Qui est donc William Blanc, l’ « historien » critique du Métronome ?

Tribune libre de Frédéric Laurent

En ayant vu qu’une campagne de presse soudaine était déclenchée – deux ans après sa sortie – contre le passionnant Métronome de Lorànt Deutsch, dans la plus pure tradition des tentatives de manipulation de l’opinion dont la gauche s’est fait une spécialité, je voulus en savoir davantage. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’appris que la référence principale de ladite campagne était un certain William Blanc, doctorant en histoire de 36 ans, dont les arguments sont aussi pauvres que les sourires.

Pour qui a un peu traîné ses basques sur le campus de Tolbiac (Paris 1) il y a une dizaine d’années, William Blanc est loin d’être un inconnu. Ce gros garçon était tout simplement l’un des leaders des mouvements d’extrême-gauche, qui ont fait du lieu leurs quartiers généraux dans le monde universitaire parisien. Violent (accusé notamment par une opposante de lui avoir cassé le bras au sein même de l’université) et quelque peu fanatisé (impossible de discuter avec lui), il était resté de longues années à Tolbiac, où l’on n’était censé – à l’époque – ne passer que les deux années de Deug. C’est à se demander où il trouvait son argent pour vivre. Pour tout dire, le garçon faisait penser à ces hommes de main payés par l’extrême-gauche pour maintenir son contrôle du système éducatif en fomentant des mouvements pseudo-révolutionnaires et étouffer toute opposition.

Dix ans plus tard, William Blanc a trouvé un nouveau moyen de redorer sa tunique rouge. Pas sûr que cela mène très loin : il est plus difficile de faire valoir des connaissances et de débattre que de bloquer un campus…

Autres articles

17 Commentaires

  • fouine curieuse , 16 juillet 2012 @ 15 h 29 min

    Quelqu’un pourrait il me dire s’il a un lien de famille avec un certain Frédéric Blanc, l’un des photographes officiels du PS en 1971, que j’avais connu à l’époque ?

  • Anyway , 16 juillet 2012 @ 16 h 35 min

    Je confirme ce qui est indiqué dans cet article. J’ai moi même passé mon DEUG à Paris 1 sur la période 2002-2004 et William Blanc était à l’époque membre actif (et fanatisé) du syndicat anarchiste CNT -FAU.

  • Sylvia , 16 juillet 2012 @ 18 h 35 min

    Vous n’avez pas peur de raconter n’importe quoi pour satisfaire vos positions politiques, vous.

  • Sylvia , 16 juillet 2012 @ 18 h 35 min

    Sinon, c’est pour un fichier ?

  • Prolétaire de Droite , 16 juillet 2012 @ 23 h 01 min

    Excellent !!!
    Il y a donc à Gauche des Révolutionnaires sanguinaires qui prônent la thèse Révisionnistes !

  • carrelli , 17 juillet 2012 @ 9 h 58 min

    Quelles positions??? Cet article est excellent et ce Blanc n est que p…e au service de l empire.

  • giant , 17 juillet 2012 @ 14 h 15 min

    le même william blanc …..

    Un militant anarchiste en garde à vue. Un militant anarchiste appartenant à la Confédération nationale du travail (CNT) a été placé hier en garde à vue dans les locaux de la troisième division de police judiciaire (DPJ). Il lui est reproché de s’en être pris à un gardien de la paix lors d’incidents qui se sont produits devant la faculté de Tolbiac le 6 juin dernier. La justice reproche à William Blanc d’avoir frappé à la face un gardien de la paix, lui occasionnant un arrêt de travail de plusieurs jours. Il pourrait être poursuivi prochainement devant le tribunal correctionnel pour « violences volontaires sur agent de la force publique »

Les commentaires sont fermés.