Le débat sur avortement relancé ce vendredi dans “Le Grand Journal” : Jean-Marie Le Méné VS Roselyne Bachelot et tout le plateau

Jean-Marie Le Méné, le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, est très efficace face à un affligeant plateau d’incultes ou de militants “pro-choix” de mauvaise foi, tous dans un déni très inquiétant, qui ânonnent slogans et contre-vérités :

Articles liés

59Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Sully , 19 janvier 2014 @ 11 h 21 min

    Il y a des moments où je me demande si elles n’auraient pas dû …

  • Observateur , 19 janvier 2014 @ 11 h 22 min

    Les politiques resteront hypocrites sur ce sujet délicat, la question de la natalité se posera à plus ou moins longs termes en France. Le fait est que l’immigration à contrario, sera en baisse, favorisera la tenue de débats, dans un premier temps, sur l’avortement puis une limitation au strict nécessaire pour la survie de la femme en cas de grosses dangereuses.

    Cependant, la question est cyclique. Il faut compter sur l’émergence d’une population vieillissante pour que nos gouvernants se découvrent une humanité (de façade) et s’intéresse au statut de l’embryon. Car en France on laisse vivre les pires rebuts de notre société, voire on leur accorde un siège à l’Assemblée, mais on condamne à mort les innocents via le statut à part de l’embryon et la prétendue liberté pour la femme de disposer de son corps, alors que comme pour l’homme voire d’avantage ses désirs sont conditionnés et dictés de la naissance à la mort par son environnement social.

  • Observateur , 19 janvier 2014 @ 11 h 23 min

    grossesses.

  • Franchouillard , 19 janvier 2014 @ 11 h 47 min

    Bravo M Le Méné.
    Vous êtes très courageux d’accepter l’invitation d’une chaine à péage socialiste (je n’aime pas les riches).
    Vous devez dorénavant faire partie des “cerveaux malades” chers (oh là là insinuation sournoise ?) à Patrick COHEN qui va vous coucher sur sa liste noire en interdisant votre invitation sur les plateaux et devant les micros.

  • ODe , 19 janvier 2014 @ 14 h 28 min

    Bonjour, je n’ose pas regarder non plus cette émission, de peur de m’énerver en vain! ils disent vraiment qu’à 12 semaines “il n’y a pas d’être humain”??? D’accord avec vous: qui sont ces gens pour avoir si peu de connaissances biologiques de base?? J’ai vu mon petit à 11 semaines et c’était mon petit, je l’ai bien vu ,ce n’était pas un monstre quelconque ou un amas de cellules.
    De plus, à partir du moment où il y a vie, il faudrait savoir qui peut souverainement décider ce qui est humain et ce qui ne l’est pas, dès le moment où l’être appartient définitivement à l’espèce humaine et non à l’espèce animale ou végétale? Car si l’on estime que le petit d’homme, même sous forme de cœur qui bat, même sous forme de cellule primitive, n’est pas humain, alors, obligatoirement, peu à peu nous allons admettre que “quelqu’un” peut décider qui est humain et qui ne l’est pas.
    Pour une simple question d’état, ou de forme.
    Ainsi “quelqu’un” décidera quels sont les critères pour être déclaré humain: premier critère, être désiré.
    Merveilleux.
    Deuxième critère, avoir la bonne forme: bras, jambes, bouche, etc.
    Formidable.
    Troisième critère: être en bonne santé.
    Extraordinaire.
    Il ne suffit plus que de quelques critères, à ajouter:
    – penser
    – penser correctement
    … et les scènes les plus terrifiantes de 1984 seront notre lot quotidien.
    Mais il restera encore des gens pour dire que les anti-avortement sont des gros méchants et des rétrogrades, tout en laissant crever leur voisin de solitude dans la plus parfaite indifférence.

    Dépressifs, handicapés par nature ou par accident, vieillards alités, petits enfants qui avez pourtant été conçus par un homme et une femme qui ont fait l’amour de leur plein gré, solitaires, malades psychiques, adolescents en détresse, autistes, miséreux, mères en souffrance, mutilés, amputés, idiots légers et imbéciles heureux, moches, gros, laids, incultes; vous qui pensez que vous êtes inutiles, ne vous inquiétez pas, notre belle société s’occupe de vous: elle va vous persuader que vous avez raison.

    Vous êtes tous invités à nous laisser tranquilles entre gens raisonnables et beaux, sur cette terre.

    Car nous avons décidé que votre vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Car nous croyons que ce qui importe, c’est l’argent et l’apparence physique. Car nous ne croyons pas en l’existence de l’âme.

  • François DESVIGNES , 19 janvier 2014 @ 14 h 41 min

    Les restrictions espagnoles à l’avortement ont relancé le débat sur le “droit” à l’avortement.

    Hier, Bachelot et consorts étaient conquérants.

    Aujourd’hui, Ils sont sur la défensive.

    En position hégémonique, résultat de 40 ans de propagande, mais déjà sur la défensive, résultat de la science : la vie EST dès la conception et il n’existe pas de droit de tuer, encore moins son enfant, fût-il à naître.

    M Le Méné s’est bien défendu : il a gardé son calme.A parlé distinctement. Spécialement à l’attention des gourdes derrière lui, payées pour applaudir la propagande mais qui n’auront pu s’empêcher en même temps qu’elles applaudissaient d’entendre la froide vérité de Le méné : avorter n’est pas un droit c’est un crime.

    Si un jour on me demandait pourquoi je suis “contre l’avortement à 100% ” comme l’a dit le Méné, je répondrais :

    -1/ Mon Dieu est contre et je suis pour Lu. Et donc contre ceux qui le traitent de con.

    -2/ L’avortement est impossible car vous ne pourriez logiquement y consentir sans avoir préalablement pris l’avis éclairé de l’avorté soit après ses 18 ans révolus (je connais déjà sa réponse) .

    – 3/ L’avortement est la perte d’une chance (une vraie celle-là), celle de l’enfant français à naître.

    – 4/ L’ avortement est un acte terroriste contre les intérêts supérieurs de la nation. Celui qui le professe devrait-être frappé d’inégibilité pour haute trahison. En effet, l’intérêt supérieur de la nation est d’assurer son renouvellement par les siens, et non de compenser comme elle le fait le déficit des naissances avortées (200 000/an) par une immigration sauvage de remplacement (200 000/an), non préparée, non éduquée et hostile.

    – 5/ Le crime n’est pas un droit ne l’a jamais été. Le crime contre soi-même déjà n’est pas un droit car il n’existe pas de droit au suicide. Encore moins contre la Vie que l’on porte, l’enfant à naitre n’étant pas une chose mais un être déjà vivant ayant DEJA un droit ACQUIS à naitre.

    Et le plus important :

    – 6/ Dieu seul Créateur est seul propriétaire de la vie.

    Quand vous verrez Bachelot surtout n’oubliez pas , dites-lui, en guise de bonjour :

    ” Je ne dis pas bonjour aux criminels, surtout les pires de tous, ceux qui tuent les enfants, les anges de la terre “

  • passim , 19 janvier 2014 @ 15 h 22 min

    Le féminisme est devenu un cretinisme.

Les commentaires sont clôturés.