Afghanistan : douze années d’intervention militaire, des dizaines de milliards d’aide… pour le grand retour de la lapidation et de la charia !

Tout ça pour ça…

Il y a maintenant douze ans qu’a débuté l’intervention militaire française en Afghanistan. Une intervention décidée par Jacques Chirac, officiellement par solidarité avec les États-Unis pour répondre aux attentats du 11 septembre 2001, transformant les militaires français en simples supplétifs de l’armée américaine, menée dans le cadre de deux opérations internationales prétendument distinctes : la force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF) sous commandement de l’OTAN, et l’opération Enduring Freedom sous commandement direct américain. En réalité deux branches d’une seule et même campagne militaire, quand on sait que le commandement intégré de l’OTAN n’est rien d’autre que le faux nez grossièrement maquillé des têtes pensantes du Pentagone.

Une intervention militaire voulue et planifiée par l’hyper-puissance américaine, pièce fondatrice de ce fameux plan de remodelage du Grand Moyen-Orient mis en avant deux ans plus tard par Georges W. Bush censé bouleverser la carte géopolitique et géostratégique du monde et instaurer la démocratie, de l’Afrique jusqu’à l’Asie en passant par Le Proche-Orient (1).

Un plan de remodelage en vérité imaginé bien avant le 11 septembre 2001 par les think tanks néoconservateurs américains, notamment le Project for the New American Century (2), que les providentiels attentats du World Trade Center (imputés à Al-Qaïda et Ben Laden sans que les services de renseignements américains aient jamais pu, en réalité et jusqu’à aujourd’hui, en apporter la moindre preuve concrète), en ce qu’ils étaient bien ce « nouveau Pearl Harbor » (3) seul à même de justifier aux yeux de l’opinion américaine les manœuvres de déstabilisation politique puis les agressions militaires décidées par l’État profond américain, permirent donc de mettre en œuvre, comme l’avait d’ailleurs révélé en 2007 le général Wesley Clark, ex-commandant en chef des forces de l’OTAN en Europe (4).

Une invasion militaire sous un prétexte totalement fallacieux de lutte contre le terrorisme, comme premier épisode d’une action à plus long terme destinée en fait à promouvoir les intérêts géostratégiques et hégémoniques américains : poursuite de l’encerclement militaire de la Russie, confinement de l’influence grandissante de la Chine en Asie, maîtrise des zones d’acheminement énergétiques et commerciales stratégiques en Orient, destruction des États laïcs s’inspirant du panarabisme représentant un danger potentiel pour Israël ou les intérêts américains (5), prise de contrôle encore renforcée des principales sources d’énergie fossile du Moyen-Orient et plus largement du monde musulman (Irak, Soudan, Libye, et demain si cela redevient possible, Syrie et Iran).

Sur le porte-bagage de l’hyper-puissance militaire américaine depuis plus de dix ans, et complice de cette gigantesque opération impériale sous faux drapeau : la France.

La volonté farouche de Georges W. Bush de déclencher la seconde guerre d’Irak, pour des motifs officiels dont on sait aujourd’hui plus encore qu’hier à quel point ils étaient intégralement mensongers (prétendu soutien de Saddam Hussein au terrorisme islamique, liens avec Al-Qaïda, détention d’armes de destructions massives), s’était pourtant heurtée de plein fouet au refus du président français de l’époque Jacques Chirac, celui-ci s’opposant presque seul au sein de l’alliance atlantique aux velléités guerrières américaines.

Brillamment défendu par Dominique de Villepin à l’ONU, le veto français, qui s’opposait fermement à une opération militaire violant par ailleurs toutes les règles du droit international, s’inspirait à l’époque directement de la politique étrangère traditionnelle de notre pays, et notamment de ce que l’on avait alors coutume d’appeler sa « politique arabe ». Une politique indépendante, non alignée initiée par le général de Gaulle et prolongée durant des décennies par tous ses successeurs. Une politique qui inspirait respect et considération, et n’était pas pour rien dans le prestige dont jouissait encore à l’époque notre pays à travers le monde.

Mais à peine quelques mois après le début de la désastreuse campagne irakienne, sans doute effrayé par les conséquences et les mesures de rétorsion que pouvait entrainer l’audace dont il avait osé faire preuve, audace en réalité bien trop grande pour lui, Jacques Chirac effectua pour tenter de se faire pardonner un virage à 180 degrés, s’engageant cette fois dans une politique d’alignement docile sur les positions américaines. Renonçant définitivement à ses dernières velléités d’indépendance, la France a même depuis sombré sous la présidence de Nicolas Sarkozy dans une allégeance politique et militaire presque totale, notamment lorsque celui-ci décida le retour de notre pays dans le commandement intégré de l’OTAN, et plus encore quand il déclencha la désastreuse intervention libyenne, au cours de laquelle le colonel Kadhafi fut assassiné dans des conditions ignobles qui impliquent certainement gravement – d’une manière ou d’une autre – les services français (6). une intervention militaire qui a depuis plongé la Libye dans le chaos politique et économique, les massacres raciaux, le règne des milices armées, l’atomisation territoriale et l’islamisme radical. Un islamisme radical directement alimenté par ces armes très généreusement distribuées à l’époque aux opposants de Kadhafi par la France et ses alliés, armes que l’on retrouve d’ailleurs à présent dans les mains des terroristes que sont appelés à combattre nos soldats au Mali ou en Centre Afrique.

Sur tous ces terrains d’opérations, la France fait désormais montre d’une allégeance à l’impérialisme américain totalement contraire aux intérêts géostratégiques et politiques de notre pays, et cela au prix d’un terrible coût pour nos soldats, notamment en Afghanistan : au 5 août 2013, 89 militaires français étaient en effet morts durant la campagne afghane, et plus de 700 autres y avaient été plus ou moins grièvement blessés.

Une « politique » qui, en plus des pertes humaines qu’elle provoque, a aussi un très important coût financier : selon la commission de la défense de l’Assemblée nationale, la présence militaire française en Afghanistan a déjà coûté 3,5 milliards d’euros aux contribuables pour la période 2001-2013 (7). Une somme d’ailleurs sans doute volontairement et très nettement sous-évaluée pour mieux faire passer la pilule, car elle n’inclut ni l’usure, ni la destruction des matériels aériens et blindés utilisés sur place, ni les rapatriements des soldats morts ou blessés, ni les frais médicaux, frais d’obsèques ou pensions d’invalidité, ni même le coût du retrait progressif du contingent militaire français, qui, bien que loin d’être achevé, est déjà estimé entre 200 et 300 millions d’euros.

Une ardoise qui ne prend pas plus en compte les centaines de millions d’euros déversés sur l’Afghanistan par les gouvernement français successifs, sous les présidences de Jacques Chirac ou François Hollande en passant par celle de Nicolas Sarkozy : 240 millions d’euros au bas mot depuis 2001, auxquels s’ajoutent à présent 230 millions supplémentaires pour la période 2012-2016 découlant du « traité d’amitié franco-afghan » initié par Nicolas Sarkozy et validé depuis d’enthousiasme par François Hollande (8). Et tout cela pour quels résultats ?

Sous occupation militaire depuis plus de dix ans, l’Afghanistan n’a sans doute jamais été dans une situation aussi préoccupante : les Talibans sont plus puissants que jamais, contrôlant de très larges pans du territoire malgré les dizaines de milliers de soldats occidentaux présents dans le pays. La démocratisation mise en avant dans un second temps pour justifier notre présence militaire a définitivement tourné à la farce tragique : la corruption, la criminalité, le trafic de drogue, la violence règnent partout tandis que siège à Kaboul, terré dans son bunker protégé par l’armée américaine, le gouvernement fantoche du sinistre Hamid Karzai. Un Karzai qui négocie par ailleurs son avenir presque au grand jour avec les Talibans, dont tout le monde sait bien qu’ils prendront immédiatement le contrôle total du pays à la minute même où les derniers militaires occidentaux auront quitté l’Afghanistan.

Hamid Karzai, parlons-en d’ailleurs : ancien employé de la société californienne UNOCAL lorsque celle-ci négociait avant l’intervention militaire américaine avec les Talibans pour permettre le passage par l’Afghanistan d’un pipeline gazier reliant le Turkménistan au Pakistan, repéré par Zalmay Khalilzad, un américain d’origine afghane membre de la Rand Corporation, un think tank proche de l’administration américaine (9), homme de paille choisi, promu et installé de force à la tête de l’État afghan et suite à des élections grossièrement truquées par la puissance occupante. Hamid Karzai, acheté à grands coups de millions de dollars par la CIA (10) et fortement soupçonné de complaisance ou même de complicité avec les chefs de guerres pachtouns trafiquants de drogue du pays (11).

Hamid Karzai, dont le gouvernement a donc aujourd’hui décidé de baser son nouveau code pénal sur la charia, et notamment de réintroduire la peine de mort par lapidation pour les personnes mariées « coupables » d’avoir eu des relations sexuelles adultères. Une décision confirmée auprès des dirigeants américains et des responsables des Nations Unies par Rohullah Qarizada, membre de la commission sur la loi coranique, celui-ci déclarant : « Nous travaillons sur un projet de code pénal de la charia prévoyant que la lapidation sera la sanction de l’adultère s’il est confirmé par quatre témoins oculaires ». Les personnes coupables du même « crime » sans être mariées s’en tireront beaucoup mieux : elles ne recueilleront, elles, qu’une centaine de coups de fouet.

Il est vrai que malgré douze années de présence militaire occidentale, de « pacification », de « démocratisation », la situation actuelle n’est guère plus enviable : la semaine dernière dans la province de Baghlan au nord de Kaboul, deux amants adultères ont ainsi échappé d’extrême justesse à la dite lapidation, le conseil des anciens s’étant en effet opposé à la sentence pourtant réclamée par la foule… Il s’est fort généreusement contenté d’ordonner que le couple illégitime soit fusillé en place publique le lendemain matin. Et tout est à l’avenant, dans l’Afghanistan « libéré et démocratisé » par l’OTAN : en 2009, le parlement avait par exemple voté une loi qui légalisant le viol conjugal pour les musulmans chiites. À peu près à la même époque, une loi pour la pénalisation des violences faites aux femmes n’avait pas pu être votée face à la fronde de ces mêmes parlementaires. Et dès que l’on sort de quelques mètres des zones sous contrôle directes des forces armées occidentales, c’est burka et charia à tous les coins de rue.

Intervention militaire, milliards de dollars déversés (12), lutte contre l’islamisme, pour la démocratie et les droits de l’homme, qu’ils disaient… En effet. Tout ça pour ça… A-t-on le droit de s’éloigner pour aller pleurer ou vomir un peu plus loin ?

> Marc Leroy anime le blog « La Plume à gratter ».

1. La doctrine de remodelage du Grand Moyen-Orient (Wikipedia).
2. Projet pour le Nouveau Siècle Américain , (Project for the New American Century, Wikipedia).
3. Le PNAC , avant les attentats du 11 septembre 2001, et concernant son fameux plan de reorganisation du Moyen-Orient, écrivait ainsi noir sur blanc dans l’un de ses rapports internes : « Further, the process of transformation, even if it brings revolutionary change, is likely to be a long one, absent some catastrophic and catalyzing event – like a new Pearl Harbor. » (De plus, le processus de transformation, même s’il apporte un changement révolutionnaire, sera probablement long en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur – comme un nouveau Pearl Harbor).
4. Interview de Wesley Clark par la journaliste Amy Goodman sur DemocracyNow, le 02 mars 2007.
5. Le panarabisme est un mouvement idéologique et politique visant à réunir, unifier les peuples arabes. Il fut principalement porté par le parti Baas en Irak et en Syrie, par Nasser en Egypte et Mouammar Kadhafi en Libye.
6. Kadhafi a-t-il été exécuté par la France ?, Le Point, 1er octobre 2012.
7. L’intervention française en Afghanistan a coûté 3,5 milliards d’euros en 12 ans, BFMTV, 10 mars 2013.
8. Afghanistan: la France donnera 230 M €, Le Figaro, 08 juillet 2013.
9. RAND Corporation (Wikipedia).
10. Afghanistan: des dizaines de millions versés à Hamid Karzaï par la CIA, RTBF, 29 avril 2013.
11. L’échec de Karzaï dans la lutte antidrogue, Le Figaro, 27 août 2008.
12. L’aide financière totale versée à l’Afghanistan depuis 2001 est sans doute supérieure à 60 milliards de dollars. Cette aide représentait en 2010-2011 91 % du PIB du pays. Seul environ 25 % de cette aide a pu avoir une destination clairement identifiée.

Autres articles

22 Commentaires

  • fendu du chichoule , 16 décembre 2013 @ 14 h 34 min

    Le résultat de cette guerre est il vraiment nul pour les américains ?
    J’entends la même chose sur l’Irak.
    Par exemple, pour l’Irak, l’établissement du chaos n’est ce pas une façon de contrôler tranquillement l’essentiel du pétrole pendant que les irakiens se déchirent dans une guerre civile. Il suffit alors aux multinationales de sécuriser quelques zones en faisant appel à des mercenaires ou à des armées privées. L’intervention de l’armée américaine n’était-elle pas de casser l’outil militaire Irakien et de faire exploser la société Irakienne pour permettre aux lobbys du pétrole, dont fait parti la famille Bush, de s’installer tranquillement.
    N’est ce pas la même chose en Libye, pensez-vous vraiment que nos dirigeants ne savaient pas ce qu’ils faisaient en chassant Kadhafi, pensez-vous vraiment que se sont des benêts.
    A propos c’est marrant comme tout ces dictateurs sont rapidement supprimés aprés leur déchéance.
    Tout doit disparaître ?

  • xrayzoulou , 16 décembre 2013 @ 16 h 00 min

    Ce que je pense, en lisant cet article :
    1/ Nous sommes les larbins des américains.
    2/ Ils se veulent les gendarmes du monde. (même l’ONU est à leurs bottes).
    3/ En douce, ils font des tractations avec les rebelles.
    4/ Ils veulent récupérer pour eux toutes les richesses.
    5/ Les français aussi arment les rebelles.
    6/ Ils protègent les tyrans.
    7/ Quand tout sera fini (à leur goût). La France doit se faire du souci.
    8/ Je pense qu’à ce train, on est pas loin d’un conflit avec les islamistes et là : soit les américains nous “snoberont”, soit ils viendront en grands gendarmes du monde et là ils feront ce qu’ils veulent et rigoleront de nous.

  • Gisèle , 16 décembre 2013 @ 18 h 47 min

    ORDO AB CHAOS ! mais pas seulement … à moi la bonne soupe !

  • BJ , 16 décembre 2013 @ 20 h 45 min

    “les militaires français en simples supplétifs de l’armée américaine, menée dans le cadre de deux opérations internationales prétendument distinctes”
    Quand je lis de telles âneries en aussi peu de mots, je me dit qu’il vaut mieux s’arrêter là…
    Visiblement vous n’y avez jamais mis les pieds, juste lu quelques bouquins ou articles qui vous font croire que vous savez.

    L’intérêt d’avoir été en Afghanistan ne se trouve pas en Afghanistan, nous n’avons pas les mêmes valeurs, et vouloir en faire un pays “civilisé” relève de l’utopie, même si certains y ont cru. L’intérêt initial est de montrer aux américains que malgré le volume de nos forces, nous répondons à l’appel de nos alliés de l’OTAN, et pouvoir exiger le retour dans une situation similaire. Et il y a eu un autre intérêt à posteriori: aguerrir notre armée qui n’avait plus connu de conflit de cette ampleur depuis bien longtemps.

    Mais dans le monde des bisounours, on aimerait croire qu’on y a été pour rendre possible la démocratie et la justice telle qu’on la voit alors qu’ils ne l’envisagent même pas. Et puis il est plus facile de voir l’échec (ou plutôt devrais-je dire l’impossibilité) de civiliser des gens là bas, alors qu’on ne réussi pas à civiliser les mêmes chez nous.

  • Psyché , 16 décembre 2013 @ 23 h 15 min

    La stratégie du chaos est bien connue et le résultat de ces guerres en Afghanhistan, Irak Lybie etc. n’est pas nul aux regard des stratèges du Pentagone et de leurs alliés de Tel Aviv.
    Si tu ne peux te rallier un pays ou un peuple, mieux vaut alors éviter qu’il ne passe dans la sphère d’influence adverse, tu l’anhilie alors en y créant le chaos.
    Et de plus, il faut bien faire table rase avant l’établissement du nouvel ordre mondial.
    Tout est programmé et plannifié ainsi.
    Le chaos dans les pays arabes permettra un jour créer le Grand Israël du nil jusqu’à l’Euphrate.

    Laurent Louis : http://www.youtube.com/watch?v=qQmlwsPve2k

    Le chaos devra un jour venir en France non par la guerre mais par l’effondrement économique et on nous demandera alors de prêter allégeance.

  • Thierry , 17 décembre 2013 @ 0 h 34 min

    Vous compliquez inutilement.
    Que vient faire Israël là-dedans, surtout en un moment où la politique américaine est de plus en plus hostile aux intérêts israéliens ?

  • bibi , 17 décembre 2013 @ 7 h 27 min

    Ce que les occidentaux n’ont pas compris, c’est que la difference entre les Talibans et la grande majorite des Afghans est minuscule… L’islam est omnipresent dans le pays, les familles, les ecoles, et l’islam c’est la shariah, les mains coupes, les filles voiles, les infideles persecutes, la pedophilie legitimise …

    La seule maniere de les rendre civilises ca serait d’y interdire l’islam et ca meme les bolcheviques ne l’ont pas fait !…

    Et bientot ca sera la meme chose en France si on ne fait rien.

Les commentaires sont fermés.