Sur l’investiture d’Ursula von der Leyen

Sur l’investiture d’Ursula von der Leyen

La courte majorité, 383 voix, sur les 374 requis, contre 327, obtenue par Ursula von der Leyen pourrait bien, paradoxalement, constituer un atout entre les mains de la commission européenne.

Depuis 15 ans, en effet, les deux présidents de l’exécutif européen, Cardoso, 413 pour, 251 contre en 2004, puis Juncker, 422 pour et 250 contre, avaient obtenu des scores très supérieurs, confortés par l’alliance entre le centre-droit et les sociaux-démocrates.

Ils avaient été choisis par le Conseil des chefs d’États et de gouvernement en raison d’un effacement qu’ils n’ont démentis ni l’un ni l’autre. Tout le monde s’accommodait de ces deux médiocrités. Ils n’inquiétaient personne et géraient les affaires du Continent comme celles d’une bonne vieille épicerie déclinante.

Au contraire, le choix de la ministre allemande de la Défense, résultait certes, essentiellement d’un compromis[1]. Les deux principaux partenaires : un Macron, démonétisé depuis 2017, affaiblie par la prestation contre-productive de sa candidate elle-même, Nathalie Loiseau, et une Merkel en fin de course, l’un comme l’autre contraints de revenir à l’entente franco-allemande, moteur et même but primordial de ce qu’on appelle construction européenne.

Mais, désormais la Commission se trouvera acculée à combattre. Car, manifestement cela ne plaisait ni aux rogatons de l’extrême gauche, ni aux écologistes, ni aux socialistes. Le PSE, c’est-à-dire le cartel des 28 partis sociaux-démocrates assemblés dans le cadre du parlement de Strasbourg a beaucoup reculé entre 2014 et 2019. Ils sont passés de 24,8 % des voix et 191 eurodéputés à 154 sièges pour 20,5 % des suffrages.

Sans doute cet affaissement se retrouve en symétrie avec l’affaiblissement des effectifs parlementaires du PPE. L’organisation chèvre-chou des anciens partis démocrates-chrétiens et des modérés, qui tiennent lieu de droite européenne, est passée de 274 élus en 2009, à 221 en 2014 et 182 en 2019. Toutefois de 23,8 % des voix il est passé à 24,2 %, ce qui lui permettait de briguer la présidence de la Commission, le traité de Lisbonne laissant une certaine latitude au conseil des États pour choisir un candidat en tenant compte du résultat des élections.

Ainsi une candidate issue d’un bloc parlementaire de 182 députés a pu obtenir 383 voix en sa faveur.

Bien entendu, le vote étant secret, on peut supputer toutes sortes de manigances et de manœuvres, y compris de ce qui constitue, désormais, la droite italienne, forte d’une énorme popularité parfaitement apte à agir en fonction de ses intérêts nationaux. Rappelons, à ceux qui l’ignoreraient, que le président du conseil qui dirigea notre chère “sœur latine” de 1922 à 1943 ne cachait pas, lui-même, que son programme était de “gouverner l’Italie”, et sa doctrine “le fait”. Et tout indique que le même pragmatisme a conduit ses disciples actuels à échanger leur vote contre la perspective d’un poste important pour leur pays dans le Collège des commissaires européens[2].

Ce qui semble intéressant de souligner, pour l’avenir, c’est, au contraire la somme des réticences sournoises, des critiques feutrées, de rancœurs et des aigreurs manifestées contre le fait que la présidence de la Commission soit attribuée, pour la première fois depuis 52 ans à une citoyenne de l’État le plus peuplé et le plus fort contributeur. Tous les arguments “contre” ont été distillés, à dose non-létale dira-t-on, dans la presse parisienne. On aura entendu ou lu que cela contredisait la théorie du Spitzenkandidat, et par conséquent, que cela témoignait du mépris de l’assemblée démocratique, etc. On aura appris toutes les difficultés que, brillante ministre de la Famille, elle rencontra, nommée responsable des Armées, pour faire passer la hausse de l’effort de Défense dans un pays où l’antimilitarisme est devenu une sorte de dogme depuis 1945.

Les Verts, l’extrême gauche et les socialistes, soutenus la majorité des rédacteurs de la presse parisienne, sont contre.

C’est bon signe.

Espérons que la nouvelle Commission aura le courage de combattre clairement les prétentions des Verts, de l’extrême gauche et des socialistes, à imposer en Europe leurs opinions, dont on mesure pourtant, de suffrage populaire en suffrage populaire, elles sont devenues de plus en plus minoritaires.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog LInsolent.fr.

Apostilles :

1. Cf. L’Insolent du 3 juillet : Europe comprendre le compromis.

2. Notons qu’en juillet 1979 lorsque Simone Veil fut élue première présidente du parlement européen, elle l’avait emporté avec les voix du Mouvement social italien, couramment considéré comme néo-fasciste.

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *