[Document] L’inquiétant argumentaire anti-“mariage” gay de l’Élysée

Nouvelles de France s’est procuré l’argumentaire envoyé aux députés UMP par Olivier Biancarelli, le conseiller du Président de la République en charge du Pôle politique, parlementaire et Outre-mer. S’il y est rappelé que “le mariage est un cadre destiné à donner une protection aux enfants. Il est intrinsèquement lié à la famille et s’organise autour d’un modèle biologique et social composé d’un père et d’une mère”, le texte tombe dans le piège sémantique tendu par l’adversaire (“hétérosexuel”). Il joue la carte de l’émotionnel (“pleine reconnaissance de l’amour homosexuel”, comme si c’était le rôle du législateur de “[reconnaître] l’amour” quel qu’il soit…) et justifie la position officielle de Nicolas Sarkozy et de l’UMP par le fait que “notre société n’est pas prête à reconnaitre le mariage homosexuel, qui implique la filiation”. On nage en plein relativisme : ce qui est vrai aujourd’hui pourrait bien ne plus l’être demain, si la “société” changeait d’avis (ou si on l’y aidait). Et puis, prévient l’Élysée, ce “sujet important et sensible” (sic) ne doit pas être “instrumentalisé à des fins politiques”

ARGU
Mariage homosexuel

Selon le journal Libération, le Président de la République serait favorable à l’instauration du mariage homosexuel. Cette affirmation gratuite relève de la manœuvre. La position de Nicolas Sarkozy n’a pas changé depuis sa campagne de 2007. Elle repose sur les points suivants :

La pleine reconnaissance de l’amour homosexuel. Comme Nicolas Sarkozy l’avait exprimé dans son interview à Têtu d’avril 2007, il n’y a pas un amour plus noble qu’un autre. Nous avons donné aux homosexuels un cadre pour qu’ils puissent exprimer cet amour, avec une véritable égalité fiscale, sociale et patrimoniale vis-à-vis des hétérosexuels.

L’amélioration du PACS. Baptisé contrat d’union civique durant la campagne, ce cadre juridique a pris la forme d’un renforcement sans précédent du PACS : alignement du régime fiscal et du régime successoral sur celui du mariage, reconnaissance des partenariats souscrits à l’étranger, extension aux pacsés du régime des conjoints collaborateurs.

Le couple hétérosexuel au fondement de la famille. Le mariage est un cadre destiné à donner une protection aux enfants. Il est intrinsèquement lié à la famille et s’organise autour d’un modèle biologique et social composé d’un père et d’une mère. Il faut pleinement respecter les familles homoparentales qui existent. Mais cela n’implique pas de changer notre modèle de famille hétérosexuelle.

Une lutte résolue contre les discriminations. Nicolas Sarkozy s’est toujours battu, notamment lorsqu’il était ministre de l’intérieur, contre les violences physiques ou psychologiques dont certains homosexuels ont pu faire l’objet. Aujourd’hui, les sanctions pénales sont aggravées en cas d’homophobie. Nous soutenons les structures d’aide aux homosexuels. Nous avons créé le défenseur des droits qui protègera pleinement ces derniers.

Un débat à mener avec tolérance. Aujourd’hui, nous pensons que notre société n’est pas prête à reconnaitre le mariage homosexuel, qui implique la filiation. Mais le sujet doit être débattu sans préjugé et dans le respect des opinions chacun. C’est vrai au sein de la société Française comme des partis politiques, notamment l’UMP, où différentes sensibilités s’expriment. Nous ne voulons pas que ce sujet important et sensible soit instrumentalisé à des fins politiques.

Autres articles

1 Commentaire

  • diego , 16 Jan 2012 à 20:26 @ 20 h 26 min

    “Aujourd’hui, nous pensons que notre société n’est pas prête à reconnaitre le mariage homosexuel, qui implique la filiation”
    J’espère bien que ce sera jamais… Le mariage c’est un homme, une femme . Les homos qui veulent le mariage et l’adoption représentent combien de pourcentage de la population ? Il faut arrêter avec le communautarisme.Ils ont le PACS qu’ils se débrouillent avec ça.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France