Le débat sur avortement relancé ce vendredi dans “Le Grand Journal” : Jean-Marie Le Méné VS Roselyne Bachelot et tout le plateau

Jean-Marie Le Méné, le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, est très efficace face à un affligeant plateau d’incultes ou de militants “pro-choix” de mauvaise foi, tous dans un déni très inquiétant, qui ânonnent slogans et contre-vérités :

Autres articles

59 Commentaires

  • sergio , 18 Jan 2014 à 19:49 @ 19 h 49 min

    Comme d’ habitude dans ce genre de ” débat ” tronqué , la meute des hyènes de la pensée unique s’ acharne sur leur détracteur , ne lui laissant pas le temps de développer ses arguments !……DEGUEULASSE ! A VOMIR !….
    Il est grand temps de virer à grands coups de pieds au c.. ces petits merdeux de staliniens !

  • la Mésange , 18 Jan 2014 à 20:20 @ 20 h 20 min

    Pas le courage de regarder : je n’ai aucune tendance masochiste, et si j’ai viré ma tv depuis 8 ans, ce n’est pas pour regarder sur le net des horreurs comme celles-ci (j’en crois sergio, et je suis certaine qu’il n’exagère pas).

    Ces engeances de l’enfer hurlent quand on leur parle de peine de mort, que dis-je, ils poussent les hauts-cris lorsqu’on parle de peine de prison incompressible pour les assassins et les violeurs…et à côté de cela ils massacrent des centaines de milliers de bébés, innocents eux.
    “on appelle le mal le bien, et le bien le mal”…

  • Charles , 18 Jan 2014 à 20:29 @ 20 h 29 min

    Magnifique manip téléphonée lors de la conférence de presse du prousident.

    Demoniak avait reçu la mission du système UMPS de faire semblant
    de poser une question gènante au prousident avec un peu d’improvisation.

    Une 1ere question “osée” et longue/confuse suivie d’une question bateau.

    Réponse fulgurante du prousident.

    D’autant plus fulgurante qu’il avait lui même fait préparer la question.
    Cela se déduit à la rapidité & la pertinence de sa réponse.

    Tout a été scénarisé et Démoniak est payé depuis toujours par le système.
    Comprenez que aucun des intervenants n’a été choisi au hasard.

    http://vk.com/video231636035_167392770

  • alexis , 18 Jan 2014 à 20:30 @ 20 h 30 min

    On a l’impression qu’être catho c’est être atteint d’une grande maladie quand on les écoutes…
    affligeant

  • Dominique Morin , 18 Jan 2014 à 21:20 @ 21 h 20 min

    Jean-Marie Le Méné est très bon, calme, professionnel.
    L’animatrice joue l’indignation pour reprocher aux défenseurs de la vie d’oser humaniser l’acte que toutes les associations pro-mort essaient de nier et banaliser. Le planning familial ne serait pas militant, c’est un gag. C’est une association d’extrême gauche qui revendique son militantisme révolutionnaire jusqu’à affirmer “notre but n’est pas d’améliorer l’état sanitaire des femmes, mais de bouleverser les comportements traditionnels de la société” (Carnet guide du congrès de 1987)
    Mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs et à l’arrivée seule la femme ayant avorté aura à assumer son acte, seule, désespérément seule puisqu’elle n’est qu’un moyen de faire la révolution, pas une fin en soi à respecter pour elle. Et là, plus d’écoute, de prétendue bienveillance, mais seulement le déni et le mépris. Je parle d’expériences nombreuses qui m’ont été confiées depuis vingt ans.
    Et c’est contre ce mépris et cette fatalité que ces guignols nous reprochent de nous lever.
    La gynécologue reproche aux sites d’écoute véritable de faire le travail que eux refusent de faire, réduisant l’avortement à un acte technique et déshumanisé, mentant et trompant les femmes en cachant les risques et la réalité. Chez beaucoup, il y a du mépris pour les femmes qui avortent parfois plusieurs fois, et pour cause puisque personne ne leur ouvre d’autre perspective.
    Seules des structures catholiques accueillent les mères souffrant d’avoir avorté, ce qui en dit long sur le mépris dont elles sont l’objet.
    Dire la vérité sur les conséquences d’un acte à une personne, c’est la respecter. Lui refuser cette vérité, c’est la juger indigne et incapable de faire autre chose, c’est la mépriser. La moindre opération fait l’objet d’une information détaillée avec parfois des décharges à signer pour protéger le personnel médical. Dans l’avortement, rien de ça, la mère assumera tout toute seule, la dépression, les risques suicidaires.
    Alors, oui, Jean Marie ose dire les choses fort et clair, sans colère ni violence. Et c’est cela qui les rend furieux car eux ont abdiqué leur conscience pour un plat de lentilles.
    Le présentateur musulman qui pratique l’amalgame ne doute de rien quand on voit comment se comportent ses coreligionnaires concernant la morale et pour faire respecter leur point de vue.
    Mais on est sur Canal Plus ou des rangées de jeunes formatés par médias et école applaudissent ou sifflent comme des moutons pour accabler ou soutenir.
    En français, cela s’appelle de la manipulation.
    Si certains hésitaient encore à venir défiler demain, 14 heures à Denfert, ce sont nos adversaires qui nous confortent à le faire. Pour eux, informer, dire la vérité, humaniser un acte grave, respecter la personne, c’est s’opposer à leur idole, la liberté.
    Alors, nous, au nom de notre liberté de suivre notre conscience, rendez-vous demain à Paris.

  • champar , 18 Jan 2014 à 21:30 @ 21 h 30 min

    Très courageux Jean-Marie Le Méné.

    Devait-il accepter cette parodie de débat avec des “journalistes pourris à l’os” et un “public” aux ordres ?

    D’un autre coté ce lynchage médiatique montre que les “avorteurs” ont vraiment peur que le vent tourne contre leur culture de mort.

  • fendu du chichoule , 18 Jan 2014 à 21:35 @ 21 h 35 min

    Le problème de ce genre d’émission c’est celui de la liberté d’expression. S’exprimer c’est rendre intelligible son point de vue.
    Je n’ai regardé que quelques minutes, je n’ai pas pu continuer surtout avec le parti pris du publiques. C’est trés clair que la meute de “journalistes” ne laissera pas s’exprimer M. Le Méné.
    Quenellement votre.

Les commentaires sont fermés.