Le politiquement correct face aux djihadistes

A la suite de l’agression contre les policiers de Joué les Tours et de l’attaque à la voiture bélier à Nantes, les médias politiquement corrects ont expliqué que les agresseurs étaient des déséquilibrés solitaires. Cette théorie s’est effondrée après les attentats terroristes des frères Kouachi et de Coulibaly. En effet, les premiers ont affirmé avoir été mandatés par Al Qaeda au Yémen et le second par l’entité islamique irako-syrienne. De plus, des liens entre les trois terroristes ont été mis en évidence. Un risque de stigmatisation des musulmans était possible.

Le système médiatique a réagi en mettant en avant la famille du policier musulman tué devant Charlie Hebdo. Sa mort prouve que les musulmans font partie des victimes. La famille à demander que ne soit pas fait d’amalgame : le fait que les 3 tueurs soient musulmans ne doit pas entrainer la stigmatisation de tous les musulmans. C’est exact mais un autre amalgame devrait être évité : la mort d’un musulman ne prouve pas que tous les musulmans soient endeuillés. D’ailleurs certains ont manifesté leur sympathie pour les terroristes sur les réseaux sociaux ou lors de la minute de silence.

La mise en scène de la famille du policier musulman assassiné permet d’occulter opportunément certains faits dérangeants. Coulibaly a été condamné à 5 ans de prison en décembre 2013. Que faisait-il en liberté ? On pourrait s’interroger sur les défaillances de la justice taubiresque qui lutte contre la récidive en remettant les prisonniers en liberté. De plus, le gouvernement se vante d’empêcher des djihadistes de quitter le territoire national. Ils sont donc incités à passer à l’acte en France. On pourrait critiquer cette politique contraire aux intérêts de la France. Le regroupement familial a été autorisé en 1976. Cette politique migratoire laxiste ne contribue-t-elle pas à la montée du communautarisme ? Enfin les tueurs étaient français. La politique de naturalisation automatique des enfants d’étrangers nés en France n’est-elle pas une erreur ?

On pourrait également se demander si la barbarie ne trouve pas sa source dans la loi islamique. Les bobos soutiennent que l’islamisme radical n’est pas l’islam. Mais ceux qui font cette déclaration péremptoire se sont bien gardés de lire le coran et de s’intéresser à la vie de Mahomet. Ils se disent respectueux des autres cultures mais ils sont incapables de se mettre à la place de l’Autre et de comprendre sa mentalité. Les penseurs boboïsés se trouvent dans la même situation qu’une poule devant une cuillère. Elle voit un bel objet qui brille au soleil mais elle ne connait pas sa fonction.

Les bobos ne font que projeter sur autrui des valeurs basées sur le pacifisme et les principes républicains. Si l’Autre est comme Moi, alors le vivre ensemble est facile. Cette hypothèse permet aux bobos de ne pas renoncer à leur idéalisme béat. Ils ont peur que leurs préjugés xénophiles soient anéantis. En effet, la compréhension d’une autre culture peut provoquer un désenchantement. La découverte de l’Autre nécessite un effort et comporte un risque. Il appartient donc à chacun de faire un choix : l’ignorance heureuse ou la connaissance malheureuse.

Articles liés

19Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 16 janvier 2015 @ 11 h 19 min

    Dans la même ligne contre le politiquement correct, excellente lettre d’un militaire
    qui rappelle que depuis 5 ans (approx.)102 militaires français sont tombés
    en faisant face à l’islamisme sur les différents fronts ou notre armée est engagée..

    Il aurait bien aimé voir une forme de commémoration et de mobilisation
    pour ces 102 militaires qui faisaient leur métier au même titre que les 4 journalistes.

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/01/a-quand-autant-de-monde-sur-le-pont-alexandre-iii-%C3%A0-chaque-rapatriement-de-la-d%C3%A9pouille-dun-de-nos-s.html

  • pas dupe , 16 janvier 2015 @ 11 h 22 min

    Oui, mais étaient-ils francs-maçons ???

  • DAISY , 16 janvier 2015 @ 11 h 24 min

    Il y a d’autres communautés en France qui s’intègrent totalement, éduquent leurs enfants, leurs donnent des prénoms français et se fondent dans la vie des Français sans imposer leur “culture”. La seule qui pose problème dans le monde entier est toujours la même ! Arrêtons de faire de l’angélisme avec des barbares qui pratiquent la charia. Et comme l’a dit le ministre belge, il faut inverser la peur ! Il y a des lois, appliquons les.

  • marie france , 16 janvier 2015 @ 11 h 58 min

    que vous le vouliez ou non un musulman passera toujours sa “religion” avant tout !!dans mille ans ils s’appelleront toujours mohamet ou kaddidja !!et çà les français et les autres européens ne veulent ni le voir ni l’entendre !!

  • Charles , 16 janvier 2015 @ 12 h 30 min

    Bien vu. Effectivement ils n’étaient pas “frangins”.
    Cependant,il faut distinguer les frangins “blabla” des “opératifs”.

    Dans les “services” (ie DGSE etc)il y a pas mal d’ opérationnels
    qui sont frangins et qui prennent des risques sérieux.

    Le garde du corps de Charb était Frère et il avait été
    le garde du corps de l’ambassadeur de F en Afghanistan
    (lui aussi F3*) devenu, depuis, le patron de la DGSE.

    C’est une constante historique dans la branche “Blabla”
    des frangins de ne pas prendre de risque physique.

    Ce sont les non frères qui vont au feu ou dans les tranchées
    pour se faire tuer, parfois télécommandés
    par des frangins “opératifs” ou semi-opératifs (QG blindés).

    In fine, le premier reproche que nous pouvons leur faire
    c’est le simple fait de cacher leur existence/influence décisive.

    Ils se cachent et se masquent, donc ils sont “marrons”.
    On peut alors parler de “marronisme” ou de “F marronniques”.

    Quand ils se présentent à visage découvert,
    alors les choses sont plus simples et plus claires.
    Collart est frère (atypique) mais il ne le cache pas.
    En revanche Fillipot et Aliot le sont aussi mais le cachent.

  • KIKI , 16 janvier 2015 @ 13 h 06 min

    Charles est un doux rêveur
    Un frangin

  • SD-Vintage , 16 janvier 2015 @ 14 h 52 min

    “Chronique d’une radicalisation quotidienne

    Le Point – Publié le 16/01/2015 à 12:33 – Modifié le 16/01/2015 à 14:13
    Une enseignante d’un lycée Zep de l’Essonne raconte la radicalisation progressive de ses élèves et les renoncements de l’école face à ce phénomène. Sidérant !”
    http://www.lepoint.fr/societe/chronique-d-une-radicalisation-quotidienne-16-01-2015-1897106_23.php

Les commentaires sont clôturés.