Alain Madelin défend le libre échange

Dans une “lettre ouverte à Arnaud Montebourg, aux protectionnistes et aux dirigistes de tous bords”, Alain Madelin défend le libre échange, dont les vertus ne sont, selon lui, pas forcément visibles au premier coup d’œil. En effet, “ce que l’on voit, c’est une entreprise contrainte sous la pression de la concurrence de fermer ses portes ou de délocaliser”. Mais, rappelle-t-il, “le consommateur qui en achetant par exemple une paire de chaussures importée 110 € au lieu de 200, a gagné un pouvoir d’achat supplémentaire de 90 €”. “Ce que l’on ne voit pas derrière la perte du producteur national, c’est le profit de cet autre producteur qui bénéficiera de ces 90 €. Ce que l’on voit encore moins c’est que les 110€ touchés par le producteur étranger reviendront inéluctablement, directement ou indirectement, sous forme d’achat de bien ou de services dans notre économie au profit d’un autre producteur”, continue-t-il. “Ceci revient à dire que tout avantage obtenu par le producteur d’une activité protégée se fait nécessairement aux dépens du consommateur et de deux autres producteurs selon la règle « un profit, deux pertes » que les manuels d’économie enseignaient naguère”. C’est pourquoi, selon Alain Madelin, “globalement, le libre-échange est toujours gagnant-gagnant”. “Certes, si le dynamisme entrepreunarial est insuffisant et l’économie peu compétitive, les nouveaux emplois de substitution ne verront pas le jour. Mais est-ce là la faute du libre échange ?” s’interroge l’ancien élu.

Le protectionnisme, un alibi pour ne pas s’attaquer aux vrais problèmes des entreprises françaises ?

Autres articles

2 Commentaires

  • RAOUX Yves , 14 Oct 2011 à 14:43 @ 14 h 43 min

    C’est malin! Les 90 Euros de gain vont servir à payer des allocations à l’ouvrier au chômage.

  • JEAN LUC , 15 Oct 2011 à 5:31 @ 5 h 31 min

    Alain Madelin tape très juste pendant que dans la droite nationale on vend du protectionnisme parce que tout le monde ailleurs prône le libre-échange (sans se demander si justement, il n’y a pas une très bonne raison pour ça).

    Il y a une époque où Le Pen tenait le même discours qu’Alain Madelin, et c’est quand même la période où il est passé de 1 à 15%.

    Aujourd’hui il faut dire le contraire de ce que disent les autres même si ça signifie dire des conneries simplistes.

    Il n’y a pas de place pour Alain Madelin, qui explique des choses compliquées mais très juste. Ce qui se vend bien c’est le protectionnisme et les idées simplistes, ce qui est très triste.

Les commentaires sont fermés.