Déferlement migratoire : un maire hongrois en appelle à l’aide pour protéger son village, la Hongrie et l’Europe de l’invasion migratoire

László Toroczkai, maire de Ásotthalom, lutte seul depuis des mois pour endiguer les flux migratoires et alerter l’opinion publique hongroise et internationale sur ce sujet

La crise migratoire qui frappe la Hongrie s’aggrave avec l’été : durant le week-end des 11 et 12 juillet, ce sont plus de 3.000 clandestins qui ont pénétré illégalement l’espace Schengen via la frontière hungaro-serbe. Cela porte à près de 80.000 le nombre de clandestins ayant pénétré la Hongrie depuis le début de l’année 2015.

Pour faire face à cette crise et ses conséquences – en termes de désordre public, de risques sanitaires et d’insécurité en raison de nombreux larcins commis sur les propriétés ou les véhicules –les autorités locales hongroises frontalières sont souvent démunies.

C’est ainsi que l’une des communes les plus exposées à la crise, Ásotthalom (4.000 habitants, dont de nombreux fermiers isolés), a été contrainte d’embaucher trois personnes pour le seul nettoyage de la commune en raison des tonnes d’immondices laissées par les clandestins (pour ceux qui en douteraient, voici une vidéo prise dans les bois de la région de Szeged).

La construction du mur à la frontière hungaro-serbe qui vient à peine de commencer ne produira ses éventuels effets que d’ici plusieurs mois. D’ici là, les municipalités et les habitants du sud de la Hongrie resteront confrontés et démunis face à cette crise.

Le maire de Ásotthalom, László Toroczkai, a lancé sur sa page Facebook un appel à l’aide financière pour équiper sa commune d’un nouveau véhicule pour les gardes-champêtres, la vieille Lada de la commune ayant rendu l’âme et le ministère de l’intérieur ayant refusé d’octroyer des moyens financiers à la commune pour l’achat d’un nouveau véhicule pour lutter contre l’immigration clandestine qui envahit sa commune et le pays :

La frontière appelle à l’aide !

Nous devons définitivement retirer de la circulation la vieille Lada Niva de la garde champêtre. En effet, les frais d’entretien de celle-ci s’élèvent à des sommes trop importantes pour notre humble municipalité. De plus, il nuit à l’image de la Hongrie qu’un vieux tout-terrain russe accompagne des équipes de tournage étrangères pour filmer les passages de frontière de clandestins illégaux.

Il y a trois jours, j’ai demandé au Ministre de l’Intérieur, Sándor Pintér, de nous envoyer un nouveau tout-terrain utilisable mais nous n’en avons pas reçu. Or notre municipalité n’a pas les moyens de s’équiper d’un nouveau tout-terrain et ne peut demander autre chose que des machines agricoles au gouvernement.

Cependant, si nos efforts étaient couronnés de succès et que la construction du mur débuterait à Ásotthalom, nous pourrions prouver qu’aucun groupe de migrants ne serait capable de traverser la frontière. Dans l’optique de mener à bien notre travail, nous avons férocement besoin d’un nouveau tout-terrain.Nous prions tous ceux qui désirent aider, d’effectuer un virement sur le compte bancaire de la commune de Ásotthalom.

Moi-même je verse 20.000 forints [environ 65€, soit un quart des émoluments de maire] de mon salaire à ce but. J’aimerais croire, que si le Magyar Kétfarkú Kutya Part [le parti du chien hongrois à deux queues, un parti gauchiste satirique] a pu réunir 33 millions de forints [soit près de 110.000€] dans le but d’imprimer des affiches d’opposition [à la politique anti-immigration du gouvernement], alors peut-être les gens donneront pour quelque chose de moins absurde que cette guéguerre d’affiches.

Je tiendrai tout le monde au courant de l’état des dons. Si la somme requise pour un nouveau tout-terrain venait à être disponible, le texte suivant apparaîtrait sur le véhicule à côté du blason national: ” Rendu possible par l’effort solidaire de la nation hongroise”.

Source : page Facebook du maire de Ásotthalom

Le véhicule à remplacer. Une seule Lada antique pour contrôler des milliers d’hectares de champs et de forêts face à des centaines de migrants qui pénètrent la commune chaque jour…

Nouvelle déclaration en date du 14 juillet 2015 :

Jusqu’ici, 2.547.925 forints [environ 8220€] ont été réunis pour l’achat d’un nouveau tout-terrain de la garde champêtre avec lequel nous poursuivons les passeurs et les trafiquants d’être humains, et avec lequel nos gardes champêtres ont pu interpeller plusieurs milliers de migrants depuis sa création l’année dernière.

Nous ne pouvons demander des aides de l’État que pour des machines agricoles (nous l’avons d’ailleurs fait!). Nous nous sommes tournés en vain vers le Ministère de l’Intérieur, nous n’avons pas reçu de nouveau tout-terrain. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous tourner vers la population hongroise et se force de solidarité afin de nous procurer un tout-terrain rapide, sûr et économique.

Nous protégeons Ásotthalom et nous protégeons la Hongrie, nous attirons l’attention du monde sur cette invasion d’un genre nouveau qui dure depuis déjà un certain temps. C’est pour cela que nous avons demandé votre aide. Nous avons déjà recueilli les dons de 365 Hongrois qui ont envoyé essentiellement des petites sommes, pour lesquelles nous sommes reconnaissants. Les petits ruisseaux font les grandes rivières, et même 1000 forints sont d’une grande aide.

Ce qui me surprend, c’est qu’uniquement 4 donateurs ont effectué des virements de l’étranger, or je sais que les posts de ma page Facebook sont beaucoup suivis auprès de ceux d’entre nous qui travaillent à l’ouest. Or, d’après la plupart des analyses, ces nouveaux envahisseurs souhaitent en premier lieu s’emparer des pays occidentaux, où l’on peut d’ailleurs en mesurer l’ampleur. Ici, à la frontière sud, nous sommes en première ligne de cette invasion grandissante.

Le plus important cependant est qu’on remercie ceux qui ont déjà donné. Nous poursuivons la collecte.

Source : www.facebook.com/laszlo.toroczkai/posts/447592958755336

Pour les personnes désireuses d’envoyer une aide, même modeste :

Destinataire : « Ásotthalom Nagyközségi Önkormányzat » (conseil d’arrondissement de Ásotthalom en hongrois)

IBAN : HU23 10201006-50225253-00000000

SWIFT : OKHBHUHB

Préciser dans le motif du virement : « Terepjáró » (véhicule tout-terrain en hongrois)

Coordonnées de la banque :

K&H Bank

H-1095 Budapest

Lechner Ödön fasor 9

A ce sujet, revoir le reportage produit par TV Libertés à Ásotthalom :

Autres articles

6 Commentaires

  • MCT , 15 Juil 2015 à 11:40 @ 11 h 40 min

    Merci à NDF de nous faire connaitre cet appel de détresse. Je ne peux pas donner partout, j’ai donné pour aider les chrétiens d’Orient martyrs, mais il faudrait vraiment aider ce maire. Il est en première ligne, mais après… c’est nous.
    Tout ce qui se passe actuellement est tellement scandaleux. Tous nos hommes politiques traitres et détestables !
    Voilà ce qui arrive quand on met Dieu à la porte. A mon niveau, je ne vois que la prière.
    Nous savons heureusement qu’à la fin, le Christ est vainqueur. Gardons l’Espérance, mais que ce chemin de Croix est triste.

  • François , 15 Juil 2015 à 12:25 @ 12 h 25 min

    Bon c’est pas grand chose mais j’envoie 15 euros, ça me semble plutôt concret et utile comme demande

  • V_Parlier , 15 Juil 2015 à 14:02 @ 14 h 02 min

    Le pire c’est qu’en ce moment la Hongrie est en train de se faire menacer par tous les europitres (Cohn Bendit le premier) à cause de cette mesure de préservation. Un gaucho-maïdan en Hongrie (on fait avec ce qu’on a) doit être à l’étude.

    Ceci dit, remarque secondaire (comme le détail tant mis en avant dans le billet): Une Lada Niva c’est pas si mal, au moins çà se répare facilement (tant que çà a un kilométrage raisonnable comme tout véhicule). Le problème est bel et bien qu’ils n’ont qu’un seul véhicule, et probablement vieux. S’il a honte de montrer juste un véhicule russe à des visiteurs européens, alors il est mûr pour se coucher: Fais la volonté de Bruxelles et accueille à bras ouverts…

  • Enoch , 16 Juil 2015 à 19:36 @ 19 h 36 min

    Au moins ce billet met en avant, la fraude de Frontex ou les pays qui sont censés remplaces nos frontières sont des passoires sans argents.

    C’est amusant comme l’europe craque de tout part. Comme tout systeme en court d’effondrement, il sera interessant d’analyser la vitesse a laquelle, il va s’ecrouler. Un systeme qui s’effondre change d’etat presque du jour au lendemain. UN jour tout va, le lendemain c’est une configuration totalement differente.

    L’euro, les dettes, la guerre avec daesh et le tsunami migratoire sont autant de bombe a retardement qui mettront en avant la fragilite de la construction europeenne.

  • Zozo88 , 23 Juil 2015 à 16:12 @ 16 h 12 min

    François, ou Ferenc en hongrois,

    Vous allez verser 15,00 € inutilement, parce que la loi hongroise sur la transparence des comptes publiques est claire. Tout ce qui s’adresse à cette situation en Hongrie est calculée par le Ministère de l’Intérieur de la République, si vous voulez plus d’informations sur le sujet, consultez le site en anglais :

    http://www.kormany.hu/en/ministry-of-interior/news/temporary-security-border-fence-is-under-construction

    Si au pire les frontières étaient mal gérées, il existe à la Défense des moyens bien plus efficaces. Vous devriez économiser votre argent, le gouvernement hongrois n’en pas besoin, sauf peut-être pour s’en remplir les poches… Si toutefois vous souhaitez généreusement et naïvement payer, je peux vous aider à obtenir la citoyenneté hongroise, si vous avez 249.985,00 € pour eux.

    Vous constaterez sur cette vidéo les véhicules qu’ils (les Ministères) achètent :

    https://www.youtube.com/watch?v=McDKK3IOdkQ

    Ou les contrôles…

    https://www.youtube.com/watch?v=5qP7z2KjJVU

    bref, à vous de voir comment vous voulez dépenser… Je peux vous donner mon numéro de compte, si vous le souhaitez, je suis preneur 😉

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen