Le réac a toujours existé… Et il a toujours été le moteur du monde !

Tribune libre de Vivien Hoch pour Nouvelles de France

Sachons être suspect. Comme le sont Éric Zemmour – écarté de la matinale de RTL – et Robert Ménard – écarté jeudi de son émission d’Itélé. C’est le signe d’un esprit libre et indépendant. Non pas seulement aujourd’hui – dans une conjoncture médiatico-intellectuelle particulièrement uniformisée – mais depuis toujours. Socrate et Jésus sont d’affreux et d’extraordinaires réacs. À tel point qu’ils en ont changé la face du globe. Ils ont été des suspects, et pas des moindres : ce qui leur a coûté plus que leur carrière

L’Église a ses hérétiques ; la société occidentale du XXIème a aussi ses hérétiques. Donc ses bûchers, ses vindictes populaires et ses institutions punitives. L’institution de la censure n’a pas disparu de nos pays, et elle demeure de manière bien plus efficace, omniprésente et invisible, imposant ses thèmes, son rythme, et récupérant sur son passage tous les grands concepts de l’histoire de la pensée pour les retourner contre ceux qu’elle a dans son viseur. Plus encore, elle s’insinue dans l’éducation, dans les mœurs, dans les arts, pour s’imprégner dans les esprits fragiles ou nonchalants, créant des mouvements de masse artificiels qui s’opposent ou s’indignent sur commande de quelques-uns.

On s’inquiète de savoir d’où viennent les ordres qui frappent comme la foudre les quelques électrons libres de la presse. Nul n’est dupe, lorsqu’une journaliste reste en poste dans son journal alors qu’elle est au plus près du pouvoir élyséen, et que ce dernier accorde des rabais fiscaux aux journalistes. Mais aujourd’hui, Zemmour, Ménard, Pierre Saviac – licencié pour un tweet sur le pouvoir,  bientôt Rioufol, sans oublier la masse anonyme de jeunes intellectuels dont la carrière est stoppée par manquement à la bien-pensance dans le monde médiatique ou universitaire, savent tous qu’il ne s’agit pas forcément d’ordres pris des cabinets de stars de la politique, mais de cette force invisible de la bien-pensance qui plane au-dessus de la vie intellectuelle, et qui distribue les bons points, les avancements de carrière ou leur destruction…

À manipulation de masse d’un pouvoir invisible doit correspondre le héros du peuple, qui prend sur lui les errements de la masse pour dévoiler les soucis de l’individu. Soyez généreux, ouverts, pour la paix, le progrès, le respect, pour l’ « humanisation du monde » et la « justice sociale ». Mais qui est contre ? Personne. Encore moins le réac. Reste que sa vision de l’humanité est réaliste, et ne cherche pas à départiculariser l’homme dans l’idée générale d’humanité. Il sait que le fil fragile de la cohabitation entre les hommes – le vrai problème du politique –  passe par les contre-finalités de l’histoire et le travail du négatif qui définit un en-commun, c’est-à-dire une identité collective. Le réac connaît parfaitement l’adage scolastique « Omnes determinatio est negatio toute détermination est négation » : il faut nier pour définir, creuser pour bâtir, et parfois trancher vigoureusement plutôt que d’adopter des concensus mous. Savoir mener à terme des débats cruciaux, comme ceux sur l’identité française, et dire quelques vérités, comme celles qui concernent le type de population en prison…

En fait, c’est pour le monde et contre tout le monde que le réac se bat. C’est pour le progrès et contre le progressisme. Pour la liberté contre le libertarisme. Pour un monde habitable à plusieurs, plutôt que pour un monde habité par plusieurs. Toute l’œuvre du réac est celle d’un pionnier de la contre-idéologie, échappée solitaire vers l’Olympe du sacrifié, tel Socrate et Jésus parlant seuls au nom des hommes appeurés. La « majorité silencieuse » corrobore ses vues, mais ne peut le défendre. Elle observe la mise en croix sans pouvoir intervenir. Et boira la cigüe à sa place.

Toutefois, il faut être bien clair. La démocratie se nourrit de contradictions et meurt à petit feu des stratégies sophistiques de maintien du pouvoir. Si la bien-pensance contemporaine étouffe ses contradicteurs, c’est bien elle-même qu’elle risque de tuer, parce qu’elle ne saura pas faire vivre ce qui la constitue : la suspicion permanente d’un pouvoir qui tente en permanence de s’asseoir sur elle.

Autres articles

8 Commentaires

  • jejomau , 14 juillet 2012 @ 16 h 13 min

    Votre article est très interressant car il souligne une chose (avec Socrate ; le Christ; ZEmmour, etc..). C’est que le REAC se bat pour … La Vérité. C’est en fait la seule et vrai définition qu’il faut donner au réac qui, observant la société dans laquelle il est plongé se démarque en ceci justement qu’il est le rare à défendre le Vrai.

    C’est pourquoi un réac ne peut jamais être “de gauche” ou “à gauche”. Ce dernier vit du mensonge et le sert. Constatez vous-même : instinctivement, le “gauchiste” n’est jamais défini comme “réac”. Il est toujours défini comme “subversif”….

  • christian , 15 juillet 2012 @ 21 h 18 min

    Les hommes ne vivraient pas longtemps en société s’ils n’étaient dupes les uns des autres.

    Larochrfoucauld

  • million , 16 juillet 2012 @ 1 h 51 min

    C’est moche peu importe ou va notre coeur c’était intéressant d’avoir leur chroniques, on est de plus en plus en “prison”.

  • Manobia , 17 juillet 2012 @ 11 h 29 min

    Pour une partie de l’opinion publique, réac =beauf=France moisie=pétainiste= fasciste=nazi… Tout dans le même sac, on arrête de réfléchir, les automatismes se déclenchent…

  • Aaron , 22 juillet 2012 @ 22 h 59 min

    La paternité de cette terminologie est à imputer à “nos chers amis communistes”.

Les commentaires sont fermés.