Dérisoire lavage de cerveaux

Tribune libre de Maxime Tandonnet*

L’intensité du lavage de cerveau sur les ondes traduit toujours le degré de panique des « élites » médiatiques. Sur le « mariage pour tous », rien ne nous aura été épargné :  sur Europe 1 vendredi à 7 heures un conseiller municipal parisien vociférant contre Frigide Barjot dont la réponse, inaudible, se perdait dans le brouhaha, puis un prêtre catholique, interviewé pendant dix minutes pour expliquer son engagement en faveur de la réforme. Le soir au 20 heures de TF1, en guise d’illustration du contexte de la manifestation de dimanche, un reportage de dix minutes consacré à la détresse d’adolescents victimes de l’homophobie et de l’intolérance de leurs parents. Samedi soir, l’égérie du mouvement jetée seule dans l’arène de « On n’est pas couché », lynchée par trois contradicteurs furieux et un public bruyamment hostile. Le compte rendu de la manifestation parisienne sur FR3 régional, était de la même veine: reportage centré sur les quelques extrémistes présents, longue interview d’une passante ulcérée. Dans l’ensemble pourtant, le bilan d’un mouvement avant rassemblé 800 000 personne semble avoir  imposé un net changement de ton aux journaux de 20 heures de dimanche sur TF1 et France 2 qui ne pouvaient que prendre acte du succès des organisateurs.

« L’article 11 prévoit bien la possibilité d’organiser un référendum relatif à une question « sociale » et on ne voit pas ce qui s’opposerait à un choix du chef de l’Etat d’organiser une consultation nationale sur un tel sujet qui concerne la vie quotidienne de tous les Français. »

Une précision quand même : l’argument du Garde des Sceaux selon lequel la question du mariage homosexuel ne se prête pas juridiquement au référendum semble contestable : l’article 11 prévoit bien la possibilité d’organiser un référendum relatif à une question « sociale » et on ne voit pas ce qui s’opposerait à un choix du chef de l’État d’organiser une consultation nationale sur un tel sujet qui concerne la vie quotidienne de tous les Français. Alors, pourquoi cette solution, somme toute logique, est-elle écartée par le gouvernement ? La vérité, c’est que le spectre obsédant du référendum de mai 2005 sur la Constitution européenne, gagné par le non avec 54% des voix, domine les esprits: dans les mois qui avaient précédé le scrutin, plus le couvercle de la pensée unique se rabattait sur la presse, les radios et les télévisions, plus le « non » montait dans les sondages. Un phénomène analogue est en cours, notamment sur la question du droit à l’adoption et à la PMA, si l’on en juge par la courbe des enquêtes d’opinion. La pensée unique, quand elle atteint un tel niveau dans la manipulation, devient inopérante, contre-productive. Le sentiment d’être manipulés pousse les citoyens à rejeter le message qu’on veut leur imposer. Ils n’écoutent plus les ondes « officielles » et s’en remettent à tous les autres canaux d’information ou de réflexion en particulier Internet et leurs réseaux personnels. C’est ce que les élites médiatiques, qui pensent et répètent uniformément la même chose sur tous les sujets possibles, ne comprendront jamais. La mobilisation de la société civile autour « du droit de l’enfant à un père et une mère« , qui s’est cristallisée dans la manifestation du 13 janvier, a un caractère massif, venu des entrailles du pays. Imaginons un instant qu’un référendum associant mariage pour tous, droit à l’adoption et à la PMA ait lieu dans les 45 jours: le non l’emporterait probablement avec 54% des voix. Cela fait peu de doute au vu de l’évolution de la courbe des sondages. Telle est la vraie raison du refus de recourir au référendum.

*Maxime Tandonnet (blog) est un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée.

Articles liés

14Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • JSG , 14 janvier 2013 @ 14 h 45 min

    Il me semblait que tout « citoyen » ou groupe de « citoyen » avait la possibilité de revendiquer via je ne sais quelle voix parlementaire, l’organisation d’un référendum pour un sujet important, enfin bref ?

    Pour l’instant, l’impopularité de cette loi, auprès de personnes d’expérience, formées avant l’école des soixante-huitatardés, ne fera que s’amplifier.

    Dans l’immédiat les victimes de ce bazar sont :
    l’Elysée et sa norme alitée.
    Matignon et son équipe de joyeux drilles
    La communauté des députés et son grand orchestre d’instruments à vent.
    Dans un proche avenir, nos « chers » élus gaucho-locaux.
    La majorité des gay-lesbiens, qui dans son ensemble n’en demandait pas tant.
    Les parleurs à la botte dont l’attitude partisane dans cette affaire laissera, je l’espère, des traces dans leur carrière.
    Les Français dans leur ensemble qui se sentent victimes de l’incompétence et la malhonnêteté d’une partie des gens à qui ils ont accordé leur ‘confiance’.
    La France en sortira grandie, si, elle sait neutraliser cette faune de progressistes irréfléchis.
    A quand, un grand bonhomme qui redonnera ses trois couleurs au pays ?

  • Goupille , 14 janvier 2013 @ 14 h 53 min

    Pas 800 000 : un million trois cent mille. Minimum.
    Chiffres Gendarmerie.
    Peut-être en lettres cela pénètrera-t-il mieux dans l’esprit des commentateurs.

  • bernique , 14 janvier 2013 @ 17 h 36 min

    Et mettez 1,5 million pour être plus près de la vérité !

  • Fredrickssen , 14 janvier 2013 @ 21 h 35 min

    Et puis vous n’avez qu’à arrondir à 30 millions, il y avait du monde quand même.

  • isidore , 14 janvier 2013 @ 23 h 26 min

    Taubira joue sur les mots en voulant faire une différence entre social et sociétal,les faits du second n’étant pas admis constitutionnellement à référendum,et le mariage homo n’étant que sociétal,et non pas social !
    Définition du dictionnaire de sociétal:ce qui concerne la vie sociale des individus(Larousse) ou:ce qui est relatif à la société,aux valeurs sociales(Robert).
    Le sociétal n’est donc pas exclu du social mais en fait partie.Voudrait-on le limiter à l’individuel,ce qui serait un mensonge,dès que l’Etat s’en mêle,comme c’est le cas aujourd’hui,cela est incontestablement social au sens le plus net du terme.
    Il ne s’agit là que d’une mauvaise foi insigne, et indigne d’une employée de l’Etat.

  • isidore , 14 janvier 2013 @ 23 h 29 min

    D’ailleurs,comment pourrait-on discriminer des sujets interdits de référendum dès lors que réclamés par le quantum constitutionnel de députés ou de citoyens ?
    Cest une aberration !

  • isidore , 14 janvier 2013 @ 23 h 33 min

    En outre,concernant le comptage des manifestants,la fourchette donnée entre 340 000 et 800 000 sent l’arnaque ou l’incompétence à plein nez !

Les commentaires sont clôturés.