François-Xavier Peron (Civitas) chez Frédéric Taddeï

François-Xavier Peron, porte-parole de l’Institut Civitas, était invité mardi par Frédéric Taddeï dans “Ce soir ou jamais” pour expliquer la mobilisation des chrétiens “indignés” contre la pièce christianophobe Gólgota picnic jouée au Théâtre du Rond-Point (Paris) :

Articles liés

20Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Etienne , 19 décembre 2011 @ 21 h 48 min

    @ Robert :

    Qui sont “les meilleurs pour ce genre de débats” dont vous parlez ?

  • Rousseau , 19 décembre 2011 @ 21 h 56 min

    Oui sans parti pris politique, tout à fait, je vous mets au défi de trouver une seule accointance de Civitas avec quelque parti que ce soit. Après que ce mouvement essaye d’avoir une influence, en l’occurrence lors des municipales, semble légitime, sinon c’est son existence qui devient inutile et absurde.

    Mais je ne vois pas l’intérêt de discuter avec vous lorsque vous partez dans des considérations qui concernent les relations entre la FSSPX et Rome, relations qui n’ont rien à voir ni de près ni de loin avec Civitas. Donnez en un seul exemple. Vous devriez aller à “La Croix”, vous auriez une place.

  • Robert , 19 décembre 2011 @ 22 h 06 min

    Etienne,
    J’ai des noms précis en tête, comme Tugdual Derville ou Jean-Marie Le Méné, par exemple. Ils sont formés et compétents, font preuve de maturité, ne dérapent jamais et manifestent un sens évangélique évident quand ils s’expriment.
    D’autres sont trop “lisses” qui, probablement pour ne pas être trop caricaturé, évitent soigneusement la pugnacité.
    Ceci n’est ni une comparaison ni une critique envers les autres, mais s’exprimer dans les médias réclame certaines qualités. Quand je dis les meilleurs, je veux dire qu’il peut en exister d’autres.
    Mais pour être honnête, le problème le plus important de Civitas reste de se réclamer de la FSSPX et de prétendre parler au nom DES catholiques.
    Que cela plaise ou non, c’est un problème.
    C’est pourquoi je comprends l’attitude du clergé et des évêques à leur égard.

  • Etienne , 19 décembre 2011 @ 23 h 30 min

    Vous ne faites pas preuve d’honnêteté à l’égard de civitas. Car si le mouvement est né dans des milieux proches de la FSSPX, ce sont les évêques de France qu’il a démarchés lors de l’affaire du Piss Christ. Ce sont les interventions d’évêques diocésains et non de la FSSPX qu’il a affichées sur son site ces derniers mois.
    Pour pouvoir le soutenir, certains voudraient que civitas répudie la FSSPX. Personnellement, je trouve l’attitude d’un Daniel Hamiche plus intelligente et pourtant il ne cache pas ses différends avec cette fraternité. Quand on peut s’unir sur des points importants, pourquoi s’en priver ? Et je n’ai jamais lu Alain Escada appeler à aller à la messe à Saint-Nicolas du Chardonnet.

  • Robert , 20 décembre 2011 @ 10 h 45 min

    Je ne pense pas qu’il serait honnête et judicieux de la part de Civitas de renier leur appartenance à la FSSPX. Mais leur discours laisse à penser qu’ils parlent au nom de l’Eglise et des catholiques en général.
    Je ne vois pas de malhonnêteté à leur égard là-dedans.
    Je peux les défendre, mais je dois aussi manifester ce que je pense pour le reste.
    Je ne partage pas le point de vue qui consiste à ne pas critiquer pour faire le jeu de l’adversaire.
    Il y a des points de vue critiquables et une instrumentalisation politique de ces campagnes d’indignation.
    Pour qui connaît un peu la FSSPX, ça paraît évident.
    Ceci dit, si certains aspects sont en leur faveur, il faut aussi le dire. Mais pareil si c’est en leur défaveur. Et de toutes façons, je ne demande à personne de penser comme moi.

Les commentaires sont clôturés.