la « déconnade » immature ; même admiration pour les causes humanitaro-mondaines : antiracisme, SIDA ou… écologie planétaire. (On pourrait aussi citer l’exemple récent de la Mandelamania de ces derniers jours). Le hic est que ces jeunes deviendront grands (plus tardivement, vu les dégâts de la Génération Y), prendront des décisions et influenceront leurs contemporains.

Des exemples édifiants pris sur le tas

Il y a quelques jours, je lisais le bulletin d’une élue locale d’un département supposé être bastion de la droite. En tournant les pages de la publication, on y remarque une photo du pape François. Un pied de nez au laïcisme ? Si on aime bien séduire les cathos qui, comme tous les citoyens, sont des électeurs potentiels, on se plaît aussi à rappeler que le pape n’a nullement appelé à abroger la loi instituant le mariage homosexuel. Certes, le pape n’a pas nommément visé la loi « Taubira », mais, il n’empêche – quoi que l’on pense des orientations du présent pontificat – que l’appel est clair : si une loi ne convient pas, la solution de l’abrogation est envisageable. Au fond, l’élue en question joue sur deux tableaux : celui des électeurs catholiques, dont on présume que la pratique religieuse donne encore des barrières (parfois relatives) face aux initiatives déstructurantes, et celui de l’opinion bien-pensante qui s’offusque de tout rappel à l’ordre pour se lover dans un conformisme jouissif et anomique.

Analyse sommaire

Ce que l’on peut reprocher à Mme X, ce n’est pas son refus de s’appuyer exclusivement sur un électorat. L’électoralisme, même catholique, présente des limites (analyser l’apport des catholiques en politique sous l’angle d’un appoint électoral serait forcément réducteur). Ce que l’on reproche justement à cette élue, c’est de n’avoir pas de véritables convictions sur le sujet, plus exactement, un système d’analyse qui aurait pu donner une attitude cohérente, fût-elle solide. Les logiques de marketing l’ont emporté : une photo avec le pape, c’est vendeur. Une image vaut mille discours, si l’on paraphrasait. Aujourd’hui, cela tend à ne révéler aucun discours. Mais, pour reprendre ce que disaient des sociologues des années 80, qui ironisaient sur ces jeunes qui accueillaient le pape sans adhérer au message pontifical : on aime le chanteur, pas la chanson. Dans le cas du bulletin de l’élue, on cajole le chanteur pour préciser immédiatement que l’on se méfie de sa chanson…

Un exemple plus solennel : l’attitude cynique de Jean-François Copé sur le mariage homosexuel

Autre exemple : la pitoyable participation d’un tribun au verbe apparemment sonore à la dernière Manif pour tous du 26 mai 2013 qui, le soir, va placidement affirmer que la loi Taubira ne pouvait plus être abrogée au motif que « constitutionnellement, cela n’a pas de sens » (le mot « sens », on l’entendait plutôt dans la bouche de François Hollande). Pour ne pas le nommer, Jean-François Copé ne promeut pas sa « révolution civique », mais une révolution cynique où la valse des prises de position traduit un vide abyssal. Ce n’est plus de droite décomplexée , mais le cynisme décomplexé. Un cynisme qui permet simultanément de défendre deux attitudes. Non que la subtilité du jeu politique écarte toute idée de prudence, de finesse et d’approche circonstanciée. Mais en l’espèce, ces deux attitudes sont pleinement contradictoires parce qu’elles débouchent sur deux solutions différentes, si ce n’est opposées. Mieux : les récents propos tenus dans Des paroles et des actes, le jeudi 10 octobre 2013, confirment cet opportunisme. Interrogé sur la question du mariage entre personnes de même sexe, Jean-François Copé répond paisiblement : « pour le mariage je n’ai, comme d’ailleurs personne parmi les Français, d’objection de fond». Cette fois-ci, ce n’est pas de Civitas que Jean-François Copé s’attire les foudres, mais de la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère qui y voit « un reniement en bonne et due forme dont je prends acte, tout comme les millions de Français qui (…) ont (…) manifesté contre le principe même de ce ‘mariage’». On ne saurait être aussi clair ! Les propos de Jean-François Copé laissent songeur : le président de l’UMP n’avait pas hésité à envoyer des courriels invitants les militants UMP à participer à la Manif pour tous. Enfin, si les Français ont manifesté à de multiples reprises entre janvier et mai 2013, ce n’est pas seulement contre l’adoption, mais aussi contre la mariage homosexuel, qui constitue la première aberration anthropologique parce qu’elle dénature justement l’altérité homme-femme. Indépendamment de la question de la procréation ou de l’adoption, la question des époux habilités à se marier (peu ou prou, il s’agit de la question de la définition du mariage) est déjà une enjeu substantiel. En soi, ni l’Église, ni le législateur civil ne considère un mariage invalide au motif d’une stérilité des époux.

Les raisons de cette incohérence : une absence totale de fond

Au fond – justement, c’est bien du fond dont il est question… –, on remarquera l’absence totale de cohérence dans ces contradictions. Incohérence qui ne révèle non pas une absence d’adaptation au terrain, mais plutôt un défaut total d’analyse et de conviction. Ces élus ont baigné dans une société où rien ne se vaut, mais où tout a paradoxalement un coût (selon l’expression d’Alain de Benoist) ; une société où l’intelligence reste en péril de mort (Marcel De Corte); une société où la logique de consommation déjoue les fidélités les plus classiques. En dernier ressort, le principe de non-contradiction, à la base de toute saine philosophie, est cruellement absent de ces différentes positions politiciennes. Le principe de non-contradiction, un séminariste d’Écône,de Wigratzbad, voire un étudiant à l’IPC, pourrait vous l’expliquer, mais certainement pas un parlementaire galonné. La politique n’est certainement pas un monde éthéré : elle est le lieu des affrontements, des ambitions humaines et des oppositions de caractères. Il convient donc de se garder de toute vision désincarnée. Mais en rester à cette analyse sommaire serait tout aussi réducteur : les hommes restent influencés par ce qu’ils respirent. Ils pensent aussi en fonction de ce qui les imprègne. Gardons-nous d’oublier que cette crise intellectuelle et morale déteint sur le personnel actuel. Un relèvement de la chose publique ne pourra se faire sans redressement des esprits.

Autres articles

33 Commentaires

  • Pas dupe , 13 Déc 2013 à 10:29 @ 10 h 29 min

    J F Copé est une m…. !
    Il n’a aucune racine française, encore un. Regardez qui est réellement Français au parlement ! Et ensuite vous comprendrez pourquoi la France va si mal !
    Voilà un franc-maçon qui a réussi à s’infiltrer au parlement grâce à la modification par les socialistes du droit du sang ! Autrement il n’aurait jamais accédé à ces lieux !
    JF Copé est l’un des actifs du coup d’état que nous avons subi et que Sarkozy et sa clique ont amplifié en plaçant des voleurs à la tête de société qu’il fallait ruiner et faire tomber !
    Cette Europe qu’ils nous imposent et qui s’est enrichie sur notre dos et une Europe de voleurs ! Regardez les plus hargneux Redding et l’autre Luxembourgeois qui ont transformé leur pays en paradis fiscal où tous les crédits français ont transité pendant que nos travailleurs voyaient leur boite déposer le bilan !
    Aujourd’hui ça suffit ! Si vous les Français ne vous révoltez pas eh bien rassurez-vous la France est finie, il ne reste plus qu’à faire tomber encore quelques artisans et l’armée ; ensuite vous serez les toutous de ces m….

    JF Copé a trompé les manifestants et les opposants au mariage Taubira ! Quelles furent les pressions pour interdire l’accès aux Champs Elysées le 24 mars 2013 ? Casser un mouvement ! Interdire l’étude de la pétition CESE ?
    En attendant, Copé était reçu par ses maîtres le 28 mars à la FAF et Delvoye, lui, recevait ces mêmes maîtres au CESE pour leur gala annuel fin 2012 ! Delvoye qui bien sûr a immédiatement quitté l’UMP pour intégrer le PS ! La franc-maçonnerie paie certainement très bien !
    Cette franc-maçonnerie qui a réclamé des sanctions suite à la manifestation devant leur local rue Cadet et immédiatement le toutou Valls a fait arrêter Nicolas !

    Non content d’enfumer les Français, Copé ne s’est pas arrêté là. Il a insulté toutes nos parentes lors de l’émission de Public Sénat sur le 11 novembre en déclarant que l’inquiétude principale des poilus dans les tranchées était de savoir si leur femme était fidèle !
    Monsieur Copé l’infidèle, qui nous fait la leçon régulièrement, qui la ramène sans cesse, mais quand on supprime l’Histoire pour nous faire apprendre celle des bigames à quoi s’attendre d’autre ? Copé donc feint d’ignorer que la française catholique était non seulement fidèle mais qu’elle avait été appelée par l’Etat à participer à l’effort de guerre !
    Mais l’opprobre a été jetée sur nos familles et la diffamation continue sur les Français de souche !

    Il est vrai qu’étant donné son cas, la fidélité n’est pas sa qualité première et il a laissé une femme et des enfants mineurs pour une … à qui il fit un autre gamin !

    Voilà les maîtres de ces m….. s qui vous volent !
    http://catholiquedu.free.fr/cultes/Octopussy/OCTO1.htm

  • eric-p , 13 Déc 2013 à 11:21 @ 11 h 21 min

    On savait depuis le début que JF Copé enait un double langage sur la question du mariage.
    Dans ses propos publiques, il se disait même opposé à célébrer des mariages gay.

    JF Coppé est un opportuniste….comme il en existe tant dans la classe politique.
    D’une certaine manière, ce n’est pas grave car les français ouvrent les yeux et voient bien que les 2 partis politiques mènent pratiquement la même politique et qu’il y a une collusion évidente entre le PS et l’UMP:

    -Monsieur Jacques Chirac soutient ouvertement Flanby (encore aujourd’hui !)
    -Monsieur Coppé tient un double langage sur le mariage gay.
    -“L’opposition” prétend défendre “la liberté de vote” au sénat en laissant des membres de l’UMP voter le mariage gay
    -Etc…

    Lorsqu’on regarde l’histoire récente, on constate que l’UMP valide systématiquement
    les choix sociétaux du PS au nom d’un soi-disant “pacte républicain” (dont le citoyen n’a évidemment jamais entendu parler)

    -Loi Neuwirth (Un “progrès” pour l’adultère et le malthusianisme !)
    -Loi Veil et ses dérives (remboursement de l’IVG, limite de l’IVG portée à 12 semaines,etc…)
    -ISF pas remis en question par l’UMP (loi parfaitement discriminatoire mais la CEDH n’est paraît-il pas compétente!)
    -politique FISCALISTE qui s’aggrave au fil des années…parfois avec la complicité du patronnat !
    -Etc… (En fait il y a de très nombreuses lois qu’il faudrait remettre en cause)
    -La loi sur les 35 h pas remise en cause par l’UMP
    -Collaboration de l’UMP avec un certain nombre de personnes infréquentables du PS
    (Christiane Taubira s’est vue confier un travail par Sarko, Collaboration du socialiste national
    Jacques Attali, collaboration du sulfureux Jack Lang voire du pédophile non assumé
    Frédéric Mitterand !!!)

    La conséquence de tout celà, c’est que les français vont….divorcer de l’UMPS au profit
    du FN, de l’abstentionnisme…ou en votant avec leurs pieds !

  • Trucker , 13 Déc 2013 à 12:01 @ 12 h 01 min

    Je doute fort que Nicolas ai été arrêté parce qu’il y a eu une manif rue Cadet.

    Il était simplement “pisté” pour avoir organisé précédemment à son arrestation une manif “sauvage” sur les champs élysées, avec blocage de la circulation et tout le tremblement, au cour de laquelle il a été interpellé et reconnu organisateur ( location d’une camionnette pour le transport des barrières nécessaires au dispositif de blocage )

    Si la condamnation à une peine de prison était en effet disproportionnée et illégitime, ce n’était que pour faire un exemple et dissuader les autres de suivre l’exemple.

    Ce sont les meneurs qui sont visés, car sans ce type de personnes et de personnalité,…………….pas d’action “coup de poing” ou médiatique.

    Demandez donc à David.

  • Jo , 13 Déc 2013 à 12:31 @ 12 h 31 min

    Il y a eu la lettre de la franc-maçonnerie (de la rue Cadet) publiée dans un journal d’outre-mer qui fut mentionnée je ne sais plus où. Sans doute ici. La manifestation du Printemps Français eut lieu la veille, je crois, de celle de mai. Et le maître de la rue Cadet furieux de cette manifestation devant ses locaux dénonça à travers cette missive le laxisme gouvernemental ! Il appelait à plus d’autorité !
    Nicolas était peut-être repéré, -ailleurs-, -coïncidence-, peut-être ! Mais, le résultat on le connait ! D’ailleurs, souvenez-vous, le 26 mai ce fut la manifestation la plus violente de toutes celles qui furent organisées sur Paris ! Lacrymos, coups…. etc…

  • eric-p , 13 Déc 2013 à 12:36 @ 12 h 36 min

    C’est bien ce que nous dénonçons dans ce journal:
    Les méthodes du gouvernement sont totalitaristes !

  • Jo , 13 Déc 2013 à 12:49 @ 12 h 49 min

    Ce qu’il ne faut pas oublier c’est qu’il est prévu de supprimer les archives, la mémoire de notre pays ! Donc, nouvelle civilisation, remise à zéro de l’identité qui devient européenne puisque imposée ! Il faut y penser. Alors au moment de voter, arrêtons les questions inutiles et votons “utile” !

  • Trucker , 13 Déc 2013 à 13:40 @ 13 h 40 min

    Nicolas à été arrêté après la manif de LMPT à Neuilly sur Seine le 16 juin alors que l’on défilaient sur les Champs.
    Il était meneur d’un groupe ce jour là.

    je ne nie pas l’implication de la FM dans la politique actuelle, mais je crois que le résultat serait le même sans elle.
    Nous avons à faire à un gouvernement qui est condamné à faire semblant de gouverner quant aux questions essentiels qui ne sont plus de son ressort.
    Viviane Reding, citée par Pas dupe, le leur à bien fait comprendre lors d’une entrevue qui à été filmée et est visible sur internet.

    Sa déclaration était sans équivoque possible et a laissé bon nombre des marionnettes au pouvoir dans un état de malaise évident et retransmis par la caméra :

    http://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/viviane-reding-il-n-y-a-plus-de-39855

    Ils sont donc obligés de faire comme si et ne peuvent agir que sur le “sociétal”.
    D’où l’action de lobbys prenant acte d’un contexte propice à faire avancer et servir leurs intérêts, aidant ce gouvernement d’abandon à conserver une emprise sur les moins “conscientisés” des gens.

    Quant à la violence de la manif du 26 mai, j’y ai vu aussi la résultante d’une tension supplémentaire en réaction à la mort et au message laissé par Dominique Venner qui appelait le peuple à la révolte.

    Dès la fin de LMPT, la tension est montée très rapidement en se focalisant comme les fois précédentes contre le dispositif barrant la rue de l’université.

    Et pour la première fois on a assisté a des jets de bouteilles en verre et autres projectiles sur les forces de l’ordre, ce qui n’avait pas été le cas les fois précédente, ou alors de manière marginale.

    La violence est montée d’un cran des deux côtés ce jour là.
    D’autant plus que le projet de loi allait être voté à l’assemblée nationale.

Les commentaires sont fermés.