Ces libéraux qui ne voteront pas pour Nicolas Sarkozy en 2012 (ou qui hésitent)

Alors que la majorité tente une OPA bruyante sur les libéraux avant l’élection présidentielle de 2012 avec la “galaxie libérale” d’Hervé Novelli et d’Arnaud Dassier, nous sommes partis à la rencontre de ces électrons libres du libéralisme, souvent jeunes, très militants et actifs sur la toile, qui ne se reconnaissent pas ou plus dans la candidature de Nicolas Sarkozy. Nous avons cherché à comprendre pourquoi…

Roman Bernard travaille à l’Institut Turgot, basé à Paris. Ce “libéral-conservateur” convaincu est connu sur la toile pour avoir animé plusieurs années durant le blog Criticus. Lui a voté pour Nicolas Sarkozy “aux deux tours” en 2007. “Par défaut”, s’empresse-t-il tout de même d’ajouter. Comme beaucoup de Français, “j’ai été déçu. Mais j’ai compris que je n’avais pas à être déçu”. En effet, “Sarkozy n’a pas fait les réformes que j’attendais parce qu’il ne pouvait pas les faire. Ce n’est pas le gouvernement qui a le pouvoir en France (ni le Parlement, réduit au rôle de chambre d’enregistrement) mais la haute administration”. Et Roman Bernard de nous renvoyer aux travaux d’Yvan Blot sur les oligarchies. “Ce que je reproche à Sarkozy, c’est d’avoir fait croire qu’il avait le pouvoir” continue-t-il. “S’il avait voulu être un grand homme d’État, il aurait joué le peuple contre la haute administration et les syndicats dans un référendum, mais Sarkozy est un communiquant, pas un homme d’État. Il préfère jouer au volontariste plutôt que de reprendre le pouvoir” regrette Roman Bernard. Il ne votera pas pour Nicolas Sarkozy en 2012, “ni pour personne, d’ailleurs”. En effet, “ce ne sont ni les parlementaires, ni le gouvernement, ni le président qui dirigent de facto la France”. Bref, “les élections ne servent à rien” juge cet “abstentionniste militant” qui ne souhaite pas “continuer à légitimer un système qui dupe l’électeur”. Et de citer comme “exemple éclairant” celui de la Belgique “qui n’a pas de gouvernement depuis plus d’un an” : “est-ce que cela change quoi que ce soit ?” s’interroge-t-il avant de répondre par la négative. “Voter, c’est choisir entre une poire à lavement et un sandwich au caca” conclut-il, renvoyant à un épisode de la série South Park.

Vincent Benard est Senior Analyst à l’Institut Turgot et a présidé l’Institut Hayek basé à Bruxelles jusqu’à mi 2011. Il anime un blog réputé, Objectif Liberté, connu notamment pour ses prises de position climato-sceptiques. Lui aussi a voté pour Nicolas Sarkozy en 2007. “Par défaut” explique-t-il, “parce que son adversaire des DeuxSèvres me paraissait encore pire”. C’est promis, on ne l’y reprendra plus. “Sarkozy a augmenté le poids de l’Etat. Il est étatiste au possible, ses ‘réformes’ ont été au mieux timides, au pire socialisantes” note cet ancien syndicaliste FO (!) converti au libéralisme. En 2012, Vincent Benard s’abstiendra : “je resterai chez moi. En l’absence de tout candidat digne de ce nom, c’est le seul moyen de marquer mon rejet total de nos politiciens”. Craint-il l’arrivée au pouvoir de la gauche l’année prochaine ?‘Craindre’ n’est pas le terme. Jusqu’à avant-hier, mon pronostic était Hollande. Et puis… mercredi matin, l’affaire de l’accord PS-EELV et le gros cafouillage nucléaire sont venus troubler le jeu. Les socialistes sont capable de perdre une élection imperdable tellement ils sont écartelés entre des ‘sociaux-raisonnables’ bon chic bon genre et un assemblage hétéroclite de paléo-marxistes incontrôlables”. Vincent Bénard “[craint] n’importe quel politicien français, parce qu’aucun n’a la moindre envie de libérer l’énergie des français en retirant l’Etat de partout ou il ne doit pas se trouver”.

Pierre Toullec préside l’association des Amis du Parti républicain en plus d’avoir aidé au lancement des Libéraux-conservateurs français pour la Bretagne. Lui aussi a été déçu, lui non plus ne votera pas Nicolas Sarkozy en 2012 : “il devait ne pas lever de nouveaux impôts, et au contraire les diminuer : au final il ne cesse d’en créer de nouveaux et de les augmenter, encore une nouvelle fois avec son ‘plan de rigueur’. Plus généralement, “la philosophie de Nicolas Sarkozy en économie est opposée à celle des libéraux : il croit dur comme fer dans la nécessité d’une intervention de l’Etat pour améliorer la situation de l’économie” note-t-il. “La seule volonté de Nicolas Sarkozy, c’est de sauver le système ‘social’ Français” regrette Pierre Toullec. “La politique du Président Sarkozy est donc ouvertement socialiste. Or je ne vote pas pour un socialiste.” Il n’a “aucune confiance dans le Président Sarkozy pour défendre nos valeurs” car “son gouvernement et l’ensemble de son entourage tournent vers la gauche : sa femme qui n’a pas caché ses opinions de gauche, ceux qu’il a mis à la tête des Jeunes Populaires, son gouvernement (dont Roselyne Bachelot)”. Pierre Toullec n’admet pas non plus “ses différentes ouvertures vers la gauche” qui “[prouvent] qu’il ne partage pas nos valeurs”. Ce blogueur qui milite pour “moins de taxes”, “moins d’Etat” et “plus de valeurs” ne craint pas “le passage de la gauche” en 2012 car celui-ci pourrait avoir pour conséquence “le déclic observé aux Etats-Unis” avec l’élection de Barack Obama, à savoir une droitisation de l’électorat : “aujourd’hui, les Etats-Unis sont plus conservateurs que dans les années 2000”. En France, “la droite est sans doute depuis trop longtemps au pouvoir. A cause de cela, elle perd ses valeurs et ses repères”, juge-t-il. Et puis, “comme il n’est pas possible de monter au sein de l’UMP quand on est libéral, il faut les sanctionner dans les urnes”.

Edouard Chanot a fondé en 2010 Le Bulletin d’Amérique et initié des rencontres entre acteurs de l’Internet libéral-conservateur français. “La campagne de 2007 était en effet assez enthousiasmante”, à l’image de “la charge de Nicolas Sarkozy contre mai 68”, se remémore-t-il. Aujourd’hui, le quinquennat du président sortant lui apparaît être “un vaste gâchis”. “Les mentalités ont évolué en un demi-siècle… il n’aurait pas été impossible de mener des politiques publiques bien plus ambitieuses ou mieux pensées” regrette-t-il. “Il peut être tentant d’imaginer qu’une alternance rappellerait à la fois le libéralisme et le conservatisme au bon souvenir de l’UMP”. Mais ce serait là “succomber à une tentation anarchisante ou libertarienne, en envisageant le politique de manière trop rhétorique ou simple – ‘tous socialistes’ se disent-ils”. Pour Edouard Chanot, “rejeter toute participation” équivaut  à “de l’inconscience” et à “mener la politique du pire en se drapant dans une pureté dogmatique [qui] insulte la raison pratique”. Selon lui, “la France ne se remettra pas – au vu de la situation actuelle – de cinq ans d’un véritable socialisme”. Pragmatique, il note que “notre régime (…) incite à l’émergence de deux partis de gouvernement. La seule solution viable est de composer avec cette réalité et d’être capable d’influencer ces deux partis”. Attention, ‘influence’ ne signifie pas ‘entrisme’ », précise-t-il tout de même. “Écrivons des articles, créons des instituts de recherche et essayons de tenir dans la durée. Au moins, on commencera à respirer…”

Autres articles

20 Commentaires

  • Le Champ Libre , 18 novembre 2011 @ 0 h 01 min

    Militant libéral également, je ne voterais pas non plus pour Nicolas Sarkozy (pour qui j’ai voté par défaut en 2007).

    Et j’espères que nous aurons bientôt un candidat libéral aux présidentielles de 2012 pour proposer et défendre nos idées.

    C’est la meilleure façon de les faire progresser dans l’opinion publique à mon avis et qu’elles soient le plus rapidement mises en application.

  • Moins de taxes , 18 novembre 2011 @ 1 h 34 min

    Il nous faut vraiment un candidat liberale digne de ce nom ! Je suis d’ accord avec M. Chanot il faut publier pour changer les mentalites et reveiller les francais !

    Commencez par partager cet article sur Facebook, Twitter…

  • MaxMara , 18 novembre 2011 @ 11 h 59 min

    Aucun libéral que je connaisse n’a l’intention de voter pour Sarkozy. La politique menée a été tout sauf libérale, quelque soit l’angle sous laquelle on la regarde : plus de taxes et d’impôts, explosion de la dépense publique, de la dette, du déficit, des réglementations. Menaces sur la vie privée, intrusion du rôle de l’Etat partout dans la vie des citoyens, etc. On est à l’exact opposé du libéralisme avec Sarkozy, renvoyez le et obligez la droite à réfléchir à l’abandon de cette politique sans queue ni tête.

  • Bastiat , 18 novembre 2011 @ 12 h 44 min

    400 milliards de plus de dettes en 4 ans, un referendum piétiné. Trop c’est trop, cet homme est une honte pour la France. il est hors de question que je renouvelle mon vote de second tour par défaut sur son nom.

  • Gladi , 18 novembre 2011 @ 14 h 56 min

    Pour les présidentielles, le choix n’est pas qu’entre la peste et le choléra. Donc on peut réserver la médaille de bronze, dite du départ, pour SKZ, et accrocher Hollande à n’importe quel porte-manteau (ou vice-versa).
    Reste Marine et Bayrou. Bayrou, honnête, tenace, talentueux et se présentant pour la troisième fois. Marine, qui devrait finalement au moins dézinguer Jack Lang dans le Pas-de-Calais aux législatives qui suivront, qu’il s’y présente ou y renonce.
    Bayrou, oui, voilà l’homme qu’il nous faut soutenir à fond, parce que lui veut élever et ne trahit pas la France. Lire sans délai son ouvrage “2012 état d’urgence”. L’écouter dans ses récentes vidéos sur le site du Modem.
    Note : Juppé ? Non, trop de casseroles, ça suffit.

  • Roman Bernard , 18 novembre 2011 @ 15 h 01 min

    Personne dans les commentaires ne daigne réagir à ce fait pourtant évident : le gouvernement n’a pas le pouvoir en France. Dès lors, reprocher ou saluer la politique de Sarkozy n’a aucun sens. Ce qu’il faut lui reprocher, c’est de continuer à faire croire qu’il a les moyens de faire les réformes nécessaires.

  • Le Champ Libre , 18 novembre 2011 @ 15 h 53 min

    >> Personne dans les commentaires ne daigne réagir à ce fait pourtant évident : le gouvernement n’a pas le pouvoir en France.

    Vous avez parfaitement raison.

    Mais le pouvoir, il faut demander aux français de vous l’accorder lors de la campagne électorale.

    Si vous ne le faites pas et que vous prétendez au contraire pouvoir résoudre les problèmes pieds et poings liés, vous êtes alors seul responsable.

    Sarkozy est responsable de son échec.

    Un article à ce sujet :

    http://www.quebecoislibre.org/06/061105-3.htm

Les commentaires sont fermés.