Antoine Mellies : “Nous lançons le collectif ‘Audace les jeunes actifs patriotes’ car la France est en train de devenir une terre d’émigration”

Nouvelles de France a rencontré Antoine Mellies, conseiller municipal FN à Givors (69) et initiateur du collectif Audace, à destination des jeunes professionnels, qui sera officiellement lancé lors d’un congrès le 18 octobre prochain :

Pourquoi la création de ce collectif et quels sont ses buts ?
Ce collectif est né de la rencontre entre plusieurs jeunes actifs qui posent le même diagnostic : la France est en train de devenir, pour une partie non négligeable de notre génération, une terre d’émigration. Notre pays est confronté à un nouveau phénomène en plein essor : l’exil de ses jeunes, particulièrement ceux dont l’insertion professionnelle relève du parcours du combattant. Deux chiffres résument assez bien le danger qui nous guette: selon une étude de la Maison des français de l’étranger publiée en 2013, près de 41% des 18-34 ans envisagent de s’établir à l’étranger. Dans le même temps, la part des chômeurs jeunes diplômés est passée de 14% en 2004 à 22% en 2013.

Nous considérons tout d’abord que cette situation relève de la responsabilité des élites politiques qui ont dirigé notre pays depuis trente ans, mais également du discours dominant “francophobe” et décliniste véhiculé par nos élites médiatiques et culturelles. Plutôt que d’aggraver le phénomène en incitant les jeunes à se “barrer”, comme le proclame un certain Félix Marquardt, nous préférons appeler nos jeunes compatriotes à reprendre en main leur destin professionnel et à se battre pour l’avenir de leur pays.

Comment justement allez-vous inciter les jeunes à se battre en France pour améliorer leur situation professionnelle ?
Justement, notre démarche est positive dans le sens où elle a vocation à valoriser les réussites individuelles, afin de susciter chez d’autres des vocations. Nous allons mettre en avant des profils atypiques pour élargir le panel des réussites françaises. Par exemple, nous comptons parmi nous un repreneur d’entreprises en liquidation âgé d’à peine 27 ans, un créateur d’une marque de polos 100% Made in France, ou encore un artisan joaillier. Nos autres membres sont des professions libérales, des cadres, des spécialistes en recrutement et RH ou encore des jeunes fonctionnaires catégorie A.

Par ailleurs, nous allons profiter des expériences de chacun ainsi que de leurs engagements respectif dans la société civile, pour travailler sur 3 thèmes centraux : l’entreprenariat chez les jeunes, l’essor du Made in France, l’insertion et la formation professionnelle. Notre objectif, c’est de développer des liens avec les acteurs de la société civile comme les clubs d’entrepreneurs, les syndicats professionnels, les chambres de commerce pour afin de faire remonter le maximum d’informations venant du terrain et mûrir des propositions audacieuses, concrètes et chiffrées.

Comptez-vous influencer la ligne du FN et, si oui, comment ?
Je tiens à rappeler que notre collectif est affilié au Rassemblement Bleu Marine et qu’il participera de concert avec les autres collectifs, à la réflexion nécessaire autour des idées et aux propositions qui seront défendues par le mouvement patriote dans les années à venir. Évidemment, nous jouissons d’une certaine autonomie pour aborder des thèmes qui peuvent susciter le débat au sein de notre mouvement. Ce qui est sûr, c’est que nous défendrons la liberté d’entreprendre pour nos jeunes entrepreneurs et travaillerons autour des mécanismes permettant de créer un environnement favorable à la création d’entreprises.

Faut-il être encarté FN pour vous rejoindre ? Concrètement, pourquoi un jeune professionnel qui lit NDF.fr a-t-il intérêt à vous rejoindre ?
Pas du tout. Nous avons déjà parmi nos membres, des jeunes actifs qui ne sont encartés nulle part. Un jeune professionnel qui lit NDF ne peut que nous rejoindre s’il souhaite réconcilier son désir de réussite personnelle avec son amour pour la France. Nous disons aux jeunes actifs : soyez libres et audacieux, mais soyez patriotes !

En lançant ce collectif, n’empiétez-vous pas sur la société civile, par définition (et au moins théoriquement) a partisane ?
J’ai toujours eu du mal avec le terme “apartisan”. Écoutez, on ne peut pas à la fois déplorer le manque d’implication de la société civile en politique et maintenir une barrière étanche entre ces deux mondes. Bien au contraire, je suis persuadé que la dimension éthique des entreprises sera de plus en plus valorisée sur le marché de la consommation car les ménages français deviennent de plus en plus exigeants. La réussite des jeunes actifs en France est un enjeu éminemment politique qui doit être pensé à la fois avec la société civile, mais également avec un mouvement politique qui peut être appelé demain, aux plus hautes responsabilités.

Vous rejoindre n’expose-t-il pas à des problèmes professionnels, notamment dans certains secteurs ?
Demandez à ceux qui nous ont déjà rejoints et qui assument leur appartenance à Audace. Tout se passe très bien et il serait malvenu que nos membres soient sanctionnés par leur patron au motif de leur engagement pour la réussite professionnelle des jeunes en France. Pour la petite anecdote, au mois d’avril mon patron a découvert mon engagement politique en tant que conseiller municipal d’opposition RBM, un mois seulement après mon entrée en fonction. Sa réaction a été celle-ci: “Tu m’as fait changer le regard que je portais sur le FN”. Je crois que tout est dit…

Autres articles

12 Commentaires

  • domremy , 17 Oct 2014 à 7:15 @ 7 h 15 min

    NON, elle n est pas entrain de devenir, ELLE EST;

    quel changement avec mon jeune temps où je me sentais vraiment chez moi;

    je ne critique pas ceux qui sont venus, mais les politiques qui eux sont bien planqués et non plus le sens de l amour du pays, du devoir

  • Charles , 17 Oct 2014 à 7:45 @ 7 h 45 min

    La fuite actuelle des jeunes professionnels est un phénomène inévitable.
    Celui est lié à de multiples facteurs entrés en conjonction et s’accumulant.

    Le phénomène s’accélère pour les plus jeunes sortant des études ou devant sortir.
    Les Bac+5 de 34/40 ans ont ,plus ou moins, su trouver un point de chute.
    Mais les nouveaux Bac +5 et les futurs qui vont arriver sur le marché désespèrent.

    Autour de moi, je vois plein de jeunes Français qui aiment leur pays
    mais qui ont fui ou qui préparent leur “évasion” avant qu’il ne soit trop tard.

    Un jour viendra ou l’argent convertible ne sera plus accessible en Fronce,
    comme du temps de Mitterand lors du contrôle des changes bloquant les départs.

    Certes,je respecte ceux qui tentent de résister et de survivre en Fronce. Il en faut.

    Je sais aussi que, à compétence égale, un jeune Français aura toutes ses chances
    dans les pays encore souverains ou un visa est indispensable pour y résider.

    Les qualités françaises sont intrinsèques mais ne peuvent s’exprimer en France.
    Il vaut donc mieux partir pour mieux revenir un jour et contribuer à la renaissance.

    Les évadés de Fronce qui ont réussi ont souvent conservé une base en France
    et s’y rendent régulièrement pour leurs loisirs. Leur avis sur l’ambiance est très utile.

    Il faut que les électeurs “négationnistes” qui continuent à croire dans Narkozy
    et dans la branche UMP de l’empire UMPS ouvrent les yeux sur le blocage électif actuel.

    Si rien ne se passe, rien ne bouge aux élections de 2015, alors 2017 est perdu.

    Pour les jeunes femmes dans la tranche des 27/35 ans,il est inconcevable de gâcher
    un temps précieux pour des chimères. La tranche 27/35 est celle ou elles choisissent
    ( ou non)de donner la vie. Après, cela deviendra plus compliqué, plus difficile.

    Je respecte les deux camps, ceux qui restent et ceux qui partent.
    Je suis effaré des électeurs plus âgés & protégés qui vivent dans le déni du réel.

  • Charles , 17 Oct 2014 à 9:12 @ 9 h 12 min

    Pour ceux qui n’auraient pas encore compris que l’Ourope
    est une farce prussienne conçue aux dépends des Français,
    ci dessous lien vers les nouvelles du Bild sur les négociations
    en cours entre Merkel Rommel et le président Poutine.

    Les Français n’ont plus rien à dire, car ils sont “représentés” par Merkelle.

    Nous en sommes réduits à mendier des avances à Berlin, qui donne (ou non) le feu vert a la BCE de Francfort..

    http://www.bild.de/politik/ausland/wladimir-putin/mailand-gipfel-38184476.bild.html

  • LIU , 17 Oct 2014 à 9:20 @ 9 h 20 min

    N’avez-vous pas le même en français car je n’y comprend rien ?

  • pas dupe , 17 Oct 2014 à 10:07 @ 10 h 07 min

    Déjà dans la presse de 1914 !!!

    “La Croix n°9657
    06 septembre 1914

    “Ils veulent nous vaincre par la destruction”

    “Les Allemands ne veulent rien moins que notre destruction.
    Ils sont persuadés qu’ils ne pourront nous vaincre que par “la destruction”.
    Un des chefs de l’armée allemande et de la pensée allemande, le maréchal von der Golz actuellement “gouverneur général de la Belgique”, nommé par l’empereur Guillaume, dit dans un de ses ouvrages : “la nation armée”, qui fait autorité parmi la race germanique :

    “Les Allemands peuvent s’attendre à une nouvelle guerre avec la France.
    “Ce sera une guerre de race et d’extermination.”
    Les Français sont sans doute résolus à la soutenir à outrance. Mais, comme ils sont un peuple de bourgeoisie enrichie, bornée, prête au moindre revers à croire que tout est perdu, il sera facile de venir à bout de leur résistance.
    Pour cela, il sera inutile de conquérir leur pays.
    En occupant leur capitale, leurs places fortes, etc… on y parviendra.
    Cependant, ce résultat ne sera obtenu qu’à une condition : il faudra employer contre eux toutes les forces disponibles et les moyens de destruction les plus complets.”

    Ainsi, nous sommes prévenus.
    Voilà de quelle manière l’Allemagne compte venir à bout de notre résistance.”

  • Richard B , 17 Oct 2014 à 10:20 @ 10 h 20 min

    heureusement qu’il y a des jeunes merci à vous, car les bien pensants ils ne pensent qu à eux, et les personnes âgées il n’y rien à attendre d’eux, ils ont peur du changement, ils sont malheureux ça fait rien.

  • Pesneau , 17 Oct 2014 à 11:11 @ 11 h 11 min

    Vous avez tout à fait raison, les Allemands nous méprisent et cherchent à nous détruire.

Les commentaires sont fermés.