Le Sapeur Camember, grand précurseur de Keynes

Tribune libre de Charles Gave*

Apparemment, notre nouveau Président a trouvé la solution à la crise européenne, solution qui jusque là avait échappé à tout le monde et surtout aux Allemands. Il  nous faut emprunter plus par l’intermédiaire d’organisations qui pour l’instant ont encore des bilans relativement sains du style de la Banque Européenne d’Investissements et se lancer avec cet argent dans des investissements massifs.

Notre Président veut réinventer les ateliers nationaux qui avaient piteusement échoué en… 1848, ce qui donne une idée de la modernité de sa pensée, et cela, à l’époque de l’économie de la connaissance.

On est émerveillés…

C’est bien entendu ce que font les Japonais depuis vingt ans et les Américains depuis l’arrivée de Barack Obama, avec les succès que chacun peut constater. Nos élites ne se rendent pas compte que la crise actuelle n’est pas une crise de sous-consommation comme ils le pensent, mais une crise de la surconsommation étatique financée par un excès de dette.  Nous souffrons d’avoir un État dont le poids est trop lourd et qui, pour se financer, emprunte de l’argent que nos enfants devront rembourser.

“La dette n’est que de l’impôt différé”

Chacun sait que la dette n’est que de l’impôt différé et que la marque d’une démocratie est que l’impôt est voté par ceux qui vont devoir le payer. Nous collons cependant des impôts énormes (par l’intermédiaire de la dette que nous allons leur laisser) sur nos enfants ou nos petits enfants sans qu’ils aient pu les voter, ce qui est la marque, non pas d’une démocratie, mais d’une démagogie dont le seul but est que la génération actuelle, celle qui vote, ne souffre en aucun cas de ses incontinences.

Voila qui est déjà insupportable.

Mais il y a pire : nos dirigeants font cela en prétendant qu’ils sont compétents et qu’ils savent ce qu’ils font parce qu’ils ont été dans des écoles où on leur a enseigné le keynésianisme, merveilleuse doctrine économique qui soutient que pour faire de bonnes récoltes, il est nécessaire de bouffer les semences avant même de les avoir mis en terre et qu’il suffit ensuite d’emprunter à son voisin qui, lui, a semé en temps et en heure de quoi se nourrir et que ce faisant ils font le bonheur du voisin qui, sans cela, n’aurait eu personne à qui vendre sa récolte. Ici, je suis injuste (ce qui est le crime suprême d’après notre Président) : On peut aussi, non pas lui emprunter de l’argent, mais simplement le lui voler en le taxant à mort, une solution qui permet à la justice fiscale de s’exercer pleinement.

On voit la profondeur de l’analyse et à quel point la fourmi avait tort et la cigale raison.

Mais enfin, voila ce que l’on enseigne dans nos grandes écoles, ce qui suffit sans doute à expliquer le marasme invraisemblable dans lequel se trouve notre pays qui a à peu prés tout pour réussir, sauf bien entendu des gens compétents et courageux à sa tête.

Mais pour rétablir la vérité historique il faut rappeler ici un point important : cette théorie développée par Lord Keynes dans les années trente avait déjà été mis en lumière par le Sapeur Camembert, célèbre économiste Français de la fin du XIXe siècle et à qui Keynes a beaucoup emprunté sans jamais cependant reconnaître sa dette intellectuelle.

Ce grand homme, fort modeste, avait été chargé par son caporal de creuser un trou pour y enfouir des ordures. Ayant creusé son trou et y ayant mis les déchets, notre économiste déjà socialiste (sans le savoir) se retrouva devant un nouveau problème : que faire du tas de terre, conséquence logique du trou maintenant comblé ? Comme son caporal passait par là, la question fut posée. La réponse, fort simple fut bien sur de creuser un autre trou pour y déposer la terre et d’aller passer quatre jours au poste de police pour avoir importuné son Caporal avec des questions stupides.

La solution au problème de la dette nous dit le Caporal Moscovici est de creuser un autre trou. Il fallait y penser !

Chacun peut  donc voir que les nouvelles équipes qui viennent d’arriver au pouvoir ont parfaitement intégré les théories économiques du sapeur Camembert, revues et améliorées par Keynes, ce qui, j’en suis sûr, va pleinement rassurer le lecteur…

Le même lecteur sera d’autant plus confiant si je lui dis que je n’ai jamais pu trouver la moindre trace d’une politique keynésienne qui ait marché dans la réalité, jamais, nulle part et ce pour toutes les raisons que j’ai longuement expliqué dans L’État est mort ,vive l’état

Je ne doute pas que notre Président ne soit un homme aussi un homme modeste, mais comme avait lancé Churchill a qui quelqu’un avait dit qu’Attlee (son rival en politique) était un homme modeste, « il a d’excellentes raisons d’être modeste. »

Bref, compte tenu du niveau camembérien de ce qui passe pour un  raisonnement économique  en France, il va me falloir essayer d’expliquer en termes suffisamment simples ce dont nous souffrons pour que même nos élites puissent comprendre, au cas fort improbable où elles se poseraient des questions sur leur compétences et chercheraient des avis à l’extérieur (on peut toujours rêver) ou tomberaient par hasard sur ces lignes (re-on peut toujours rêver)

Je vais devoir procéder tout doucement pour ne pas les perdre en route, que le lecteur normal m’en excuse.

  1. Le poids de l’État Français dans l’économie ne cesse de monter depuis 1970 au point, qu’aujourd’hui, ce poids représente 56 % du PNB.
  2. Toute hausse du poids de l’État dans l’économie déclenche un ralentissement du taux de croissance structurel de cette économie, ce qui fait baisser les recettes fiscales.
  3. Hausse des dépenses + baisse des recettes = déficit budgétaire en hausse perpétuelle, lequel ne peut donc être financé que par l’émission de dettes.
  4. Quand la dette atteint à peu prés 100%  du PNB, si les taux d’intérêts sont à 3 %, cela veut dire que le service de la dette consomme à peu près l’accroissement de richesses attendu (3 % par an, si on est socialiste, 1,5 % par an dans la réalité)
  5. À ce point du processus, (je dois demander au lecteur de se concentrer car c’est la où nos élites cessent de comprendre), il se passe un phénomène curieux : Toute la croissance du PNB va au service de la dette passée et si cette dette passée est détenue par des étrangers, cela veut dire que le pouvoir d’achat du travailleur Français de base ne peut que stagner ou baisser.
  6. Si par hasard et par malheur nos élites continuent à distribuer des prébendes non gagnées du style réduction de l’âge de la retraite, alors nos taux d’intérêts peuvent monter brutalement comme l’ont montré les exemples grec, espagnol ou italien, et nous rentrons alors dans une trappe  à dettes. Si ces taux doublent en raison de la défiance qui s’installe, cela veut dire que le pouvoir d’achat du Français moyen devra baisser d’environ 3 % par an jusqu’ à ce que la dette soit remboursée ou à tout le moins stabilisée.
  7. L’économie rentre alors en dépression.
  8. C’est en général à ce moment la que le FMI prend ses billets pour le pays en question et loue des bureaux sur place.

Nous sommes en train d’arriver au point numéro 6, en route vers le 7 ou l’Espagne et l’Italie nous ont déjà précédés…

Pour nous sortir du guêpier dans lequel nous nous sommes fourrés tous seuls, il y a en général deux stratégies et deux seulement.

  • Celle du FMI, basée sur une vision comptable des choses, qui a toujours et partout échoué.
  • Celle de l’économie de l’offre, qui a toujours et partout réussi.

Commençons par le FMI. Les recommandations sont toujours les mêmes : il faut augmenter les impôts sur le secteur privé et mettre des fonctionnaires à la porte tout en diminuant le salaire de ceux qui restent, en maintenant des taux d’intérêts élevés pour tenir le taux de change. Ce « policy mix » de politiques budgétaires et monétaires restrictives accompagnées par un taux de change surévalué a été essayé souvent dans l’histoire et a toujours conduit à une dépression (voir la Grèce, l’Espagne ou l’Italie en ce moment, ou la France et l’Allemagne en 1934).

“Taxons lourdement ceux qui ne prennent pas de risques (les fonctionnaires) et détaxons massivement ceux qui en prennent (les entrepreneurs).”

Continuons avec la politique de l’offre. Comme la croissance ne vient que de l’action des entrepreneurs, il faut leur redonner des espaces de liberté pour renouer avec cette croissance qui avait disparue. Cela se fait, d’habitude, en laissant les taux de change et d’intérêts trouver leurs niveaux d’équilibre (ce qui rend nos entrepreneurs compétitifs vis-à-vis du reste du monde), tout en déréglementant les secteurs ou l’État est et n’a pas grand-chose à faire.

L’exemple type d’une politique de l’offre qui a réussi est celui de la Suède (pays représentatif de l’ultra-libéralisme comme chacun le sait) après sa faillite en 1992, qui a déréglementé et privatisé son système éducatif, l’hôtellerie dans les hôpitaux, ses systèmes de retraite et tous ses transports en commun. Moyennant quoi, la Suède, vingt ans après, est en excédent des comptes courants, a des excédents budgétaires et a réduit sa dette en 20 ans de 90 % a 30 % du PNB tout en connaissant un quasi plein emploi et en empruntant à des taux inférieurs à ceux de l’Allemagne.

Comme l’euro nous interdit de trouver notre niveau d’équilibre sur le taux de change, il nous sera à l’évidence impossible d’avoir des taux d’intérêts bas, qui ne sont que la conséquence d’une monnaie sous-évaluée, ce qui ne peut arriver avec une monnaie surévaluée.

Cela veut dire que notre pays va rentrer dans une trappe à dettes et, de là, en dépression, à moins bien sur que le Frankenstein qu’est l’euro ne disparaisse dans les mois qui viennent et que le marché ne triomphe  à nouveau, ce qui finira bien par arriver.

Mon message pour nos chères élites est donc tout simple .

  1. Nous sommes dans le long terme et Keynes est mort il y a bien longtemps.
  2. Ce que vous avez appris à l’école n’a jamais marché.
  3. Embaucher des fonctionnaires ne crée aucune croissance.

La seule chance pour notre pays est que vous réduisiez les coûts de fonctionnement de notre État, tout en laissant ceux qui savent créer de la valeur (les entrepreneurs) agir.

Ce qui veut dire qu’il faudrait songer à faire rentrer tous les entrepreneurs qui ont fui à l’étranger pour exercer leurs talents, par exemple en supprimant l’impôt sur la fortune tout en taxant lourdement ceux qui ne prennent pas de risques (les fonctionnaires) et en détaxant massivement ceux qui en prennent (les entrepreneurs).

C’est là ou je mesure mon optimisme permanent.

Pas une seule personne raisonnable ne pense que ce scénario a la moindre chance de se produire et pourtant il est inévitable.

Les trimestres qui viennent vont être passionnants et je souhaite beaucoup de réussite au Parti qui va être directement et totalement responsable de ce qui va se passer en France dans les années qui viennent, c’est-à-dire au Parti socialiste. Il va devoir faire exactement le contraire de ce que pourquoi il a été élu.

Voilà qui va être passionnant à observer.

> Cet article a été publié en partenariat avec l’Institut des Libertés.

*Économiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001, Des Lions mennés par des ânes, (Éditions Robert Laffont) ou il dénonçait l’euro et les fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage, L’État est mort, vive l’état (Éditions François Bourin, 2009) prévoyait la chutte de la Grèce et de l’Espagne. Charles Gave est le président-fondateur de Gavekal research et Gavekal securities et membre du conseil d’administration de SCORE. Il est père de 4 enfants et grand-père de 9 petits-enfants.

Autres articles

3 Commentaires

  • Pierre Decaillet , 18 Juin 2012 à 20:22 @ 20 h 22 min

    Non! Non! Monsieur,
    Il faut demander plus à l’impôt et moins au contribuable.
    C’est la solution.
    La preuve c’est que tout le monde est d’accord.
    Surtout les socialistes.

  • Elies , 19 Juin 2012 à 9:13 @ 9 h 13 min

    Et si!si! Monsieur Decaillet plus vous demandez par l’impot et plus le contribuable paye, donc que vous le vouliez ou non appauvrissement général.

  • Isidore , 20 Juin 2012 à 15:17 @ 15 h 17 min

    Mais,une fois qu’on aura bouché tous les trous,il restera encore un trou !
    Que faire ? Emprunter de la terre au voisin !
    Le jour où il la réclamera, il n’ y aura plus,soit qu’à recommencer à creuser chez soi,soit qu’à ré-emprunter,à lui ou à un autre.
    Et quand on aura fait le tour des prèteurs,on recommencera !
    Avec un minimum de pertes à chaque transport, et les intérèts,on finira bien par ne plus avoir que des trous.

Les commentaires sont fermés.