La fin programmée du régime de retraite par répartition

Les réserves s’épuisent et les partenaires discutent de l’augmentation des cotisations…

C’est sans tambours ni trompettes que les partenaires sociaux viennent d’entamer une série de négociations concernant l’avenir des régimes de retraite complémentaire ARRCO et AGIRC. Ces deux régimes sont déficitaires depuis 2010.

La manne sera épuisée en 2017

Comme toute pyramide de Ponzi, le système ne peut fonctionner que dans la mesure où le nombre de cotisants croît par rapport au nombre de bénéficiaires. Or, cela n’est plus le cas. Il faut savoir que ces deux régimes puisent actuellement dans leurs réserves afin d’assurer le paiement des pensions et que ces réserves, estimées à plus de 6 milliards d’euros pour l’AGIRC et à près de 42 milliards d’euros pour l’ARRCO. Ces réserves seront épuisées en 2017 pour l’AGIRC et 2020 pour l’ARRCO si la situation reste stable. Malheureusement, la période de récession que nous connaissons et que, visiblement, les mesures récentes ne font qu’accentuer, accélère le processus…

Aucune réflexion constructive

Pour l’instant, les partenaires sociaux, engoncés dans leur logique, déclarent n’envisager que des solutions classiques et maintes fois appliquées sans jamais rien résoudre (hausses des cotisations, gel du point de retraite, aménagement des règles de liquidation des droits, etc.). Les pouvoirs publics auront ils le courage de taper du poing sur la table et d’imposer un nouveau mode de financement et de calcul des retraites ?

*Thibault Doidy de Kerguelen est l’expert fiscaliste des Nouvelles de France. Il anime le site MaVieMonArgent.info.

Articles liés

8Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Philippe Edmond , 16 octobre 2012 @ 23 h 53 min

    Il est faux de dire que les retraites par répartition sont en elles mêmes une pyramide de Ponzi. Les épargnants entrants ne sont en effet pas structurellement plus nombreux que ceux qui sortent d’une pyramide de Ponzi dans sa phase ascendante.
    Les retraites peuvent ressembler à une telle pyramide quand une génération nombreuse a peu d’enfants et veut conserver les pensions précédentes. La solution se trouve dans le fait de décider qu’une génération aura des retraites proportionnelles au nombre d’enfants qu’elle aura eu.

  • GV , 17 octobre 2012 @ 7 h 40 min

    D’où viennent ces réserves de plusieurs dizaines de milliards d’Euros ?
    Des cotisants ACTUELS ou des cotisants PASSES ? (autrement dit cet argent vient bien des retraités et non pas des actifs!

  • GV , 17 octobre 2012 @ 7 h 43 min

    TOUT a fait de votre avis!
    Decider que la nretraite compléte est acquise a partir de 3 enfants élevés, la demi retraite étant donnée pour celui qui n’a pas eu d’enfants!
    Le couple “deux carrières pas d’enfants” ne doit pas bénéficier des cotisations des trois enfants du couple “une seule carrierre parce qu’il a fallu élever trois enfants”

  • Xanpur , 17 octobre 2012 @ 10 h 03 min

    Vous êtes un comique vous.
    Vous oubliez qu’une personne ou un couple sans enfants cotisent pour leur propre retraite et non pour celle des autres, même si le système en place donne l’illusion de cela.
    De plus, nouss cotisont également à l’URSSAF et caisses maladie pour payer les soins et les divers avantage sociaux de ceux ayant des enfants.
    Nous finançons également de nombreuses infrastructures dont nous n’avons ni l’emploi, ni l’usage. Nous sommes largement pénalisés fiscalement et ne bénéficions pas de nombreux avantages réservés aux familles.

  • Goupille , 17 octobre 2012 @ 13 h 05 min

    Mais non. Les actifs cotisent pour la génération précédente : j’ai cotisé pour mon père et je savais dès le départ qu’il n’y aurait personne pour cotiser pour moi, surtout pas les allogènes invités par Giscard en 75, et moins encore leurs descendants. Et que je devrais travailler jusqu’à la fin ou vivre sur la Soupe Pop..

    Mais c’est excellent contre les maladies coronariennes ou Alzheimer

    Ce que ne sauront jamais les culs-de-plomb de fonctionnaires ou les “représentants du peuple” qui brillent par leur absence ou roupillent à l’Assemblée ou au gouvernement..

    A titre d’info :

    ” LE BILLET DE SAUVEGARDE RETRAITES

    Jean-Marc Ayrault, roi du cumul… de régimes spéciaux !

    Récemment, le Premier ministre a osé dire : “Tous les retraités ne sont pas des nantis”.
    Comprenez bien : la plupart d’entre eux nageraient dans l’opulence, sauf certains…

    Jean-Marc Ayrault prend sans doute son cas pour une généralité ! Car, pour ce qui est de se préparer une retraite de “nanti”, il n’a vraiment pas de leçon à donner au “retraité normal”…

    En 2009, Jean-Marc Ayrault a été classé deuxième au palmarès des as du cumul de mandats publié par le journal Le Monde. Et pour cause, voici un bon échantillon de son CV :

    – conseiller général de Loire Atlantique (de 1976 à 1982) ;
    – maire de Saint-Herblain (deux mandats, de 1977 à 1989) et de Nantes (presque quatre mandats, entre 1989 et 2012) ;
    – président du district de l’agglomération nantaise (de 1992 à 2001), puis de la Communauté urbaine Nantes-Métropole (de 2001 à 2012) ;
    – député de Loire-Atlantique (du 2 avril 1986 au 20 juillet 2012, soit pendant 26 ans) et président du Groupe socialiste à l’Assemblée nationale (de 1997 à 2012).

    Or qui dit cumul des mandats, dit cumul des retraites. Et pas n’importe lesquelles… Que des retraites servies pas des régimes très spéciaux !

    S’il partait à la retraite maintenant, Jean-Marc Ayrault percevrait au bas mot 15 000 € par mois.
    L’opacité soigneusement entretenue autour des pensions des élus locaux empêche de préciser ce que ses différents mandats lui rapporteront à la retraite. Mais selon nos calculs, il percevra au minimum 2 000 € par mois au titre d’ancien maire de Saint-Herblain et de Nantes, et à peu près autant comme ancien président du district de l’agglomération nantaise puis de la communauté urbaine…

    Mais il y a encore meilleur ! Le plus gros morceau, c’est bien sûr sa retraite d’ancien député : une pension “plein pot” de 6 630 € par mois (en 2012), plus un gros bonus comme ancien président de groupe qui devrait lui rapporter au moins 2 500 € supplémentaires.

    En comptant serré (nous n’avons pas réussi à estimer sa retraite de conseiller général…), on peut estimer que Jean-Marc Ayrault a déjà cumulé plus de 13 000 € d’avantage retraite.

    Et ce n’est pas tout ! Car même s’il n’a enseigné que quelques années, on lit sur sa biographie officielle (publiée par les services du Premier ministre) qu’il est “professeur d’allemand, depuis 1973” !
    Grâce à cette “carrière” fictive , il peut donc prétendre à une retraite d’enseignant : et voilà encore près de 2 300 € par mois d’empochés…

    Faites le calcul : on dépasse la barre de 15 000 € par mois. De quoi se convaincre que si “tous les retraités ne sont pas des nantis”, il en est de beaucoup plus nantis que d’autres… D’autant plus que, comme on l’a dit, toutes ces pensions relèvent en plus de régimes spéciaux !

    On finirait par croire que si nos gouvernants préfèrent saigner les retraites du privé plutôt que de toucher à ces régimes spéciaux, c’est parce qu’ils y ont personnellement intérêt… A quand un Premier ministre moins démago ?

    A quand un “Premier ministre normal” avec une “retraite normale” ? “

  • BUREAU , 17 octobre 2012 @ 17 h 44 min

    Bonjour,

    Tout à fait d’accord avec GOUPILLE. Nous payions la retraite de nos ainés en travaillant et en n’effectuant pas toujours l’emploi convoité. Je ne connais pas la situation des autres internautes, mais la mienne. Ma mère a élevé quatre enfants et percevait une retraite de misère. Nous étions deux à avoir acquis (à force d’efforts), une situation à peu près acceptable, mais pas des millions…..
    Nous lui apportions un peu de confort financier. Je n’ai eu qu’une fille que je dois aider maintenant avec ma retraite.
    Il faut dire que nous avions et avons encore un esprit de solidarité.
    Depuis des années, tous ceux qui se sont bien engraissés montent les jeunes contre leurs ainés.
    Dans ce cas, si nous sommes une telle charge, il faut tout nous supprimer et surtout, ne plus faire de progrès pour l’allongement de la vie, mais au contraire, l’abréger.
    Cordialement

  • pi31416 , 18 octobre 2012 @ 1 h 02 min

    Philippe Edmond
    16 oct, 2012 @ 23:53 à 23 h 53 min

    “La solution se trouve dans le fait de décider qu’une génération aura des retraites proportionnelles au nombre d’enfants qu’elle aura eu”

    En particulier si ces enfants ont été pondus pour toucher les allocs.

    Mais revenons-en au système de retraite par répartition. Ce système, en voici le principe: Jean-Jacques cotise aujourd’hui cinq fois plus pour Jean-Pierre que pour Jean-Marie, tous deux retraités.

    Pourquoi cette différence? Parce que Jean-Pierre gagnait cinq fois plus que Jean-Marie quand tous deux travaillaient. Egalité, fraternité, solidarité intergénérationnelle, que nous envie le monde ébaubi.

    Maintenant, si, au lieu de Jean-Pierre, on prend le cas du citoyen Jean-Marc (Ayrault), l’égalité, la fraternité et la solidarité atteignent des sommets à la pensée desquels se pâme d’admiration le monde entier.

    C’est le nec plus ultra de la solidarité intergénérationnelle, comme Ugolin dévorant ses enfants afin de leur conserver un père.

Les commentaires sont clôturés.