Ségolène Royal sur les feux de cheminée : “J’ai rétabli la liberté”

La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, était intervenue au début du mois de décembre pour revenir sur un arrêté préfectoral interdisant les feux de cheminées en Île-de-France. Elle a commenté sa décision mardi matin, chez Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, avec l’instruction envoyée au préfet de région qui lui demande de modifier son arrêté. “J’ai rétabli la liberté”, a-t-elle déclaré en expliquant que l’interdiction était en contradiction avec son intention de développer les énergies renouvelables et donc le bois.

Autres articles

13 Commentaires

  • champar , 17 Déc 2014 à 17:05 @ 17 h 05 min

    Une bonne mesure, saluons là en dehors de tout sectarisme.

    Je n’avais pas voté pour elle mais je me dis que finalement cela aurait été mieux que Sarkozy et Hollande deux ordures qui ont détruit la France.

  • LIU , 18 Déc 2014 à 13:25 @ 13 h 25 min

    Elle dit “Il faut arrêter d’embêter les gens ” ….. Elle devrait plutôt dire ça à ses camarades du gouvernement , non ?

  • charles-de , 18 Déc 2014 à 18:08 @ 18 h 08 min

    Ouais, mais s’il y a une flambée quand il descend, ça craint !

  • Pascal , 18 Déc 2014 à 18:57 @ 18 h 57 min

    Il y avait et il doit encore y avoir des cheminées dans de tout petit logements parisiens.

  • Observateur , 19 Déc 2014 à 9:42 @ 9 h 42 min

    Bien joué Ségo, moins destructrice que Sarko et Hollando et Hidalgo.

  • F_156 , 6 Jan 2015 à 17:15 @ 17 h 15 min

    Elle est intelligente pour deux raisons. Si on revient sur l’arrêt donné à l’écotaxe. Ce n’est pas en pleine crise que l’on taxe supplémentairement les usagers de la route et principalement les entreprises qui sont visées par cette taxe. On peut tout au plus demander de faire un effort sur l’émission des gaz et des particules en incitant les entreprises de transport, entre autres, à améliorer leur parc roulant (moteurs diesel propre, etc). Pour les cheminées, c’était ridicule d’interdire les émissions de fumée des cheminées à Paris. Vous le dites vous-mêmes, il existe un nombre assez ridiculement neutre, ou sans effet sur les gaz à effet de serre, de cheminées à Paris, quelque origine sociale que ce soit (arrêter de suivre la lutte de classes quand elle devient éminemment stupide), il faut ajouter : “en état de marche” ou qui seraient éventuellement utilisées. Car s’il est vrai que les cheminées sont le fait de maisons bourgeoises, les propriétaires de ces maisons ne sont pas dans la gêne pour préférer se chauffer à l’électricité ou toute autre énergie. Il n’est pas aisé de stocker du bois à Paris, on imagine. Elle a donc rétabli la liberté d’user ou ne pas user de sa cheminée. Elle a surtout rendu inopérant un arrêté qui aurait été stupide et non productif d’intérêt. Il est plus utile, à Paris, comme dans d’autres grandes villes, de préférer végétaliser des toits, diminuer la circulation urbaine en privilégiant des énergies nouvelles (exemple, créer un immense tapis roulant dont une partie du toit de verre serait recouvert de panneaux solaires, et le tapis serait mû par l’énergie solaire, les gens s’y déplaceraient très rapidement, à pied, le toit serait ouvrant notamment au printemps et en été pour laisser entrer le bon air dans cet immense couloir, et sur le trottoir, il y aurait des arbres avec des nids pour les oiseaux, et au bord du grand tapis roulant, il y aurait de magnifiques parterres de fleurs, de quoi changer la vie des usagers).

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen