Il ne s’appelle pas Clément Méric

Nouvelles de France vous propose ce témoignage d’un jeune militant frontière angevin qui montre le deux poids deux mesures médiatique qui sévit en France.

Tandis que nous sortions de chez une amie vendredi vers 18h30, nous avons croisé 4 personnes se revendiquant “antifas” qui nous ont insultés : nous leur avons demandé qui ils étaient, ils ont refusé de nous répondre, l’échange en est resté là.

Moins de 2 minutes après, dans la même rue, une vingtaine de personnes nous sont tombées dessus, armées de planches à clous, de battes de baseball, ainsi que de poings américains et de couteaux. Un militant a été blessé ; ayant pris un coup de planche à clous à l’arrière du crâne, sa tête a percuté une voiture, cassant le pare-brise arrière de celle-ci. Il a repris plusieurs coups de batte dans la tête au sol.

En deux semaines, les agressions contre des militants sont devenues monnaie courante à Angers. Il y a quinze jours, un jeune responsable politique engagé contre le mariage, qui avait vu son hall d’immeuble dégradé à plusieurs reprises par des autocollants “SCALP” et “NPA”, a été menacé chez lui par un homme se revendiquant “responsable de la CGT” ; dans le même après-midi, il a été agressé par trois individus pour ses opinions politiques. Heureusement, ceux-ci ont autant de courage physique que de cohérence dans leurs idées politiques… L’un d’eux cependant était présent aujourd’hui lors de l’agression, semblant être l’un des meneurs de la bande d’extrême-gauche.

Un autre militant pour la famille a également eu le plaisir de trouver des menaces de mort gravées sur sa porte.

À Angers, les bandes d’extrême-gauche se montrent de plus en plus belliqueuses à l’égard de leurs opposants politiques, les veilleurs en ont fait les frais ces deux dernières semaines ; à l’appel du NPA et du Front de Gauche, ceux-ci ont pu voir leurs veillées perturbées par des gauchistes (certains d’entre eux étant armés de casques ou de tiges en bois), lesquels sont allés jusqu’à crever les pneus d’un veilleur responsable des enceintes et du micro…

Ce climat montre que François Hollande, loin de rassembler les Français comme il l’avait prétendu, mène une politique faisant monter les violences dans toutes les villes de France.

Vendredi un jeune homme aurait pu mourir également, et c’était peut-être dans les intentions des agresseurs ; mais il ne s’appelle pas Clément Méric, n’est pas le fils de bourgeois de gauche, n’étudie pas à science-po. Silence des médias.

Autres articles

59 Commentaires

  • Républicain non aliéné , 16 Juin 2013 à 21:02 @ 21 h 02 min

    Voilà pourquoi l’UMP ne remportera aucune élection tant qu’elle sera infestée par des politiques comme ceux de Marseille.

  • Gwalchavad , 16 Juin 2013 à 22:14 @ 22 h 14 min

    Sauf que l’ump risque encore de passer dans le lot avec l’élection partielle. Harlem désir invite la gauche à faire barrage au fn.
    Depuis 1984 qu’il nous fait chier celui là. Il ne pourrait pas avoir un accident pour le bien de tous ?

  • monhugo , 16 Juin 2013 à 22:38 @ 22 h 38 min

    Il faut être Marseillais pour signer !

  • brilantifa , 16 Juin 2013 à 23:14 @ 23 h 14 min

    Il aurait pu mourir, tout est dit dans cette phrase, Clément Méric lui ne s’est jamais relevé, un peu de décence vous honorerait mais savez-vous ce qu’est la décence ?

  • ln , 16 Juin 2013 à 23:27 @ 23 h 27 min

    Faisant partie de l’organisation des veilleurs angevins, je tiens à apporter une précision à cet article.
    Le responsable sono des veilleurs a effectivement crevé, mais cela n’a rien à voir avec la veillée. il n’avait pas crevé depuis 7 ans, et il se trouve que juste le soir de la veillée, alors qu’il avait laissé un mot sur le pare-brise disant qu’il partait à 23h30 (il était mal garé), il a retrouvé le pneu avant de la voiture crevé… Tout portait à croire que c’était volontaire. Sauf que le garagiste lui a dit le lendemain que c’était dû à une marche ou à une plaque d’égout trop profonde sur la route.”

  • Francois Desvignes , 17 Juin 2013 à 4:17 @ 4 h 17 min

    Il faut croire ce que Fleur nous dit.

    Car si nous avions cru autant que nous aurions dû, nous n’aurions pas été défaits.

    Ils nous humilient et nous persécutent jusque dans nos sanctuaires.

    Mais si nous n’avions pas eu honte de Dieu et de nos pères nos pères et Dieu ne nous auraient pas abandonnés à notre persécution.

    Si donc nous REVENDIQUONS les Droits imprescriptibles de la Chrétienté et de nos Pères sur nos terres, qui sont des Droits antérieurs et supérieurs à ceux de Marianne qui les combat,

    NOUS SUBJUGUERONS MARIANNE ET SES DEVOTS

  • Francois Desvignes , 17 Juin 2013 à 5:01 @ 5 h 01 min

    C’est une grande naiveté de notre part de penser que le gouvernement ne fait que du favoritisme “accidentel” avec sa politique d’un poids deux mesures.

    C’est une autre naiveté que d’espérer qu’en le lui faisant remarquer, il corrigera de gré sa politique discriminatoire plutôt que de l’appuyer.

    Pour deux raisons :

    La première c’est que cette politique n’est pas accidentelle mais préméditée car il ne s’agit pas de fermer les yeux sur les écarts éventuels des éléments les plus agités de la gauche mais, au contraire, en plus de les susciter, de les organiser et les subventionner au mal, exactement de la manière qu’a été créée et organisé des officines idéologiques telles que SOS RACISME aux mêmes fins.

    La deuxième raison c’est qu’il ne s’agit pas de simplement “discriminer”, en empêchant par exemple les opposants de s’exprimer en les disqualifiant moralement à force de calomnies et de diffamations. Il s’agit d’exterminer les opposants non pas à la gauche mais à la république, soit tous ceux qui prétendent doublement qu’au dessus de Marianne et de la république, il y a Dieu et la France, sa Fille.

    Il faut intégrer, sauf à se tromper de combat et donc accepter de le perdre, qu’il s’agit d’un combat à mort, de savoir qui de Marianne ou du Christ est notre Dieu et notre Roi.

    Il peut y avoir des pauses, des rémissions, des armistices dans ce combat. Et il y en a eu depuis plus de deux siècles que ce combat est engagé.Mais il n’y a pas de paix possible ; ce sera soit la victoire de la Chrétienté ; soit la victoire du marrianisme. Car Dieu ne partage pas sa déité ; ni Marianne ne veut renoncer à celle qu’elle revendique.

    Dès lors ce combat de l’Olympe sur nos terres ne peut pas se régler avec des ballons roses ou des voies “légales” ou “pacifiques” ; Au contraire, s’il le faut, et Marianne le veut, ce combat irait jusqu’à Armaguédon.

    Aussi, trêve de chimères qui en temps de guerre ne sont que des lâchetés.

    reconnaissons que nous sommes en guerre.
    Quelle ira crescendo
    Que seuls ceux qui ourdissent notre défaite voudrez nous faire croire le contraire
    Qu’il s’agit d’une lutte à mort car pour la Vie ou la mort de “nos dieux” respectifs.
    Que nous, Français, nous combattons Marianne parce qu’elle prémédite notre génocide à raison de ce que nous confessons comme Français, que Dieu est notre Père, le Christ notre Roi, le Saint Esprit notre Sagesse, Sainte Trinité que Marianne vomit et combat.
    Que nous répondrons à ses milices par une violence au double de celle qu’ils veulent nous infliger afin que par ce double ils ne s’autorisent pas le décuple à l’encontre de nos frères.
    Et que si donc ils ont juré notre extermination, nous jurons à notre tour de les renvoyer chez leur maitre en enfer.

    Ils organisent notre extermination
    Nous voulons la guerre.

    Nous devons répondre à tout acte de violence médiatique policière judiciaire ou physique par une violence symbolique décuplée.

    Par exemple, ici, en réparation de l’injustice et l’humiliation infligées brûler le drapeau tricolore de tous les bâtiments publics de la ville d’Angers : et le revendiquer.

    La France est en guerre
    A notre initiative.

    Pro Gloria Dei et mundi salutant !

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France