Gilles-William Goldnadel sur l’affaire Vanneste : « Cela ne me paraît pas justifier une exclusion de l’UMP »

Gilles-William Goldnadel est avocat, président de l’association France-Israël et, membre du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Nouvelles de France lui a demandé de réagir à la polémique provoquée par les propos de Christian Vanneste sur la déportation des homosexuels en France.

« De vous à moi, je ne suis pas un grand spécialiste de la question », déclare Gilles-William Goldnadel, « mais il y a un livre qui est insoupçonnable en la matière, c’est celui de Peter Novick. Le Monde en avait fait les éloges à sa sortie et il avait été encensé par tous les intellectuels ». « Dans ce livre », poursuit-il, « l’historien, sans nier qu’il y avait eu des homosexuels déportés, avait déclaré qu’il ne fallait pas exagérer le nombre de ceux-ci. »

Et Gilles-William Goldnadel de conclure : «En tout état de cause lorsque vous me dîtes que Vanneste a dit qu’en « Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30.000 déportés. Et il n’y en a pas eu ailleurs (…) Il n’y a pas eu de déportation homosexuelle en France », cela ne me paraît pas justifier une exclusion de l’UMP. »

Autres articles

1 Commentaire

  • Robert , 15 février 2012 @ 21 h 18 min

    Vous, je sais pas, mais moi je ne reconnais de légitimité ni à Goldnagel, ni à Klarsfeld, ni à Myard pour décerner des certificats de blancheur historique à quiconque.
    L’histoire est et doit rester le domaine de recherche des historiens, des vrais bien sûr pas des militants déguisés en historiens.
    Les instrumentalisations de l’histoire pour servir une mémoire partiale et partielle de telle ou telle communauté ou lobby sont toutes insupportables et irrecevables.
    Leur avis, on s’en fiche!
    Ce qu’à dit Vanneste correspond à ce qui est actuellement connu de l’histoire. Il y a eu des homosexuels notoires jusqu’à la fin de la guerre parmi le gouvernement de Vichy, comme des francs-maçons soit disants déportés. Et aussi parmi le gouvernement national-socialiste qui a contenu son lot d’invertis et de francs-maçons.
    On ne citera pas de nom, on peut le faire sans problème, mais ils sont connus.
    Cela serait-il crédible si les homosexuels étaient déportés à la même période?

Les commentaires sont fermés.