Pour lutter contre l’hétérocratie, changeons le langage !

Le plus drôle dans cette histoire de mariage gay, c’est que tous les tenants du changement, du Progrès, restent tristement prisonniers de termes qui sont totalement hétéronormés et dont ils préfèrent changer le sens pour les adapter à une réalité qui étymologiquement est en contradiction avec les termes eux mêmes. Il n’y a aucune inventivité ni aucun souci de respecter le pluralisme conceptuel. A une époque où tout est possible, ce manque linguistique apparaît comme une régression.

Puisqu’il faut sortir du biologique (de la préhistoire, quoi), de toute référence à la nature et fonder le monde nouveau sur les progrès de la science et de la technique, alors il faut bien inventer d’autres mots au lieu de rester bloqués sur des vieux schémas hétéros et bionormés d’un autre âge. Il faut trouver de nouveaux termes pour qualifier ce monde nouveau et toutes ces nouvelles perspectives. Avec le Mariage pour tous, nous exigeons le Néologisme pour tous !

Le mariage est fondé sur la différence des sexes, parlons maintenant de “pairiage”. Le couple est fondé sur la différence entre deux réalités concrètes, parlons de “mouple” dans leur cas. Puisqu’ils refusent toute référence au biologique, parlons de “techsciliation” pour désigner la production techno-scientifique d’embryons ! Au lieu de parentalité, parlons de “pairentalité” ou d'”homarentalité”.

Avant tout, il faut se réapproprier la langue. Travailler le matériau linguistique à la lumière des acquis de la postmodernité !

Photo : une quenelle…

Autres articles

47 Commentaires

  • xrayzoulou , 14 Août 2013 à 13:18 @ 13 h 18 min

    Je ne veux pas de changer de langage : appelons un chat un chat ! Ces idées biscornues sortent d’esprits très réduits et qui n’ont rien d’autre à penser.
    Que vive notre langue, belle et variée à l’infini. Leurs ignominies ne devraient pas exister !…

  • Charles , 14 Août 2013 à 13:48 @ 13 h 48 min

    La proposition de Paul Meng est excellente.

    Pour contrer les ultra-çoniques polysexuels de fronce
    ,il est nécessaire de leur attribuer un nouveau langage
    qui ,précisément,les ridiculise.

    Exemple cité “les mouples ” en face des “couples”.

    Ou encore “ministresse” pour les femmes ministre.

  • Charles , 14 Août 2013 à 13:50 @ 13 h 50 min

    Xrayzoulou;
    On parle donc de 2 langages:
    Le notre qui se veut cohérent et rigoureux.
    Le leur,qui bascule dans le délire logique & sémantique.

  • Eric , 14 Août 2013 à 13:56 @ 13 h 56 min

    A l’heure actuelle, nous sommes abreuvés en mots en phobie qui sont en contresens de leur construction. Phobie = peur et non haine

    Alors, puisque les medias inventent et répercutent , on peut faire pareil. Ne parle-t-on pas déjà de merdias , de journaleux, etc … A nous d’utiliser nos mots , et plus on les utilisera, plus ils rentreront dans les moeurs.

  • Républicain non aliéné , 14 Août 2013 à 14:19 @ 14 h 19 min

    C’est bien ce que je disais en commentant un autre article : la déformation et la subversion sont les premiers outils que les LGBT utilisent pour arriver à leurs fins. Pour déformer les perceptions des individus il faut en premier lieu déformer leur langue, le travail est vicieux, méthodique et lent mais efficace : la plupart des médias acquis reprennent ensuite ce jargon pour parole d’évangile et poursuivent l’oeuvre de propagande.

    On voit ainsi apparaître des notions aberrantes telle que “couple hétérosexuel” comme si les paires constituaient un couple au même titre qu’un homme et une femme. Ceci ne date bien sûr pas d’aujourd’hui mais au moins à partir de l’époque où ils ont manoeuvré pour sortir l’homosexualité du champ des perversions, devenues “paraphilies” jusqu’à aujourd’hui où certain(e)s osent dire que leurs pratiques répugnantes sont équivalentes aux relations sexuelles naturelles.

    Il faut donc se réapproprier la langue, tourner systématiquement et sans concession en ridicule les contresens du vocabulaire LGBT et surveiller ce que l’on introduit dans le dictionnaire.

  • Paul Meng , 14 Août 2013 à 14:23 @ 14 h 23 min

    En bref ne soyons pas sophophobes mais plutôt onto et logophiles 😉

  • Républicain non aliéné , 14 Août 2013 à 14:26 @ 14 h 26 min

    Pourquoi se fatiguer ? Autant faire simple, ce sont des paires. Les vrais couples sont l’antithèse des formations homosexuelles après tout. Le problème étant qu’ils ramènent la notion de “couple” aux deux individus et non au sexe or, anthropologiquement, ça n’a aucun sens. Le “couple” homosexuelle n’existe que socialement, dans la réalité c’est une paire de deux individus de même sexe.

    Mais la réalité c’est la première chose qu’un certain nombre d’entre eux n’acceptent pas et c’est aussi la première qualité qu’ils nient à leurs détracteurs pour ne surtout pas avoir à se justifier.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen