The Gatekeepers, une illustration israélienne du pacifisme des grands guerriers

Est apparu il y a quelques mois un excellent documentaire relatant les témoignages de six anciens directeurs du service secret intérieur israélien, appelé le Shin Bet, qui a pour objectif la sécurité intérieure du pays, notamment par la neutralisation des attaques palestiniennes. À la stupéfaction du public, ces témoins qui furent pourtant en première ligne contre le terrorisme et la résistance des Palestiniens, en appellent à la paix voire à la création pure et simple d’un État palestinien, à l’instar du très charismatique Ami Ayalon qui en fut le directeur de 1996 à 2000.

Mais au delà de leur message politique, leurs propos, leur humanisme, leur profondeur et leur lucidité poussent à la réflexion “métapolitique”. Et si ces hommes d’exception étaient à la tête de l’État israélien ? Celui-ci ne serait-il pas moins violent et démagogue que sous la coupe de civils ambitieux ? Et n’en serait-il pas de même pour l’Occident qui, pour nourrir une société ultra féminisée et décadente, ressent massivement le besoin, en Libye, Iraq et Syrie, de faire couler le sang du pétrole ?

1) Le message politique

Tous ces dirigeants du Shin Bet sont inquiets du chemin toujours plus radical pris par Israël. On parle beaucoup de ré-islamisation du monde arabo-musulman, en oubliant souvent qu’il y a un retour du fait religieux partout dans le monde, en Russie, en Inde, en Chine (plus timidement), aux États-Unis, mais aussi en Israël où désormais sont gravés des passages de la Torah à l’entrée du bâtiment principal de l’armée Tsahal, alors que l’État est encore officiellement laïque. Seul le christianisme européen sur un continent en crise identitaire profonde, avec un Vatican toujours plus mondialiste et relativiste, n’arrive pas à se revigorer.

Mais cette “rejudaïsation” a aussi une réalité démographique. Selon John Measheimer, professeur de relations internationales à l’Université de Chicago, « au moment de sa fondation en 1948, Israël comportait seulement un petit nombre de Juifs ultra-orthodoxes. Cependant, leur nombre s’est accru par à-coups ces dernières années. La raison est simple : en moyenne, chaque femme Haredi (autre nom pour désigner les ultra-orthodoxes) a 7,6 enfants, ce qui représente à peu près le triple de ce qu’on observe dans l’ensemble de la population juive israélienne ».

« En quinze ans, de 1992 à 2007, la proportion d’enfants juifs fréquentant des écoles élémentaires publiques profanes est passé de 67% à 55% ; cette proportion devrait tomber à 51% en 2012. Le pourcentage d’élèves qui fréquentent les écoles ultra-orthodoxes est passé entre temps de 12,4% en 1992 à 26,7% en 2007 et devrait atteindre 31% en 2012 » (magazine Forward, août 2007).

Ainsi aujourd’hui, cette frange de la population conservatrice israélienne représente une forte minorité de la démographie, engendrant une partie toujours plus grande des bataillons de l’électorat sioniste souhaitant l’instauration du Grand Israël qui doit s’étendre du Nil à l’Euphrate – à l’image du drapeau qui montre une étoile bleue entourée de deux lignes de même couleur représentant ces fleuves –, alors que les Juifs sont, dans cette limite géographique, environ 7 millions face à 150 millions d’Arabes !

Et cet électorat qui grossit d’année en année, auquel s’ajoute une partie de plus en plus large du reste de la population qui se droitise toujours plus, renverse toute perspective de retour des Travaillistes laïques et davantage pacifistes (du moins officiellement) au pouvoir – sort qui, ironiquement, menace cette droite française ne sachant s’unir et donc déboutée par une gauche dont l’électorat boboïsé et extra-européen ne cesse de grandir.

En face d’eux, l’on trouve des Palestiniens ayant une démographie volontairement haute et, donc, charriant toujours plus de pauvres radicalisés abandonnant la voie laïque et progressiste proposée par le Fatah, et se vouant corps et âme au Hamas (voulant l’éradication pure et simple d’Israël) qui fut financé par les autorités israéliennes afin de diviser les Palestiniens idéologiquement et géographiquement (la bande de Gaza appartenant aux barbus et la Cisjordanie – mais de moins en moins – aux laïques) et, de la sorte, plomber toujours plus la possible création d’un État (1). Autant dire que la paix n’est pas pour demain !

Et paradoxalement, les émissaires de cette paix sont notamment ces hommes de l’ombre qui comprennent, comme le formule très bien Yuval Diskin, cet autre chef qui dirigea le Shin Bet de 2005 à 2011, que les terroristes palestiniens ne sont en réalité que des résistants œuvrant pour une cause qu’ils estiment juste. Ce dernier, à la grande surprise du réalisateur qui l’interroge, cautionne totalement les propos du célèbre penseur Yeshayahou Leibowitz prophétisant juste après la victoire de la guerre des Six Jours : “un État israélien administrant un million de vaincus se corrompra automatiquement en État policier, avec toutes les conséquences que cela implique en matière d’éducation, de liberté de parole, de pensée et de démocratie. En effet, la corruption inhérente à tout régime colonial contaminera l’État d’Israël, puisque le pouvoir doit réprimer la révolte arabe, d’un côté, et s’attacher les services de traîtres ou de collaborateurs arabes, de l’autre”.

Avraham Shalom qui fut le directeur du Shin Bet de 1980 à 1986, réputé pour son intransigeance et sa dureté, ose pourtant comparer l’armée israélienne à l’armée nazie, expliquant qu’à l’instar de cette dernière, Tsahal est devenue une armée d’occupation faisant souffrir des millions de Palestiniens semblables aux million de Polonais, Tchèques et Belges dominés par les panzers ! Il en appelle à la discussion avec tous les ennemis d’Israël allant des représentants du Hamas à Ahmadinejad (encore au pouvoir lors de la production du film).

2) La réflexion métapolitique

Ainsi nous voyons des militaires, des guerriers de l’ombre être de vrais pacifistes. Ce paradoxe n’est pas un hasard. L’histoire nous apprend que les sociétés militaires sont beaucoup moins violentes que les gouvernements civils. Explication et exemples.

La tripartition

En France d’avant 1789 et dans le reste de l’Europe jusqu’en 1914, les sociétés traditionnelles étaient régies, en règle générale et sur le temps long de l’histoire, par la tripartition. C’est-à-dire que les différentes forces qui la construisaient étaient distinctes et séparées. Nous avions d’une part (et en haut) le clergé qui détenait le savoir spirituel (incitant les gens à ne pas vivre pour leur nombril mais pour un idéal supra-humain ; nous savons tous sur ce site qu’un être spirituel est bien moins enclin à la consommation et à la dépendance de l’État qu’un athée matérialiste) mais aussi scientifique et intellectuel (une grande part des inventions européennes furent créées dans les monastères, le savoir se transmettait via les Universités détenues par le clergé, etc.). Mais le clergé avait l’interdiction de prendre les armes.

“Tout historien honnête remarque qu’un État régalien est, en règle générale et sur le temps long de l’histoire, beaucoup moins violent, moins dispendieux et totalisant lorsqu’il est tenu par une aristocratie militaire et non par une bourgeoisie civile et affairiste.”

Nous avions ensuite la sphère politico-militaire qui incarnait l’État via l’aristocratie détenant le pouvoir politique, judiciaire, militaire et diplomatique, donc uniquement les pouvoirs régaliens. Le Roi était un militaire  en tant que premier des nobles, seul groupe ayant droit au port d’armes. Ce groupe devait se conformer néanmoins aux préceptes dictés par la sphère religieuse.

Enfin, le dernier ensemble de la tripartition était celui de la production, composé des commerciaux, des artisans et des paysans.

Ainsi le savoir, la force et la production étaient séparés, empêchant, à l’inverse des sociétés modernes, toute concentration totalitaire.

Cette structure sociétale était très répandue dans le monde indo-européen, surtout en Inde avec le principe des castes (caste des brahmanes, caste des guerriers, caste des commerçants et paysans puis enfin celle des artisans). Tout historien honnête remarque qu’un État régalien est, en règle générale et sur le temps long de l’histoire, beaucoup moins violent, moins dispendieux et totalisant lorsqu’il est tenu par une aristocratie militaire et non par une bourgeoisie civile et affairiste.

Comme le remarque avec pertinence l’historien Ghislain de Diesbach en parlant de la Première guerre mondiale : « la Grande Guerre a été menée par des politiciens qui n’ayant pas de domaines avec des paysans, ni de grande maison avec du personnel, ni d’usines ou d’atelier avec les ouvriers, ne connaissaient pas les hommes et les sacrifiaient allègrement alors que les monarques, pères de leurs sujets, s’efforçaient de les ménager » (2).

La violence civile

On oublie trop souvent que le génocide vendéen fut ordonné par des bourgeois démocrates, que les Première et Deuxième guerres mondiales furent des boucheries sans nom dirigées par des civils. Les monarchies européennes rentrèrent souvent à contre-cœur dans la Grande Guerre sous la pression des Parlements qu’elles avaient autorisés depuis peu, qui votèrent tous en chœur les crédits de guerre. On oublie trop souvent qu’Hitler et Mussolini étaient des civils, même s’ils avaient combattu lors la Grande Guerre, des politiciens de gauche arrivés au pouvoir grâce au sacre démocratique et/ou à l’appui décisif des industriels (3). D’ailleurs, concernant le Führer, ce fut un aristocrate militaire prussien, le président Hindenburg, qui fit tout pour empêcher son arrivée au gouvernement malgré le vote populaire massif et ce furent les plus hauts gradés militaires qui s’opposèrent, à l’instar du général Beck, à la politique expansionniste d’Hitler puis décidèrent de le tuer dans l’attentat manqué mené par Claus Von Stauffenberg, un autre prussien militaire, païen de surcroît, qui désirait non pas plus de démocratie comme veut nous le faire croire la propagande hollywoodienne à travers son film « Walkyrie » mais revenir à une société traditionnelle dirigée par une monarchie aristocratique (4). En URSS Lénine instaura le soviétisme après une lutte acharnée contre les généraux Blancs et Staline a pu instaurer sa domination après avoir organisé une immense purge de l’élite militaire faisant ombrage à sa folie (5).

Évidemment, cette redoutable violence civile, malgré le silence des médias de l’establishment, ne fut pas l’apanage d’Hitler, Staline ou Mussolini. La violence civile n’est pas, par essence, totalitaire : elle peut très bien se satisfaire des canons démocratiques. Car enfin, c’est bien Churchill qui décida sciemment de bombarder des milliers de civils allemands à Dresde afin d’humilier l’Allemagne et qui ordonna à la fin de la guerre le brusque rapatriement de 14 millions d’Allemands de l’est européen implantés depuis le treizième siècle par les ordres teutoniques dans les nouvelles frontières germaniques réduites unilatéralement par les Alliés, provoquant par son inorganisation deux millions de morts en pure perte (6). Ce sont les champions de la nouvelle démocratie, les Américains dirigés par des civils démocrates, qui firent périr dans les camps de l’Allemagne vaincue 800 000 militaires et laissèrent volontairement de 1945 à 1946 mourir cinq millions d’Allemands par famine (7), de sorte qu’au total, sur l’espace d’une année,  les anglo-américains firent périr pratiquement le même nombre d’êtres humains que les nazis en cinq ans dans les camps !

Pourtant, comme le rappelle avec ironie Ghislain de Diesbach:  « de même que suivant un mot célèbre, certains citoyens sont plus égaux que d’autres, il existe « un devoir de mémoire » extrêmement sélectif, car si les Allemands ont fait périr dans leurs camps des millions d’êtres humains, leurs vainqueurs, après 1945, ne sont responsables en rien ni de millions d’Allemands qu’on a laissés volontairement mourir de faim, ni des exécutions de prisonniers de guerre, ni des massacres de blessés dans les hôpitaux. Ce sont de vilaines légendes, à proscrire de la mémoire collective » (2).

Le sacerdoce du guerrier

À l’inverse, le documentaire « The Gatekeepers » montre un Yuval Diskin, militaire, décrivant les nuits blanches, les réveils du matin douloureux ou les vacances rongées par le doute et la culpabilité tourmentant tout soldat de métier tuant un être humain, même lorsqu’il a la certitude qu’il est un terroriste.  Lorsqu’on est consciencieux, arracher une vie n’est jamais facile et rappelle, à celui qui l’ôte, à quel point elle est précieuse et fragile. Yaakov Peri (qui dirigea le Shin Bet de 1988 à 1994) explique que c’est sacrément pacifiste qu’on sort de cette organisation, las de participer à des contrôles nocturnes où l’on débarque violemment chez des gens en train de dormir pour arracher leur fils, leur père, leur frère afin de les interroger, souvent de façon musclée.

Tous les dirigeants du Shin Bet pestent contre l’inertie, l’absence d’initiative, de décision et de cap des élus, le plus souvent civils, simples démagogues flattant leur électorat rendu toujours plus débile par la télévision et fanatisé par les événements, ordonnant des guerres et des “frappes chirurgicales” depuis leurs bureaux confortables. « Quelle différence entre une Golda Meir et un Shimon Perez ? » questionne Avraham Shalom, « tous deux se moquent des Palestiniens ».

On remarque au fil des propos que l’homme politique préféré de ces dirigeants fut le militaire Yitzhak Rabin pour son sens du devoir et du sacrifice au bien commun, au-delà des tendances partisanes, pour sa volonté bien réelle de créer un État palestinien. Que le choix du retrait de Gaza, acte profond et pacifiste, fut décidé par un ancien général, Ariel Sharon, qui fut fortement influencé dans cette décision par le Shin Bet.

Conclusion: “les Gardiens de la Porte”

Sur Nouvelles de France, des articles de Laurent Ozon ou d’Éric Martin appellent à plus d’autonomie et de virilité. Les six directeurs consciencieux et exemplaires du Shin Bet, à leur manière très singulière, incarnent ces qualités. Guerriers de l’ombre, êtres de vocation, blindés contre les illusions et pétris de cette dignité mortifiée qu’a tout grand soldat, ce sont uniquement en eux-mêmes qu’ils ont trouvé les ressorts de leur combat et de leur fierté. Ne pouvant se vanter devant autrui de leur succès et ayant l’obligation de prendre sur eux au moindre échec pointé du doigt par les politiques lâches ou les médias veules, œuvrant secrètement pour la sécurité d’un peuple, toujours plus englué tant dans la radicalité que dans la société de consommation individualiste et inconstante, qu’ils comprennent de moins en moins.

Et nous aussi à notre manière, nous Français d’Europe, spirituels et de tradition, qui glanons sur les sites de ré-information, en quête de repères et de sens, qui par nos actions, nos manifestations, nos articles et nos commentaires, participons à la destruction d’un monde qui nous hait, sommes des “Gatekeepers” ; des gardiens de cette porte si précieuse qu’est notre identité.

Chers lecteurs, quelle que soit notre situation individuelle, familiale ou professionnelle, quels que soient notre âge et notre milieu, le fait que nous nous informions sur la réinfosphère prouve le haut degré de notre conscientisation face aux immenses défis provoqués par l’invasion migratoire, la société de consommation et l’effondrement économico-énergétique qui lui succèdera. Aujourd’hui par nos réflexions, demain par nos actions et notre transmission, nous sommes les garants discrets de notre race de sang et d’esprit. Nous sommes membres, chacun à notre niveau, de ce que l’historien Dominique Venner appelait de ses vœux : une aristocratie secrète, protectrice de notre si sublime et grandiose civilisation européenne, dans un monde qui en est sa négation.

Sources :

Le documentaire thé Gatekeepers

1. Aymeric Chauprade, “Chronique du Choc des Civilisations”, première édition, 2009,  Editions chroniques.
2. Ghislain de Diesbach, “Petit Dictionnaire des Idées mal Reçues”, édition: Via Romana
3. William Engdahl, “Pétrole, une Guerre d’un Siècle”, édtion Jean-Cyrille Godefroy
4. Dominique Venner, “Le Siècle de 1914”, édition Pygmalion; “Le Choc de l’Histoire”, édition Via Romana
5. Hervé le Bideau (ancien officier de la SDECE ancêtre de la DGSE) “Le pétrole, enjeux stratégique des guerres modernes”, édition Esprit du Livre.
6. Yves Nantillé, “La déportation des Allemands de l’Est: 1945-1946”, La Nouvelles Revue d’Histoire n° 65; R.M Douglas, “Les Expulsés”, Flammarion, 2012.
7. James Bacque, “Morts pour Raisons Diverses”, édition Sand, 1990

Autres articles

44 Commentaires

  • jean dutrueil , 17 Oct 2013 à 13:38 @ 13 h 38 min

    Je tiens à remercier mon ami Léopold Gauthier pour sa très précieuse relecture!

  • Eric Martin , 17 Oct 2013 à 13:42 @ 13 h 42 min

    Léopold Gauthier qui écrit aussi sur ndf.fr : https://www.ndf.fr/author/lg

  • xrayzoulou , 17 Oct 2013 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Article très intéressant que beaucoup devraient lire.

  • françois préval , 17 Oct 2013 à 15:43 @ 15 h 43 min

    Queues précisions:

    -Von Schtauffenberg n’était pas paien mais chrétien, je ne suis plus très sûr par contre, de savoir s’il était catholique.

    -Les pertes allemandes à la fin de la guerre n’était pas aussi importantes: après 1945, ce sont entre 500 000 et 1,5 millions de civils (selon els estimations) qui sont morts des suites de famine ou de transportation et 266 000 militaires allemands morts en captivité selon l’historien allemand Rudigers Overmas. C’est certes beaucoup, mais moins que els chiffres annoncés et il ne faudrait pas non plus faire du relativisme en mettant sur le même plan les exactions de l’Axe (généralisées et systématiques) et celles des alliés (certes regrettables mais qui ne sont intervenu qu’en réponse à une agression et ne furent pas systématiques). par ailleurs, j’ai des doutes quant au fait que Churchill ait décidé seul du déplacement des allemands de l’Est, la responsabilité de Staline me semble plus probable.

    -Rappelons aussi que la grande majorité de la collaboration, en France surtout, provenait d’hommes de gauche pacifistes et européistes, des gens comme Déat, Doriot, Luchaire, Laval et tant d’autres.

    Sinon, la réflexion sur la violence plus grande des civils par rapport aux militaires est intéressantes, de même que les rapports entre monarchie et démocratie, cela pourrait faire un bon sujet de livre. Il est en effet bon de rappeler que les régimes plus conservateurs et chrétiens du passé furent bien moins sanglants et destructeurs que les idéologies post-modernes du XXe siècle. Même si le pacifisme n’est pas non plus un modèle de société (l’exemple de l’occupation allemande le prouve).

    Au sujet d’Israel, il faut savoir une chose: de la bonne volonté, il y en eut et il y en a encore du côté israélien, pas du côté des autorités palestiniennes (Fatah ou Hamas) qui ont systématiquement trompé leur monde.

  • goturgot , 17 Oct 2013 à 15:57 @ 15 h 57 min

    Article vraiment passionnant et qui ouvre des perspectives. Plusieurs questions me viennent néanmoins à l’esprit.
    La quantité de morts des guerres récentes n’est elle pas due surtout à l’évolution technologique des armes ? Si l’on prend l’exemple de Louis XIV, ses guerres auraient été très meurtrières avec les armes modernes. (guerre de trente ans: de 4 à 7 millions de morts). L’histoire de France n’est qu’une succession de guerres d’expansion. De même l’histoire de Rome pour ne prendre que ces deux exemples.
    Tout en déplorant avec vous le consumérisme moderne dû au politiques keynésiennes, pourquoi succomber aux sirènes malthusiennes et redouter un tarissement général et brutal de toutes les sources d’énergie aboutissant à un cataclysme. C’est justement la raréfaction progressive de certaines ressources qui, en augmentant leurs coûts d’exploitation, rendent de facto de nouvelles ressources rentables et obligent les industriels à développer de nouvelles technologies. Bien sûr, ces transitions peuvent être douloureuses, mais provisoirement seulement. Voir la théorie de la destruction créatrice de Joseph Schumpeter.
    Enfin, je pense que le phénomène de féminisation est plus médiatisé que réellement répandu et je pense qu’il ne faut surtout pas le contrarier. En effet, depuis l’évolution de la médecine moderne, il n’y a quasiment plus de sélection naturelle. Ce phénomène de féminisation (des hommes et masculinisation des femmes) en est un remplacement ou un relai. En effet, la sélection ne se fait plus sur la résistance physique mais sur la santé psychologique, les femmes et les hommes asexués avec un faible désir d’enfants sont les fragiles qui ne survivaient pas jadis. Ils peuvent vivre grâce à la médecine mais ne veulent (et éventuellement ne peuvent) se reproduire… Les inciter à le faire serait nous assurer l’émergence de futurs dégénéré, dépressifs, malheureux et totalement inadaptés au mode de vie des futures générations.
    Voilà quelques réflexions, en espérant ne pas m’être trop éloigné du sujet.
    Un grand merci en tout cas pour cet article.

  • Antoine , 17 Oct 2013 à 16:30 @ 16 h 30 min

    Je ne suis pas d’accord avec l’expression “avec un Vatican plus mondialiste et relativiste”. Être ouvert aux autres ne veut pas dire que nous autorisons tout et n’importe quoi sans se questionner sur les conséquences de ces autorisations. Je pense que le pape François a décidé de s’ouvrir aux divorcés – remariés, aux personnes homosexuelles et à celles qui ont utilisé l’avortement parce que nous ne devons pas être les pharisiens de la Bible qui restent accroché mordicus à leur tradition sans avoir un once d’amour. Certes, les actes commis par ses personnes sont graves mais nous avons la miséricorde de Dieu. Sinon, à quoi sert elle ? Nous devons leur pardonner en essayant de comprendre que ces personnes ont eu des situations difficiles dans leur vie et que nous ne sommes pas juges de leurs actes. Mais bien sur, il ne faut absolument pas encourager ces situations car les conséquences sont graves pour les personnes concernées.

  • Auditeur Libre , 17 Oct 2013 à 18:09 @ 18 h 09 min

    L’amalgame entre Divorcé(e)s et homo-pratiquants est une grave erreur culturelle et une faute morale inexpiable.

    Erreur culturelle car dans un divorce il y a d’abord surtout un dysfonctionnement INTER-PERSONNEL (trouble d’une relation) et éventuellement une ou un ou les deux présentant un “caractère” personnel “difficile”. Tandis que l’homo-pratiquant(e) connaît d’abord un TROUBLE PERSONNEL de son identité sexuée, id est à s’assumer ou bien en genre F ou bien en genre M (d’où l’acharnement du lobbyscule à dénier cela via les élucubrations de l’utopie dite “gender”).

    Faute morale surtout en notre contexte précis où le lobbyscule LGBTP multiplie les manœuvres pour annexer à son profit les mouvements de pères divorcés ou du moins les circonvenir. Précisément le lobbyscule veut jouer à la fois la carte de la résidence alternée (cela arrange certains divorcés ex-hétéros) et simultanément la dilution de l’Autorité Parentale vers les vagues “Tiers” ceci en connivence avec les matriarcales ministérielles (le lobbyscule veut une délirante co-paternité de co-gays idem pour lesbiennes, les Matriarches Bertinotti Taubira et Belkacem veulent foutre des prétendus “beaux-pères” dans les pattes des vrais pères divorcés pour renforcer indirectement la toute-puissance des femmes divorcistes…).
    Faute morale et politique pour être complet.

Les commentaires sont fermés.