Manif pour tous : Tugdual Derville VS Pascale Clark

Nouvelles de France a retranscrit la moitié de l’échange tendu, ce matin, entre Pascale Clark et Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita, sur France Inter :

Tugdual Derville, bonjour.

Bonjour Pascale Clark.

Vous êtes délégué général de l’association anti-avortement Alliance Vita et co-organisateur de la Manif pour tous…

Un peu réducteur, hein, “anti-avortement”…

C’est pas vrai ?

On est une association qui travaille pour le respect de la dignité de toute personne, du début à la fin de sa vie, solidaire des plus fragiles…

Mais vous militez contre l’avortement, contre ce droit-là.

Non, nous travaillons avec des femmes…

Association créée par Christine Boutin en 1993, vrai ou faux ?

Oui. Il y a dix ans que Christine Boutin n’est plus notre présidente.

Mais elle l’a créée ?

Oui, elle l’a fondée…

Que les choses soient claires et qu’on sache qui parle… Le Gouvernement ne fera pas marche arrière sur le mariage pour tous. Est-ce que c’était hier une Manif pour tous pour rien ?

Vous affirmez quelque chose, vous êtes peut-être prophète, mais j’ai entendu Thomas Legrand exprimer les sondages d’opinion : 65% des Français, sondage Ifop d’octobre dernier, considèrent qu’il vaut mieux faire droit à un enfant d’être adopté par un père ou une mère plutôt que de faire droit à deux personnes du même sexe d’adopter des enfants.

D’où sort ce sondage ? Il y a quand même une majorité de Français qui sont pour le mariage pour tous…

Non, non, le mariage pour tous, c’est un slogan réducteur et facile qui ne veut pas dire grand chose parce que c’est pas pour tous, vous le savez bien…

Est-ce que c’était une Manif pour tous pour rien hier ?

Le mariage pour tous, c’est la filiation, c’est l’adoption dans le projet de loi, vous n’en disconviendrez pas, donc c’est la question de l’enfant, de la filiation, des repères que notre société va laisser aux générations futures.

Donc c’est contre l’adoption que vous avez marché hier ?

Bien sûr. Nous avons d’abord…

Donc vous êtes pour le mariage ?

Nous avons d’abord marché. Le mariage, en France, c’est la filiation et l’adoption, le mariage entre un homme et une femme qui reconnaît effectivement institutionnellement la famille. Donc, c’est un package, c’est un tout et même si, actuellement, le Gouvernement tente de nous vendre par appartement ce projet en reportant à plus tard la question évoquée de la procréation artificielle, entre guillemets, pour deux hommes et pour deux femmes. Il s’agit, effectivement, d’un tout et c’est sur ce tout que nous avons manifesté.

Tugdual Derville, aujourd’hui en France, plus d’un enfant sur deux naît hors mariage…

Bien sûr.

Ça ne vous trouble pas ?

Non, pas du tout…

C’est la réalité, ça…

Je le sais bien, j’accompagne dans nos services d’aide, des femmes en difficultés… Je dirais, d’ailleurs Pascal Clark…

Donc votre modèle est peut-être un peu dépassé…

que les grandes difficultés des familles que nous accompagnons, au fond, je les synthétise un tout petit peu en deux mots : c’est d’abord l’errance des pères, l’absence des pères, qui est une souffrance sociale très importante dans notre pays. Et c’est deuxièmement la solitude des mères. Et, justement, les enfants à qui il manque cette complémentarité…

Que faites-vous des femmes qui élèvent leurs enfants seuls ? Que faites-vous des couples qui ne veulent pas d’enfant ou qui ne peuvent pas en avoir ?

Eh bien, vous ne m’avez peut-être pas laissé terminer, mais nous constatons, je pense, et je ne suis pas le seul à le dire, que cette complémentarité père-mère en éducation est une des réalités qui manquent le plus aujourd’hui et la société, la politique sociale de la famille est là, justement, pour compenser ces difficultés. Il ne s’agit pas, vous le savez bien, de stigmatiser les enfants ou les familles qui vivent des situations difficiles – il y a des deuils, des séparations, des fractures – mais de ne pas provoquer délibérément ces situations. C’est toute la différence. Pour nous, ne pas stigmatiser les familles existantes ou les enfants qui existent est une chose, mais, délibérément, casser les repères de la filiation, ça en est une autre.

En quoi l’extension d’un droit pour d’autres que vous, vous retire-t-elle quelque chose ?

Je crois qu’il ne vous aura pas échappé que notre mobilisation est une mobilisation qui ne défend aucun intérêt personnel, justement. Et c’est la grande surprise, c’est pour ça que le Gouvernement et peut-être vous même et certains observateurs ont surpris qu’autant de Français, parce qu’essayez d’en mobiliser, sur un autre sujet, autant dans la rue… Parce qu’il y a quand même un million de personne qui sont descendues dans la rue hier et beaucoup d’autres qui sont du même avis. Est-ce que…

Le Figaro est à 670 000… Mais bon… Voilà.

Regardez, voilà, vous avez peut-être vu le Champ-de-Mars entièrement bondé…

On ne va pas perdre du temps sur les chiffres. Il y avait du monde, je vous l’accorde.

Autres articles

28 Commentaires

  • Pitch , 14 Jan 2013 à 13:22 @ 13 h 22 min

    La tête à cla(r)ques est fidèle à elle-même, agressive et pétrie de haine.
    A mettre en tête de liste des journalistes de l’anti-France.

  • Philippe THOMAS , 14 Jan 2013 à 13:41 @ 13 h 41 min

    Ce sont des propos que je ne peux plus entendre. Le représentant d’une association qui, par définition représente quelque chose, est agressé verbalement par une dame qui, elle, ne représente rien.
    Elle n’hésite pas à lui couper la parole, à interrompre son développement argumentaire sur le ton d’une institutrice exaspérée qui interroge un enfant inepte et borné.
    Qui êtes-vous Mme Clark? A quel titre affichez-vous un telle prétention? Au nom de qelle morale vous exprimez-vous? Comment pouvez-vous manquer aux règles élémentaires de la courtoisie et du respect de la personne?
    Du temps où il y avait encore un vernis d’éducation, votre père serait venu vous chercher derrière le micro et vous aurait donné, en public, une bonne paire de…clark.

  • Olizefly , 14 Jan 2013 à 13:46 @ 13 h 46 min

    J’ai écouté l’interview ce matin. En fait plutôt une discussion entre les représentants des deux camps, parce que la “journaliste” de France Inter se comporte, comme la majorité (la totalité ?) de ses collègues de France Radio, comme une politique et pas comme une journaliste. Quand ce sont des gens qui vont dans leurs sens qu’ils interviewent, ils savent poser des questions intéressantes et faire parler leur invité. Quand ce sont des gens qui n’adhèrent pas à leur pensée gaucho-conformiste, ils coupent la parole et polémiquent en étant même par moment mal élevés, comme Pascale Clark ce matin.

  • Philippe THOMAS , 14 Jan 2013 à 13:52 @ 13 h 52 min

    Ce qui me surprend, surtout, c’est qu’aucune des personnes ainsi “mises à la question” ne se révolte jamais en remettant en cause les propos ou l’attitude de ces journalistes. Une calme, mais ferme, remise en place aurait le mérite de leur faire comprendre qu’il y ades choses à ne pas dire et des attitudes à ne pas avoir.

  • jejomau , 14 Jan 2013 à 14:40 @ 14 h 40 min

    MAIS QU’on LES DISE à ces journaleux qui ne représentent qu une secte et un gouvernement illégitime :

    OUI, NOUS SOMMES FIERS DE REPRESENTER DES FAMILLES DEPASSEES !

    OUI, NOTRE MODELE EST LE SEUL VRAI MODELE REFERENT pour toutes les autres familles !

    OUI , messieurs les journaleux : LA FRANCE LE PENSE ET LE DIT !

    OUI, on s en fout de ce que vous pensez et dites dans vos médias !

    Ecrivez à vos députés pour demander :

    1) un référendum
    2) de nouvelles manifs répétées
    3) l’abolition par la Droite quand elle reviendra au pouvoir de la Loi qui serait éventuellement votée
    4) demandons la sanction de tous les élus , maires y compris pour les prochaines élections

    VOUS avez obtenu la dissolution de Gaylib parce que c’était une association infiltrée dans la Droite avec des valeurs marxistes soixante-huitardes.

    TOUS allons assiéger les mairies et nos élus !!!!!

  • VALEO , 14 Jan 2013 à 15:01 @ 15 h 01 min

    Exaspérant.

    Je finis par me demander si il ne faudrait pas “leur rentrer dedans” (verbalement) une bonne fois pour toute à tous ces “journaleux”, bobo-gaucho-socialo-vert, donneurs de leçon à la terre entière….

    Qui osera un jour leur dire en directe :”Taisez vous Mme Clark, vous ne représentez rien, vous êtes partial et donc indigne d’être journaliste, de plus, vous déformez les faits à l’avantage de votre cause. Ecoutez le peuple dans la rue, écoutez les élites de ce pays qui sont pour une des rares fois de leur vie descendus manifester. Et écoutez moi, qui rencontre les gens que vous pensez défendre, à longueur de journée et qui protège les plus faibles depuis de nombreuses années alors que vous ne pouvez en dire autant !”

  • Goupille , 14 Jan 2013 à 15:02 @ 15 h 02 min

    Le prototype de la pseudo-journaliste mais vraie polémiste.
    Cet individu s’est fait une carte de visite d’insolence et de “mauvaise éducation”.
    Ce qu’on appelle une péronnelle, jeune et, l’âge venant, une pécore.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen