Tirs contre un agent de sécurité du Family Research Council : La faute à qui ?

Un homme a ouvert le feu mercredi matin sur un agent de sécurité du Family Research Council (FRC, site), une organisation chrétienne basée à Washington, D.C. qui défend la famille et le mariage naturels. La cible a été blessée et un individu a été maîtrisé puis arrêté par la police. Selon NBC, il s’agirait de Floyd Lee Corkins II, 28 ans, originaire d’Herndon, en Virginie.

“La police mène l’enquête. Notre principale préoccupation est l’état de santé de notre collègue qui s’est fait tirer dessus aujourd’hui”, a indiqué dans un communiqué le Président du FRC, Tony Perkins tandis que le gardien était qualifié de “héros” par Cathy Lanier, chef de la police à D.C..

Polémique autour de la couverture médiatique

Alors que le débat sur le mariage fait rage outre-Atlantique, il se pourrait que l’opposition du FRC à sa redéfinition soit le mobile de la tentative de meurtre.

En attendant, la communauté conservatrice se déchaîne contre la couverture médiatique de l’événement. Pour John McCormack, contributeur au Weekly Standard, “la seule raison qui explique une différence de couverture médiatique entre le tir contre le FRC et le meurtre de George Tiller est le parti pris”.

Katie Pavlich, une charmante chroniqueuse du portail Townhall.com, écrit sur Twitter : “Bonjour CNN, pourquoi est-ce que vous ne couvrez pas le tir de D.C. d’aujourd’hui contre les conservateurs du FRC ? Parce que cela ne correspond à votre récit sur la haine de la droite ?”

Erick Erickson, fondateur et rédacteur en chef du blog RedState.com, craint que “parce que le Family Research Council promeut les valeurs partagées par une majorité d’Américains, mais seulement d’une minorité de la gauche dans et hors des médias”, cette actualité n’y soit pas traitée.

La faute à la diabolisation du FRC par la gauche et les lobbies gays ?

Le blogueur Matthew Schmitz dénonce quant à lui « le lobby du mariage gay” qui est en train de “réorienter le consensus social en qualifiant quiconque est en désaccord avec lui d’intolérant ou de personnes haineuse. Ses acteurs parlent au nom de la tolérance, mais l’intolérance est leur principale marque de fabrique”. Il fait allusion à la classification du FRC dans les “groupes de haine” par le Southern Poverty Law Center (SPLC), une organisation gauchiste qui assimile un peu trop facilement la droite à l’extrême-droite, en novembre 2010. Le Council of Conservative Citizens n’hésite d’ailleurs pas à accuser nommément le SPLC.

Dans The American Spectator, David N. Basse (qui a couvert le débat sur le “mariage” gay en Caroline du Nord, donc qui écrit en connaissance de cause) juge « la violence rhétorique de la gauche sur les questions sociales est inquiétante.”

The Examiner note quant à lui que, sur Twitter, des internautes gauchistes lancent régulièrement des appels au meurtre de personnalités conservatrices ou républicaines : l’ancien gouverneur d’Alaska Sarah Palin, le gouverneur Scott Walker ou encore Donald Trump. Mais aussi contre les républicains en général ou même un enfant de six ans figurant sur un vidéo dénonçant la candidature de Barack Obama qui circule sur les réseaux sociaux…

Une vingtaine d’organisations homosexuelles militantes ont toutefois condamné cet acte et rappelé qu’elles rejettent la violence comme mode d’action. “Nos pensées vont à la victime, à sa famille et à ses collègues”, écrivent-elles.

Crédit photo : Reuters.

Autres articles