La fin rocambolesque de Manuel de la Mancha

Il était fier, si fier, tellement fier ! Comme irradié par le soleil brûlant, il franchit le porche de la place Beauvau. Démarche altière, mâchoires serrées, lèvres pincées, il remonta lentement l’allée et gravit les marches de l’estrade. Toisant l’assemblée de son air d’hidalgo enfiévré, il posa les mains sur le pupitre. Ils étaient tous là : les pontes de la PJ, les vieux briscards de la Crim’, les jeunes loups de la BAC et même ceux de la DCRI. Tous tremblaient sur leur siège, priant pour que les foudres du héros tombent sur les épaules voisines. Laconique, il éructa un terrifiant : « Messieurs, les chiffres sont mauvais ! ». Ses yeux perçants fixèrent quelques visages blêmes. Une odeur de sueurs froides s’échappa des premiers rangs. « Messieurs les chiffres sont mauvais » répéta-t-il dans un silence terrible. Toutes les têtes se courbèrent à l’exception de celle du vieux Boucault qui le regardait de son air d’éternelle chouette. Celui-là se savait protégé : plus il échouait, plus il grimpait. « Messieurs la délinquance explose ! Nous pourrions naturellement charger la préfecture de police de Paris de nous arranger les statistiques puisqu’elle fait preuve en la matière d’une maestria sans égale ». Un petit couinement satisfait s’échappa de la Chouette et son visage grimaça un rictus proche du sourire. « Le problème c’est que cela fait trente ans que nous faisons du maquillage et il semble que la population commence à s’en apercevoir. Cette fois, il nous faut des résultats d’ici les municipales ! Ordre du Boss : nous avons 9 mois pour redresser la situation ! »

« Messieurs, un corps de police de choc va être expérimenté à Clichy avant d’être généralisé dans toute la France ! Nous serons impitoyables; nous ne ferons aucune concession ; nous ne transigerons pas ! Cette nouvelle brigade de répression de la délinquance ne fera plus de contrôles au faciès ! Plus aucun ! Quand bien même ses hommes seraient chargés de démanteler un gang de narcos maliens, elle veillera à arrêter autant de vieilles femmes blanches que de jeunes hommes noirs ! Un jour sur deux, les grands frères donneront les ordres et les officiers supérieurs briqueront les latrines ! Cette unité respectera rigoureusement la parité et sera dirigée par un transsexuel ! Les brigadiers de genre féminin porteront le treillis bleu et les brigadiers hommes le tutu rose ! » Les yeux du ministre sortaient presque de leurs orbites. « Et pour les entraînements, ça va être du sérieux : fini ces fonctionnaires qui ronronnent tranquillement dans le 93 où il leur est interdit de contrôler, de tutoyer ou de menotter les gens. On les enverra se former à Versailles … et même en Corrèze lors des visites du Boss ! Là, ils pourront apprendre à injurier des pères de famille, à gazer des lycéennes et à casser leur matraque sur le dos des bigotes et des édiles homophobes. Et si ça ne suffit pas, on les lancera contre les Hommen pour qu’ils s’entraînent à balles réelles ! » Cet évocation du réel provoqua un court-circuit dans le cerveau surchauffé du ministre. Pris d’un tremblement frénétique, il se cogna le front à plusieurs reprises contre le pupitre puis redressant la tête, il se figea brusquement : une toute jeune fille portant un T-shirt à l’effigie d’une famille passait furtivement devant le porche. Le système nerveux du ministre entra en fusion. Dans un ultime geste hiératique, il arracha le pied du micro, le ficha sous son auguste bras et sauta sur le dos de la Chouette qui se mit à cavaler dans l’allée centrale. Fouettant les flancs de son improbable monture, lance dardée, il se mit à hurler « fascistes, fascistes, fascistes ! ». Une violente explosion suivie d’un long sifflement se firent entendre. L’assistance médusée vit le Don Quichotte de la place Beauvau et son Rossinante d’occasion fuser dans le ciel azuré avant de s’éparpiller au firmament dans un dernier grondement.

Autres articles

39 Commentaires

  • Veronique , 15 juin 2013 @ 13 h 39 min

    Bravo à vous François, pour votre humour caustique qui entretient le moral des troupes et ouvre les intelligences sur les absurdes manoeuvres de nos hommes politiques. Ils sont tellement idéologisés qu’ils en perdent la raison! Leur fin approche ,il le savent et deviennent de plus en plus fous. Ils risquent bien un jour de s’étrangler dans leur propre rage!
    J’espère que nous aurons le plaisir de vous lire fréquemment sur Nouvelles de France.

  • Aziliz , 15 juin 2013 @ 13 h 52 min

    Bravo. On s’y croirait.
    Dommage que la fin ne soit qu’un rève mais après tout les voies divines sont impénétrables!
    Manolito Stalino_Valls dit La Gazeuse ne mérite pas plus comme destrier qu’un boucault (bourricot?) à bout de souffle.
    Maintenant pour ceux qui pensent que Manolito et sa comparse la Taupe-ira (en Enfer) seraient les “préférés” des français, n’oublient-ils pas que l’art consommé des merdias est de travestir la vérité ? A une amie de couleur qui s’était fait la coiffure afro et à qui j’ai dit : Ah non, pas toi, on dirait Taupe-ira (en Enfer), le lendemain, plus rien et elle m’a gratifié d’un bisou reconnaissant en me disant : tout mais pas celle-là. Des amis de descendance hispanique m’ont aussi fait savoir que le Manolito était à leurs yeux, un etron bolchevique. Et ce serait, ces deux machins, les préférés des français ? Allons Messieurs, dans ce cas, je vote pour le nouveau PQ de Lotus, au moins il est utile, résistant (dans les deux sens), la ferme et ne fait pas de mal à Ma France.

  • Bernard , 15 juin 2013 @ 13 h 53 min

    l’UMPS, parti unique en politique …. est composé de clowns lubriques , TOUS nous prennent pour des “…. ” et NOUS en avons assez ! Depuis le départ du Gal de Gaulle ils deviennent de plus en plus fous, dépensiers, orgueilleux et s’imaginent qu’on regrette de les avoir virés ! NON, nous voulons plus d’eux, qu’ils s’étranglent tous en constatant la réalité….

  • JSG , 15 juin 2013 @ 14 h 20 min

    J’ai toujours autant de respect pour ces gens, peres et mères de famille, qui sont envoyés au casse-pipe dans des quartiers vérolés par des intouchables sous peine de poursuites par ces associations contre….
    L’irresponsabilité du législateur englué dans son idéologie soixante-huitarde.
    La lâcheté des decisionnaires ayant peur de voir déferler ceux qui n’ont rien à foutre de la France des souchards ; et dont personne ne veut tellement ils puent la haine.
    L’application à la virgule, des textes de loi pour comprendre le mal-être de tous ces jeunes -moins de quarante ans si vous êtes délinquant-, pendant que des bandes de paumés continuent leurs agressions.
    Les lois européennes derrières lesquelles nos chers ministres se réfugient pour ne rien faire -ou presque- -ou faire semblant-
    La trouille verte, que le pays donneur de leçons concernant l’affaire des Balkans, devienne à son tour un nouveau kosovo, et que les Serbes nous renvoient l’ascenseur… Ou bien que la xénophobie dont les irresponsables qualifient la moindre réflexion d’un citoyen excédé de tant d’actes impunis.
    Bref, ça pue, et plus cette équipe d’arrogants diviseurs continuera à se vanter, plus la pays plongera dans la déprime.
    Alors, cette parodie de notre fier ministre de l’intérieur de la pensée, nous faire rire…jaune…

  • Delaye , 15 juin 2013 @ 14 h 28 min

    J’ai lu l’autre jour dans Métro (appartient-il aussi à la tapette Bergé?) qu’il fallait lutter contre “l’occupation des mosquées” (!!!) et que les Français étaient à 54% pour le vote des étrangers. Les médias ne manquent pas d’air.

  • esprit libre , 15 juin 2013 @ 14 h 39 min

    Oh…
    Oui, les mâchoires serrées mais… parler de démarche altière pour un homme qui s’habille comme s’il sortait au petit matin d’un casino glauque en cravate blanche, que l’on voit Gare de Lyon dans son imperméable les mains dans les poches, l’air faussement décontracté alors qu’il est conspué et qu’il se blottit derrière des rideaux de policiers…
    Et quelle idée curieuse de le peindre en hidalgo, en Don Quichotte, qui est tout de même animé d’un idéal chevaleresque…
    Non il y a dans ce sinistre exécuteur des basses oeuvres du régime un faussaire de chiffres, un manipulateur, un homme brutal capable de donner l’ordre de gazer de familles depuis un couloir de salle de spectacle, un lâche qui fait violenter des jeunes veilleurs mais humile la Police Nationale en livrant un quartier de Paris à l’émeute, un fourbe capable d’envoyer des policiers en civil ou des provocateurs pour déconsidérer un mouvement populaire et porté par un idéal… Non, Manuel Valls n’a rien du héros de Cervantès, il aurait sa place dans un roman de gare sombre et conservera tout le reste de sa vie sur lui une marque d’infamie.

  • Jacques , 15 juin 2013 @ 16 h 17 min

    Tout au long de ce texte, ma jubilation n’a fait que s’accroître. Bravo !
    C’est moins ampoulé que la Lettre de Rastignac, moins subtil aussi, certes mais tellement plus marrant.

Les commentaires sont fermés.