Le mépris de certains universitaires pour la jeunesse algérienne

Dans un reportage du quotidien suisse francophone Le Temps, des sociologues et psychologues algériens s’interrogent sur l’absence de “Printemps arabe” dans leur pays. Ces universitaires tentent le plus sérieusement du monde l’explication suivante : “les jeunes ont perdu jusqu’au sens de la réflexion par la faute d’une pensée rétrécie”… Révolutionnaire ou demeuré, vous êtes prié de choisir votre camp !

Autres articles