Le maire de Saint-Cyr-l’École écrit au président de la République : «Je ne célébrerai pas de mariage homosexuel»

Monsieur le Président de la République,

Comme tous les Maires, je suis responsable, au sein de ma commune, de l’organisation des cérémonies de mariage.

Je pensais que depuis la Révolution, la République avait codifié le mariage afin d’enregistrer l’union d’un homme et d’une femme qui désiraient fonder une famille et avoir des enfants. Plus que l’union d’un père et d’une mère, l’État donnait un cadre juridique à la protection des enfants à naître.

Nul besoin du mariage pour former un couple et avoir des enfants, les exemples abondent, jusqu’aux plus hauts sommets de l’État. Mais, Monsieur le Président, vous voulez demander aux Maires d’enregistrer l’union de deux personnes de même sexe qui, la nature étant ce qu’elle est, ne pourront précisément pas avoir d’enfants.

Je ne veux pas savoir si ce seront de bons ou de mauvais parents mais je pense simplement qu’il vaut mieux avoir un père et une mère. Combien d’enfants orphelins ou abandonnés par l’un de leurs parents ont été en recherche de l’absent ?

Votre projet va détruire ce qu’il reste du mariage.

Nous avons déjà des unions déclarées avec les certificats de concubinages ou le PACS. Améliorons ces dispositifs si le besoin s’en fait sentir. Toutes les constructions juridiques sont perfectibles ! Il n’est point besoin, pour autant, de mettre à bas tout l’édifice de la famille.

Chacun est libre de vivre sa vie comme il l’entend mais que ceux qui se veulent différents dans leur orientation sexuelle, le soient également dans le type d’union censée sceller leur communauté de destin. Étendre le mariage à n’importe quel type de couple c’est lui enlever sa spécificité.

Pour donner satisfaction à quelques uns, vous aurez détruit le sens même de cette institution séculaire.

En tant que Maire, je m’efforce de célébrer le plus de mariages possible mais je tenais, Monsieur le Président, à vous faire savoir qu’en aucun cas je ne m’associerai à votre décision. Si elle est votée, cette loi s’appliquera à Saint-Cyr comme dans toutes les communes de la République. Cependant, lorsqu’un tel cas se présentera, au même titre que l’on a laissé un droit à la liberté de conscience pour les médecins qui ne voulaient pas pratiquer l’IVG, je vous informe de mon refus de célébrer ce que je ne peux approuver.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, au respect et à la très haute considération que je dois à votre fonction.

Bernard Debain, maire de Saint-Cyr-l’École (Yvelines)

> Cette lettre a été publiée en éditorial de Saint-Cyr Magazine d’octobre, consultable ici.

Autres articles

21 Commentaires

  • captier , 17 Oct 2012 à 18:00 @ 18 h 00 min

    comme toujours vive la liberte de pensée,bande de nuls,de toute façon noous allons faire ce que
    nous avons décides

  • Olizefly , 17 Oct 2012 à 21:35 @ 21 h 35 min

    Vous allez le faire et dans pas longtemps nous allons le défaire. Comme ce “mariage” homo est une construction artificielle, ce n’est pas fait pour durer.

  • Pierre Jouille , 17 Oct 2012 à 23:21 @ 23 h 21 min

    Tenez bon monsieur le Maire ! Et ne vous laissez surtout pas intimider par les glapissements de la canaille néo soixante huitarde qui mise gros dans cette affaire, ayant de longue date pris la mesure des ravages que cette initiative abjecte ne manquera pas d’infliger à notre malheureux pays comme à d’autres communautés nationales qui, par bêtise ou par lâcheté, se sont laissées submerger par un instinct de mort qui porte désormais les couleurs de l’Europe.

    Rien n’est à l’évidence plus grotesque et plus suspect que de voir la classe politico-médiatique la plus débauchée dont ait jamais accouché le suffrage universel et les égouts des palais nationaux plus connus sous l’appellation de réseaux d’influence, défendre avec une telle rage vengeresse un prétendu droit au mariage homosexuel en se fondant exclusivement sur des notions aussi peu juridiques et aussi ringardes pour ne pas dire “nauséabondes” à ses yeux, que l’amour éternel et le désir d’enfant.

    Faut-il y voir une forme d’inquiétude de la subversion nationale qui ne se serait pas attendue à voir la gauche s’emparer de tous les leviers de pouvoir et d’influence avant d’être parvenue à lobotomiser un nombre suffisant de Français ? L’impatience de la communauté gay que rien n’arrête à percevoir le prix de son soutien sans attendre que les hommes et les femmes sains d’esprit qui sont encore majoritaires dans ce pays aient été totalement muselés offre une opportunité qui ne se renouvellera pas de mettre ce pouvoir délétère en échec. Il en effet plus que probable qu’il ne prendra pas le même risque avec le vote des étrangers qui constitue le second point d’appui de sa politique de destruction de notre identité nationale.

    C’est pourquoi, il est essentiel de soutenir de toutes nos forces les officiers ministériels qui, comme vous monsieur le Maire, ont le courage de faire savoir qu’ils refuseront d’être complices de ce qu’un autre président socialiste avait qualifié de “Force injuste de la Loi”.

    En dernier recours, ils pourront toujours faire valoir leur souci de ne pas heurter la sensibilité de vos compatriotes de confession musulmane : un argument qui, lui, ne manquera pas d’être entendu du tenant actuel du poste.

  • Pierre , 18 Oct 2012 à 1:27 @ 1 h 27 min

    Bonjour,

    Je trouve que le principe d’égalité entre les citoyens doit être respecté dans notre République.

    Tous les citoyens doivent être égaux en droit comme le précise la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789.

    Quelques soit l’orientation sexuelle d’un citoyen, il doit pouvoir accéder au mariage afin que cette égalité soit préservée.

    Après le refus d’accepter les enfants dont l’un des parents ne travaille pas à la cantine et s’être fait recalé devant le Tribunal Administratif de Versailles il y a quelques mois au principe de l’égalité en droit des enfants ; il va donc recommencer à piétiner une fois de plus l’un des principes fondateurs de notre République : l’égalité.

    Je suis catholique, je suis laïc et je trouve cela honteux.

  • GERARD , 18 Oct 2012 à 8:17 @ 8 h 17 min

    J’adore votre dernier paragraphe tant il décrit exactement le fondement de la politique du président et de ses assesseurs.
    Agir,oui,mais comment?Ecrire,pétition(ner) et autres ,rien n’y fait!La psycho rigidité de nos dirigeants est telle qu’ils poursuivent leur triste tâche, sans dévier d’un millimètre ,dès lors que cela ne concerne qu’une minorité quelle quelle soit.Encore faut il que ce soient leurs électeurs!!!

  • Paul63 , 18 Oct 2012 à 8:48 @ 8 h 48 min

    Bravo Pierre Jouille ! Aujourd’hui comme hier avec François Mitterrand, ces socialistes n’ont aucune valeurs de la France. Ils n’ont que l’ambition du pouvoir à tout prix. Hier ils disaient que la droite divisait les français et bien que restera t-il quand ils auront voté pour le mariage gai, la dépénalisation du cannabis, le votre des étrangers…que sera devenu la France….

  • Frannot , 18 Oct 2012 à 10:26 @ 10 h 26 min

    Bravo ! tout est très bien vu… oui, les musulmans nous sauveront peut-être… sur ce point !

Les commentaires sont fermés.