Avec toutes ces phobies, le débat est-il encore possible ?

Tribune libre de Vivien Hoch*

Un des grands arguments des afficionados du « mariage pour tous », c’est l’argument ab negatio : si tu n’es pas pour, tu es homophobe. On entend dire partout que ce projet de loi aurait « exacerbé et répandu la parole homophobe ». Vieille technique de la bienpensance, que de poser le débat selon ses propres termes pour se scandaliser de l’adversaire.

La technique de la -phobie vous enferme dans une dialectique qui esquive le débat. Elle formente un complot contre la démocratie, contre le langage communicationnel (Habermas), contre la raison toute entière. Elle psychologise le débat, la société ; elle psychiatrise l’adversaire, l’envoie d’emblée et déjà-toujours à des soins psychiatriques. Nous sommes dans la logique du « cycle carcéral » mise en lumière par Michel Foucault dans Surveiller et punir (1975).

Lionel Jospin l’avait déjà remarqué en  2004 : « Je vois s’esquisser une nouvelle tentation bien-pensante, voire une crainte de l’imputation homophobe qui pourrait empêcher de mener honnêtement la discussion [sur le mariage homosexuel et l’adoption] » (Le JDD du 16 mai 2004) ;  c’est-à-dire à la mise sous verrou de tout débat qui contreviendrait au dogme étatico-médiatique, autrement dit tout ce qui ne se pose pas dans les catégories imposés d’ « homophile » et d’ « homophobe ».

Pour cela, il faut éduquer les gens à penser comme le pouvoir, et ce dès la plus tendre enfance. Ayons confiance en Vincent Peillon pour organiser la chose. Nos enfants en sauront bientôt davantage sur la contraception, le mariage homosexuel, l’homophobie, le trans-genre et le cannabis que sur les règles de conjugaison. Une neutralité qui s’applique (ou devrait s’appliquer) également aux dogmes d’État. Nos enfants n’ont pas à faire les frais des errances de leurs ainés. Laisser les enfants hors de ces questions, nous empêchera de verser dans la pédophobie.

Les grandes religions vont peut-être encore nous sauver. Comme le grand Rabbin de France, je remarque que la question ne doit pas se poser en termes de revendication, d’égalité, et de tout ce qui va avec – discrimination, -phobies, stigmatisation – mais en terme de sexualité, de filiation et de psychologie infantile, des lieux sur lequels toute décision politique peut porter préjudice à une civilisation toute entière. Si les échanges ne portent pas sur ces derniers points, c’est tout le débat qui peut tourner vers le clivage imposé de la –phobie.

Comme Benoît XVI, enfin, j’estime que « le mariage et la famille » doivent être « garantis » de «toute équivoque possible quant à leur vérité », parce que dans une civilisation qui brille (ou s’assombrit) par son manque de repères stables, la pire des choses est de s’attaquer à sa cellule de base, dernier cocon de sécurité affective et morale. La ligne de partage entre l’équivocité et l’univocité autour de la famille ne passe pas, encore une fois, par les catégories d’ « homophobe » ou d’ « homophile »…

La guerre est sémantique. Et la gauche l’a largement gagné. Cependant, personne ne sortira grandit de ce débat imposé s’il ne prend acte de la posture de l’adversaire : une posture clivante et psychologisante pour les partisans du « mariage pour tous », une posture grave et inquiète pour ceux qui s’y opposent. Selon ce schéma bien actuel, un débat est-il encore possible ? J’en doute fort…

*Vivien Hoch anime le blog Itinerarium.

> Cette tribune est publiée en partenariat avec Itinerarium.

Autres articles

5 Commentaires

  • Tarantik , 15 janvier 2013 @ 18 h 25 min

    Avec l’enflure des mots vient la décadence.

    Depuis des lustres QUE LA GAUCHE ET SES OFFICINES truquent le vocabulaire la décadence de la France progresse.
    Avec Mss Hollande, Ayrault, Peillon et autres Taubira, la décadence à chaussé ses bottes de sept lieues !
    Evidemment cela ne dédouane en rien “la fausse droite” qui a, par exemple, introduit la théorie (sic) du Gender dans notre Enseignement

  • Robert , 15 janvier 2013 @ 18 h 33 min

    D’accord avec cette analyse.
    Maintenant, qui influencera les organisateurs des prochaines manifestations en vue d’abandonner toute référence à cette formulation sidérante d'”homophobie” qui nous divise et détourne l’attention du vrai sujet en jeu?
    Prions pour qu’il se trouve des personnalités influentes pour y parvenir.

  • Charly , 16 janvier 2013 @ 10 h 33 min

    Le gouvernement pratique la cathophobie et la démocratophobie.

  • Gérard(l'autre) , 16 janvier 2013 @ 14 h 06 min

    Au point où en est l’état d’esprit régnant en France, les divisions des français, le matraquage médiatique et sa connivence avec le pouvoir, le désespoir de tout le monde face aux dangers qui nous menacent, la dictature des “bien pensants”, le terrorisme intellectuel, les anti-racismes de toutes sortes érigés en vertus, les “droits de l’homme” à sens unique, la Justice qui marche sur la tête, la vente de la France aux étrangers, le pourrissement de nos valeurs, … je ne vois pas comment revenir désormais à plus de bon sens et de sagesse.
    Il m’apparaît que le mal creuse un fossé de plus en plus difficile à combler et que nous allons vers un grand “chambardement” de plus en plus inéluctable … à moins d’accepter l’abandon de 2000 ans de civilisation et remettre le sort de la France entre les mains des salauds qui souhaitent notre perte sous prétexte de fausse “évolution” …

  • tirebouchon , 16 janvier 2013 @ 15 h 54 min

    Ni phile ni phobe….des homos je m’en tape comme de ma première chemise….Mais en toute connaissance de cause le mariage et l adoption des enfants comme la PMA et le reste cela fait parti de ce que les uns ou les autres ont nommé complot mais qui nest en réalité que la suite logique de la destruction de la famille et donc des nations. Les effets négatifs se font sentir chaque jours qui passent chaque fois un peu plus forts…..Quand ces effets négatifs seront arrivés à leur paroxysme il sera, depuis belles lurettes, trop tard….

    Les blablas sont inutiles il faut à chaque action négative apporter la réponse d une réaction positive…tout comme les terroristes qui doivent être détruits, selon François la verrue, l action négative desservant le peuple et la nation doit être détruite…sans discussion ! Chose infaisable sans l armée et la police avec le peuple….

Les commentaires sont fermés.