Ce que cache la loi “égalité réelle entre les femmes et les hommes”

C’est certainement parce que les socialistes produisent beaucoup de vent (taxe à 75%, tarification de l’électricité, exonération de charge pour les bas salaires) qu’ils ont souhaité ajouter le mot “réel” au titre de la loi… C’est promis on ne joue pas à la marchande cette fois ! L’objectif est d’obtenir “une société d’égalité réelle”….

La loi égalité femme/homme a été voté à l’Assemblée dans une indifférence quasi-générale le 23 juillet. Cette loi vise, comme les autres (mariage pour tous, APIE, lire ici) à changer fondamentalement la société. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter Mme Vallaud-Belckacem lors de son discours introductif au vote solennel dénonçant “la persistance des inégalités professionnelles ou encore l’inéquitable répartition des responsabilités domestiques et parentales”. Ainsi, l’Etat est désormais juge de la juste répartition des responsabilités au sein du couple ! Cette démarche est à caractère totalitaire et liberticide.

Que retenir, en outre, de cette loi :

> La notion de “bon père de famille” disparaît au profit du mot “raisonnablement”, il s’agit de réécrire le “code sexiste” (civil).
> Suppression de la situation de détresse pour les femmes désirant interrompre une grossesse… L’IVG devient “normale”… Un simple droit.
> Obligation faite aux deux membres du couple (eh oui…) de prendre un congé parental pour bénéficier de la durée maximale
> Les sociétés non cotées à partir de 249 salariés, sous réserve de réaliser 50M€ de CA par an, devront respecter la parité dans leurs conseils d’administration avec, en cas de non respect, l’interdiction de concourir aux marchés publics, et ce dès 2017.
> Mise en place d’un système de garantie publique en cas de non paiement de la pension (Cela nous rappelle la loi Duflot… et sa garantie universelle des loyers)
> Si d’aucuns doutent encore que ce texte est dans la droite ligne des précédents, je laisse la parole au député Laurence Abeille (EELV), toujours lors du débat du 23 juillet : “Enfin, je me permettrai une légère digression car cela ne fait pas partie du texte à proprement parler mais s’inscrit dans la même ligne directrice. Outre la voie législative, le Gouvernement avait décidé de mettre en place les ABCD de l’égalité afin d’éduquer dès le plus jeune âge à l’égalité entre les filles et les garçons. C’était une excellente chose.”

Mieux encore à la page 12 de l’étude d’impact il est précisé : “Il s’agit d’intégrer la dimension du genre dans le contenu des politiques publiques, à toutes les étapes (la préparation, la décision, la mise en oeuvre ou l’évaluation) et dans toutes les secteurs”.

Cette loi, outre les quelques avancées positives – je pense à la pénalisation du cyber-harcèlement – est un jalon de plus vers l’éradication d’une société sexuée, riche de ses différences homme/femme. La déconstruction continue.

> Marc de Fubi anime un blog.

Autres articles

60 Commentaires

  • hermeneias , 15 Août 2014 à 23:19 @ 23 h 19 min

    La photo de belkacem vaut de l’or

  • ranguin , 16 Août 2014 à 7:05 @ 7 h 05 min

    La bonne Simone des années 68 doit lever les yeux au ciel de désespoir.

    La gauche veut tellement laisser quelque chose à la postérité qu’elle ne fait que des conneries.

    Nulle en tout cette gauche.

    Dans le domaine de l’économie c’est encore pire. D’ailleurs Léon Blumm disait : “Si je comprenais quelque chose en économie je ne serai pas socialiste”. Cela fait comprendre bien des choses.

  • lhemeu , 16 Août 2014 à 7:47 @ 7 h 47 min

    Eh oui , la gauche veut marquer l’histoire . Comme les pigeons marquent les pare-brise.

  • mariedefrance , 16 Août 2014 à 8:32 @ 8 h 32 min

    “Egalité réelle”. Voilà un concept nouveau qui pourra se décliner au service des fossoyeurs.
    “Egalité ” suffisait jusqu’à présent !

    “”La perversion de le Cité vient de la fraude des mots” . Platon.

  • Boutté , 16 Août 2014 à 8:47 @ 8 h 47 min

    La bonne Simone avait bien entamé le processus de liquéfaction auquel nous assistons en ce moment !

  • Boutté , 16 Août 2014 à 8:49 @ 8 h 49 min

    Comment peut-on se laisser dicter nos règles par le représentant des Marocains de l’étranger auprès du Roi du Maroc ? Il n’est pas trop tard pour réagir, je l’espère ! ! !

  • delaye , 16 Août 2014 à 9:11 @ 9 h 11 min

    Outre que cette histoire de “genre” est une parfaite ineptie, la parité en est une autre, mise à part l’égalité des salaires pour travail équivalent. La parité de choix ne doit se faire qu’en fonction de la compétence. Voir les conséquences du choix du bon à rien qui nous gouverne en matière de ministres féminins! C’est pire encore que chez les mâles, et il fallait le faire!

Les commentaires sont fermés.