Les Français désapprouvent la « théorie du gender » et le jusqu’au-boutisme du ministre Chatel

C’est un sondage Ifop* sur l’idéologie du gender très encourageant que publie en exclusivité ce jeudi Valeurs Actuelles. 

55% des Français interrogés pour le compte de l’hebdomadaire jugent que l’affirmation : « Seul le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier masculin ou féminin » parue dans un manuel scolaire pour les cours de SVT (sciences de la vie et de la Terre) pour les classes de 1re économique et sociale et 1re littéraire n’est “pas scientifique” (51% des sympathisants de gauche, 61% des sympathisants de l’UMP) tandis que 26% seulement la perçoivent comme “scientifique” (33% des sympathisants de gauche, 24% des sympathisants de l’UMP).

54% des Français jugent même l’intitulé “Devenir homme ou femme” d’un chapitre du programme de biologie ou de SVT de classe de 1re, “source de confusion pour les adolescents” (46% des sympathisants de gauche, 67% des sympathisants de l’UMP). 36% seulement le considèrent comme “acceptable” (46% des sympathisants de gauche, 28% des sympathisants de l’UMP).

Luc Chatel désavoué par l’électorat de droite… et les Français dans leur ensemble

“Le ministre de l’Éducation [ayant] reconnu que certains manuels n’étaient pas conformes aux programmes et pouvaient créer une polémique”, 29% des Français interrogés déclarent souhaiter “faire retirer les manuels qui promeuvent la théorie du genre et produire des manuels de remplacement” (26% des sympathisants de gauche, 36% des sympathisants de l’UMP). 26% préféreraient que soit “[transmise] une circulaire corrective aux enseignants” (28% des sympathisants de gauche, 28% des sympathisants de l’UMP), 20% que le ministère de l’Education nationale “[demande] aux éditeurs de diffuser un correctif” (17% des sympathisants de gauche, 24% des sympathisants de l’UMP). Soit un total de 75% de mécontents !

14% des Français interrogés jugent que Luc Chatel “ne [doit] pas s’en mêler, la conformité des manuels [n’étant] pas de sa responsabilité” (17% des sympathisants de gauche, 5% des sympathisants de l’UMP).

61% des Français pense “justifié” le fait que “114 sénateurs et 80 députés [aient] manifesté leur inquiétude quant à la présence de la théorie du genre dans les manuels de SVT de 1re et ont demandé une mission d’information parlementaire” (56% des sympathisants de gauche, 80% des sympathisants de l’UMP). Seuls 22% des Français pensent que“cette demande est injustifiée, ce qui se passe à l’école ne les regarde pas”.

L’idéologie du gender au bac ?

Enfin, à la question “En raison de la polémique sur les programmes et les manuels de SVT de 1re ES et L, pensez-vous que l’épreuve du bac 2012 en SVT puisse encore porter sur le thème “féminin-masculin” ?”, 28% des Français répondent par l’affirmative (35% des sympathisants de gauche, 20% des sympathisants de l’UMP), 55% par la négative (54% des sympathisants de gauche, 71% des sympathisants de l’UMP).

Interrogé par Fabrice Madouas, Luc Chatel affirme que l’idéologie du gender ne figure pas dans les programmes mais que ce sont les éditeurs qui ont pris la liberté de l’inclure dans les manuels. “Le ministère n’a ni vocation ni droit d’en interdire la publication ou d’en censurer le contenu”. “Je rappelle qu’il n’y a pas en France de contrôle de l’édition privée” explique-t-il.

A quand des manuels sans idéologie ?

Bref, ce n’est pas sa faute et il ne peut rien faire. “Les examens sont adossés aux programmes d’enseignement, qui ne mentionnent pas la théorie du genre” assure-t-il quand même. Son attitude hypocrite a le mérite de poser la question de l’édition de manuels alternatifs, débarrassés des idéologies. L’essor de l’enseignement privé hors contrat et, n’en doutons pas, la prise de conscience des lacunes de nombreux manuels actuels par de nombreux chefs d’établissements dans l’enseignement privé sous contrat, décideront-ils certains petits éditeurs à lancer les leur ?

En attendant, comme l’écrit Fabrice Madouas, “si l’on en juge par notre sondage, il vaudrait mieux, pour la droite, que Luc Chatel entende les critiques de la majorité. Et celles de ses électeurs.”

* Étude réalisée par l’Ifop du 25 au 27 octobre 2011 pour Valeurs actuelles. Échantillon de 1 006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode Cawi (Computer Assisted Web Interviewing).

Autres articles

3 Commentaires

  • Catho depuis la création , 17 Nov 2011 à 19:13 @ 19 h 13 min

    Les conclusions de la recherche scientifique doivent être validées par référendum.

    C’est pas les scientifiques qui décident si dieu a créé la terre en six jours ou si elle a mis des millions d’années à se former.

    C’est pas les scientifiques qui décident si le fait d’avoir un genre différent de son sexe est une pathologie ou non.

    Sinon, c’est la pire dictature scientificocratique à tendance polpotienne !

  • Jean-Pierre CANOT , 21 Nov 2011 à 11:56 @ 11 h 56 min

    Théorie du genre, escroquerie intellectuelle.
    Les théoriciens du genre n’ont rien de scientifiques et leur théorie n’a rien à voir avec la biologie
    Un groupe de soi-disant chercheurs scientifiques en sciences sociales a adressé une lettre au Ministre de l’Éducation Nationale sur l’affaire de la théorie du genre.
    Dans leur raisonnement dialectique matérialiste tout est dans ces deux phrases :

    « Prendre en compte le fait que la sexualité n’a pas pour seule fin la reproduction mais aussi la recherche des plaisirs
    La sexualité n’a par ailleurs jamais concerné uniquement les relations entre personnes de sexe différent. Et puisqu’il s’agit d’un fait établi, quelles raisons, autres qu’idéologiques, justifieraient qu’on l’évacue de l’éducation sur la sexualité ? ».

    Libre à eux de considérer que la sexualité doit être coupée en deux : celle qui se rapporte à la perpétuation de l’espèce selon les lois de la nature, et celle jouissive qui se rapporte au plaisir, et à ses excès, que l’on peur retirer dans l’exercice de la première.
    Faire de la seconde un sujet d’étude scientifique de la fonction sexuelle dans son ensemble, revient à intégrer la gastronomie dans l’étude scientifique de la fonction digestive, la musique dans l’étude de l’ouïe ou la photographie et la peinture dans l’étude de la vue.

    Il ne s’agit donc là que d’un tout petit détail de l’histoire qui n’a aucun caractère scientifique.
    On comprend bien cependant que l’affaire fait à merveille le jeu des bouffeurs de curés.
    « Ah si mon oncle en avait il ne serait plus ma tante ! »

  • Frain Michel , 22 Nov 2011 à 16:44 @ 16 h 44 min

    A force d’avoir peur de leur ombre et de perdre leur chauffeur, ces hommes politiques de bas étage, soi-disant catholiques et de droite, ou font plus de mal que leurs ennemis déclarés !
    Bon vent

Les commentaires sont fermés.