Le maire de Saint-Cyr-l’École écrit au président de la République : «Je ne célébrerai pas de mariage homosexuel»

Monsieur le Président de la République,

Comme tous les Maires, je suis responsable, au sein de ma commune, de l’organisation des cérémonies de mariage.

Je pensais que depuis la Révolution, la République avait codifié le mariage afin d’enregistrer l’union d’un homme et d’une femme qui désiraient fonder une famille et avoir des enfants. Plus que l’union d’un père et d’une mère, l’État donnait un cadre juridique à la protection des enfants à naître.

Nul besoin du mariage pour former un couple et avoir des enfants, les exemples abondent, jusqu’aux plus hauts sommets de l’État. Mais, Monsieur le Président, vous voulez demander aux Maires d’enregistrer l’union de deux personnes de même sexe qui, la nature étant ce qu’elle est, ne pourront précisément pas avoir d’enfants.

Je ne veux pas savoir si ce seront de bons ou de mauvais parents mais je pense simplement qu’il vaut mieux avoir un père et une mère. Combien d’enfants orphelins ou abandonnés par l’un de leurs parents ont été en recherche de l’absent ?

Votre projet va détruire ce qu’il reste du mariage.

Nous avons déjà des unions déclarées avec les certificats de concubinages ou le PACS. Améliorons ces dispositifs si le besoin s’en fait sentir. Toutes les constructions juridiques sont perfectibles ! Il n’est point besoin, pour autant, de mettre à bas tout l’édifice de la famille.

Chacun est libre de vivre sa vie comme il l’entend mais que ceux qui se veulent différents dans leur orientation sexuelle, le soient également dans le type d’union censée sceller leur communauté de destin. Étendre le mariage à n’importe quel type de couple c’est lui enlever sa spécificité.

Pour donner satisfaction à quelques uns, vous aurez détruit le sens même de cette institution séculaire.

En tant que Maire, je m’efforce de célébrer le plus de mariages possible mais je tenais, Monsieur le Président, à vous faire savoir qu’en aucun cas je ne m’associerai à votre décision. Si elle est votée, cette loi s’appliquera à Saint-Cyr comme dans toutes les communes de la République. Cependant, lorsqu’un tel cas se présentera, au même titre que l’on a laissé un droit à la liberté de conscience pour les médecins qui ne voulaient pas pratiquer l’IVG, je vous informe de mon refus de célébrer ce que je ne peux approuver.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, au respect et à la très haute considération que je dois à votre fonction.

Bernard Debain, maire de Saint-Cyr-l’École (Yvelines)

> Cette lettre a été publiée en éditorial de Saint-Cyr Magazine d’octobre, consultable ici.

Autres articles

21 Commentaires

  • scaletrans , 18 Oct 2012 à 10:38 @ 10 h 38 min

    Funck-Brentano disait déjà de la France il y a plus de cinquante ans: “150 ans de sophistique, quel peuple peut résister à cela?”. Vous êtes un exemple parfait, et qui se dit catholique de surcroît (!), de ce cette sophistique a apporté comme confusion mentale.

  • SUCCOJA Michèle , 18 Oct 2012 à 12:28 @ 12 h 28 min

    Tout a fait d’accord avec vous Monsieur le Maire. Il faut entrer en résistance pour sauvegarder nos valeurs. Les homosexuels ont le droit de vivre ensemble et à tout notre respect. On peut améliorer certains dispositifs, mais le mariage est le fondement de notre société. Pour procréer il faut un homme et une femme, même les animaux ont compris ça, nos gouvernants seraient-ils moins intelligents ?

  • Frannot , 18 Oct 2012 à 13:49 @ 13 h 49 min

    “le principe d’égalité entre les citoyens doit être respecté dans notre République” entièrement d’accord : tout homme pourvu qu’il soit pubère, ait l’âge légal, avec si nécessaire l’accord de ses parents, pourvu qu’il soit célibataire, veuf ou divorcé, et juridiquement capable a le droit d’épouser une femme, et encore pas n’importe laquelle, et réciproquement.
    Que signifie donc l’égalité ? Un homme marié n’a pas le droit… de se marier… ; un homme de 16 ans sans l’accord de ses parents n’a pas le droit de se marier… ; un homme n’a pas le droit de se marier avec un homme…; un homme n’a pas le droit d’épouser une fille de 14 ans… ; un homme n’a pas le droit d’épouser sa sœur ou sa mère…. etc… etc… un homme marié n’est donc pas “égal” à un homme célibataire, ni à un homme de 16 ans, ni à un homme homosexuel… ni à un frère ou un fils… Un homme peut se marier à 18 ans, une fille à 15… Jusqu’où va l’égalité ? Et il ne faut surtout pas confondre l’égalité et l’identité ; un homme et une femme ne sont pas identiques et interchangeables.

  • Kef-Ahmem , 18 Oct 2012 à 16:24 @ 16 h 24 min

    Elle aura disparue tout simplement dans l’indifférence générale……………Nous assistons à la décomposition de notre société, voulue et approuvée par une “majorité” d’électeurs……Celà s’appelle la démocratie paraît-il ! ! ! !C’est à gerber……..

  • Kef-Ahmem , 18 Oct 2012 à 16:31 @ 16 h 31 min

    Bravo monsieur le Maire, souvenez vous quand il s’est agi du PACS, les maires se sont élevés pour refuser de procéder à cette alliance et ils ont gagnés…………..Nous 15 ans après les Maires ne sont plus les mêmes, ils dépendent en outre d’appareils politiques et ils risquent de subir les foudres de ces derniers, au détriment des aides communautaires et de l’Etat…………..Alors, on ne verra pas une oreille sortir du rang………….

  • BUREAU , 18 Oct 2012 à 16:50 @ 16 h 50 min

    Bonjour,
    Bravo, Monsieur le Maire, tenez bon, vous n’êtes pas seul.
    Que tous les maires de France réclament un référendum…….J’en connais beaucoup qui sont contre ce mariage bidon.
    Bien cordialement

  • LOUVIN , 19 Oct 2012 à 15:35 @ 15 h 35 min

    Toutes mes sincères félicitations à ce Maire courageux et intelligent.
    Sur 36.000 peu se manifestent, hélas !
    Enjeu majeur de civilisation, tout comme l’immigration non-européenne et la braderie de la nationalité française…

Les commentaires sont fermés.