Un rapport sur la désintégration

Pour le coup, ce rapport qui préconise le retour du voile à l’école est une bombe. Le tout est de savoir si c’est du nucléaire ou si ça relève des farces et attrapes. Le contenu de l’engin est ahurissant. Il s’agit ni plus ni moins que de déposer les armes. La nation française se rend : elle renonce à son identité et affiche ses identités multiples. Elle reconnaît en se prosternant la richesse de l’héritage apporté par les migrants. Elle n’ose plus employer le terme offensant d’intégration. Elle veut gommer toute trace de différence entre le citoyen et l’étranger qui nous fait l’honneur de s’installer chez nous. Elle fait machine-arrière, contrite et penaude, sur l’interdiction des signes religieux. Elle recrée une « autorité indépendante de lutte contre les discriminations », en oubliant, sans doute, que la précédente existe toujours dans le périmètre du Défenseur des Droits. Elle enseignera plus que jamais les langues et l’histoire des pays d’origine. Elle ne manquera pas de se flageller publiquement en réparation des turpitudes de la colonisation et de l’esclavage. Elle proclame enfin ses nouveaux credo : la République c’est le communautarisme ; l’intégration, c’est le compromis avec toutes les différences ; l’égalité, c’est la discrimination positive au profit des nouveaux arrivants.

Après l’explosion, les enquêteurs ont le choix entre trois pistes. Certes la rédaction relève d’une idéologie caricaturale : la volonté orwellienne de travestir le sens des mots ou de proscrire une partie du vocabulaire, d’arracher les résidents de l’hexagone à un quelconque héritage local pour les soumettre à la repentance et au culte de l’altérité, sent son gauchisme à plein nez. Mais la culpabilité ne se situe pas dans ce texte significatif de la dérive idéologique de nos « spécialistes » en « sciences » dites humaines. Elle n’est que trop facile à déceler et à déplorer comme signe d’un effondrement de la pensée dans notre pays. Non, le problème consiste à découvrir comment cette bombinette a atterri sur le site du Premier ministre. Première hypothèse : il est mal entouré et son niveau de compétence manifestement insuffisant ne lui permet pas d’endiguer l’invasion gauchiste dans les coulisses du pouvoir. Ce serait l’explication la plus simple de toutes ces mesures qui prennent les Français à rebrousse-poil : l’aveuglement idéologique de ceux qui sont censés penser pour ceux qui, au pouvoir, n’en ont plus le temps.

Deuxième hypothèse : il s’agirait d’une provocation machiavélique, un coup de muleta pour faire foncer le taureau national, augmenter par réaction patriotique et identitaire les voix du Front National aux municipales et gêner un peu plus l’UMP. Marine Le Pen est restée placide et avec humour pour la Présidente d’un parti symbolisé par une flamme a demandé si le gouvernement ne jouait pas avec le feu. Copé a senti le danger et a pris la place du taureau avec le risque de « droitiser » davantage un mouvement qui offusque parfois les pudeurs centristes. Le désaveu de l’exécutif à l’encontre du rapport a permis d’accuser le chef de l’UMP de légèreté et de prendre des distances avec les propositions. Mais alors, pourquoi est-il arrivé sur le site de Matignon ?

Il reste une troisième hypothèse. Jusqu’au plus haut niveau, la machine à gommer la France, de même que la famille, serait en marche. La publication de ce rapport ne serait ni un accident de cabinet, ni un coup politicien. Ce serait le jalon d’un complot de grande ampleur et à long terme, celui des forces qui visent à construire le monde des individus libertaires et interchangeables, à réaliser cet homme « sans qualités » universel et tout entier inscrit dans le présent. Pour réaliser ce cauchemar entrevu par Tocqueville, cet idéal commun aux libertariens et aux socio-démocrates, il faut détruire les résistances des communautés « naturelles » qui donnent leur enracinement et leur identité à des Personnes. Le premier coup a été porté contre la famille. Le second le sera contre la nation.

Cette polémique n’est donc ni dérisoire, ni circonstancielle. Face à ce risque d’une explosion programmée, il est plus que jamais nécessaire d’affirmer l’identité de notre pays. Certes, celui-ci est un grand fleuve, que sont venus enrichir des affluents, mais il a assimilé ces « eaux mêlés » en leur apportant une tradition, une langue, une culture qui leur a permis de participer à leur tour au destin de la seule communauté que reconnaît la République : la nation. Notre cinéma, notre théâtre ont, par exemple, bénéficié du talent de nombreux acteurs ou comédiens d’origine italienne. Sans doute l’origine culturelle de ceux-ci a joué un rôle dans cette réussite, mais leur succès est le fruit d’une assimilation de ces qualités particulières par notre culture, non du maintien d’un identité étrangère. La France ne doit pas renoncer à être elle-même, c’est-à-dire capable de rendre pleinement français celui qui le veut.

Lire aussi :
> Hollande et Ayrault ou la guerre civile tranquille, par Frédéric Laboulaye

Articles liés

20Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Psyché , 17 décembre 2013 @ 21 h 27 min

    Joke, le post précédent est juste pour faire réfléchir !

  • JSG , 18 décembre 2013 @ 7 h 49 min

    Certes, la comparaison est drôle, seulement ces crétins goitreux n’ont même pas connu la dernière !

  • montecristo , 18 décembre 2013 @ 18 h 11 min

    Gisèle
    ” … au nom de la liberté due à chaque personne de porter le signe de sa foi comme il le veut, quand il le veut … ”

    C’est justement sur cette liberté que jouent les musulmans qui savent parfaitement utiliser nos lois.

    C’est justement cette liberté que je leur refuse.

    Car elle leur permet de s’imposer dans TOUS les domaines au nom de leur religion qui n’en est pas une …

    Il s’agit de leur dire que : “Nous sommes chez nous” …et qu’ils n’ont rien à exiger. Point barre !

    En quittant leur pays pour vivre mieux ailleurs, ils veulent reproduire ce qu’ils ont fui.
    Il faudrait savoir ?

    Et comme ils ne respectent que ce qu’ils craignent, ils devraient être heureux de se voir imposer NOTRE civilisation et notre culture … puisqu’ils sont chez nous pour ça !

    En faisant une politique inverse la France courre à sa perte car :
    “L’ignorance des grands phénomènes psychologiques caractérise toujours les périodes révolutionnaires”

  • emma , 18 décembre 2013 @ 18 h 30 min

    ce que je ne comprends pas, c’est qu’on nous bassine sans cesse de racisme, xénophobie et autre intolérance, alors que le fait même de maintenir les immigrés, qui ont quand même choisi librement de venir s’installer dans notre pays, et que nous accueillons avec les mêmes droits que les français souchiens ou adoptés, est une preuve de maintien dans leurs différences et donc ne pas les reconnaitres comme français en devenir à part entière ! pour moi ce sont ces gens là qui sont racistes puisqu’ils veulent les empêcher de devenir français comme les autres ! regardez, ceux qui ont d’eux mêmes intégrés notre mode de vie, acceptent de travailler comme tout un chacun, se font des amis parmi leurs voisins, leurs collègues de travail, ceux ci ne voient même plus leur différence physique ! non ce ne sont pas les français qui leur conseillent de prendre notre façon de vivre, d’apprendre notre langue, de la parler à leurs enfants pour qu’ils la parlent couramment, finalement faire ce que la France a fait depuis des siècles, fondre ceux que nous accueillons dans la civilisation pour agrandir et développer la France, pays dont ils deviendront à leur tour fiers heureux de transmettre son héritage ! car pourquoi vouloir imposer à ces gens qui quittent définitivement leur pays, qu’ils continuent d’en garder les coutumes ! à moins que ces bien pensants, qui ont veulent donc les maintenir dans leur différence, se servent d’eux pour détruire un pays qu’eux même détestent, avec un esprit revanchard d’une bien pensance qui stigmatisent les colonisations en occultant d’une manière manichéenne les bienfaits apportés dans ces pays alors qu’ils prétendent qu’eux ne nous apporteraient que du positif, l’esclavage, en oubliant que ce n’est pas le seul fait des occidentaux, mais depuis l’antiquité les civilisations gréco-romaines et égyptiennes pratiquaient l’esclavage, que les barbaresques ottomans ont été à l’origine des razzias dans les villages africains permettant d’alimenter les marchés du commerce triangulaire ! ce n’étaient pas des époques heureuses loin s’en faut, mais c’était une autre époque, l’important n’est il pas que cela soit terminé (ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autre civilisation) et de toute façon si l’on doit vivre ensemble ce n’est pas en ressassant les erreurs du passé que l’on pourra le faire, il serait plus judicieux de montrer à ces jeunes immigrés ou issus de l’immigration que la change pour eux c’est de vivre dans notre pays, et non pas en afrique dont on se rend compte tous les jours qu’ils n’auraient eu aucune chance de se faire une place, difficilement certes, mais tout aussi difficilement pour les jeunes français de souche qui n’ont pas les capacités intellectuelles de faire des études, et il y en a ! la victimisation que l’on met dans la tête de ces futurs français n’est certainement pas la bonne solution ! et encore une fois, je ne m’estime pas raciste, car pour moi ce n’est pas l’aspect physique qui fait la qualité d’un homme ou d’une femme, ce sont ses qualités d’adaptation, de respect du pays qui les accueillent et de l’intention de se faire une place par l’effort et non pas par l’assistanat ! quand tous tiendront ce discours, en sachant que tous les citoyens de ce pays galèrent plus ou moins pour obtenir un logement, un travail et des revenus qui lui permettent de vivre dignement !

  • kebir50 , 20 décembre 2013 @ 1 h 54 min

    Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. les bonnes relations que l’on peut entretenir avec nos voisins, ne veulent pas dire pour autant que nous soyons obligés de renier nos origines, notre culture, nos principes, pour leur faire plaisir. NON M. Hollande votre mixage culturel on n’en veut pas, mais rien ne vous empêche de fricoter avec une Algérienne du moment que vous ne nous demandez pa

  • kebir50 , 20 décembre 2013 @ 1 h 57 min

    Je finis ma phrase, car c’est parti avant l’heure. je disais donc du moment que vous ne nous demandez pas de l’adopter.
    Valérie nous suffit amplement.

Les commentaires sont clôturés.