Les graves accusations de Dupont-Aignan

Les graves accusations de Dupont-Aignan

Ce 18 juin, sur l’antenne de Sud Radio, le député de l’Essonne intervenait sur le thème qu’il a clairement adopté, dès le premier jour de l’affaire de l’Aquarius. Celle-ci met évidemment mal à l’aise toute la classe politique conventionnelle de notre continent.

Les craquements s’observent jusque chez nos cousins germains d’outre-Rhin. Ils ont commencé à se manifester dès le malencontreux “wir schaffen das” de Frau Merkel en août 2015. Mais depuis la constitution de la nouvelle grande coalition, Horst Lorenz Seehofer est parvenu à une transformation considérable de l’équilibre politique. La CSU bavaroise qu’il dirige n’est plus un simple appendice de la démocratie chrétienne. Elle constitue le troisième pilier du gouvernement fédéral à égalité avec la CDU et le SPD. Actuellement ministre de l’Intérieur son dirigeant peut se permettre, et il va jusqu’à mettre en demeure la chancelière de trouver une solution aux désaccords sur la question migratoire.

La position restrictive de principe adoptée, sur ce sujet, par Dupont-Aignan n’est donc guère originale. Outre le gouvernement italien, tout un bloc géographique semble se dresser. Il va du Land de Bavière à la petite Slovénie en passant par la Hongrie et l’Autriche. C’est donc presqu’une Europe habsbourgeoise qui se dessine. Elle pourrait bien compter de façons significative dans le cadre de l’Europe strasbourgeoise après les élections de 2019. Et tant pis si cela doit déplaire à l’Europe bourgeoise.

À l’antenne Dupont-Aignan reprenait dès lors une rhétorique qui ne détonne plus que dans les colloques et pseudo-débats officiels et artificiels de cette bien-pensance qui ne débat qu’avec elle-même. Selon les vrais sondages, le point de vue de NDA, sur ce point, agrée à quelque 80 % des Français. Il déclarait sans surprise

Le 11 juin, déjà, il avait salué le refus par le gouvernement italien d’accueillir les 629 migrants de l’Aquarius. “Bravo Matteo Salvini !” avait-il proclamé.

Le même jour, le parti “les républicains” avait suggéré de son côté de “poser la question de l’immigration de masse”. Cette question se posant depuis quelque 40 ans, il nous semblerait grand temps d’y répondre.

Restant dans la même logique le président de Debout la France, si le sort des migrants ne peut laisser indifférent, la France ne doit pas en accueillir davantage. “Quand on voit les pauvres migrants qui sont dans ce bateau, tout le monde a une pensée d’humanité mais on est dans du chantage humanitaire inacceptable, qui abouti à un appel d’air sans précédent en Europe”, a-t-il affirmé. “Je refuse (de les accueillir), je pense qu’on devrait les renvoyer chez eux. La vraie humanité, c’est de s’occuper des pauvres qui sont dans notre pays, ceux qui n’ont pas de boulot, pas de logement, qu’ils soient Français d’ailleurs ou étrangers réguliers. Je pense qu’il y a urgence à s’occuper des malheureux qui sont sur notre sol, qu’il faut sauver le droit d’asile a-t-il encore insisté.

On aurait été tenté de dire “rien de nouveau sous le soleil”, si l’on ne tenait compte d’une accusation très grave qui mérite d’être creusée.

Car Nicolas Dupont-Aignan ajoute : “mais là, c’est une immigration économique instrumentalisée par des passeurs et des ONG qui veulent détruire l’Europe”,

“Ces ONG, considère-t-il, sont les complices des passeurs puisqu’elles vont maintenant chercher les migrants à la limite des eaux territoriales libyennes. Ce qu’il faudrait faire, c’est tout simplement sauver ces malheureux, on ne peut pas les laisser se noyer, et les raccompagner immédiatement dans les ports les plus proches de Libye. Si on ne fait pas ça, on va alimenter les mafias qui instrumentalisent la misère humaine”, a-t-il ajouté.

Face à de telles affirmations très graves, ou bien on considère que la député de l’Essonne déraille, et alors pourquoi ne pas le faire bénéficier de la répression de la diffusion de fausses nouvelles prévue par la loi de 1881 ? Ou bien il dit vrai et alors on est en droit d’aller plus loin. On doit alors mettre en cause non seulement ces mafias. Elles ne sont pas inconnues des services de police. Il faut aussi dénoncer ceux qui les épaulent, dans la finance comme dans la classe politique de divers pays, dont deux au moins sont candidats à l’Union européenne.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Autres articles

1 Commentaire

  • Tonio , 21 Juin 2018 à 17:29 @ 17 h 29 min

    Et au fond qui est mon prochain ?
    Je pense que c’est d’abord celui qui habite à mes côtés, mon voisin, dans mon quartier, ma ville peut-être ou mon pays; mais je peine à croire qu’il me faut voir un prochain dans chaque Camerounais, Kényan, Congolais..pas davantage que dans un Chinois. Me trompé-je ?

    Le pape François, allé faire des courbettes œcuméniques à Genève, se disait honteux pour les Européens qui n’accueillaient pas à frontières ouvertes tous les migrants économiques qui refluent d’Afrique, oubliant la Russie, la Chine, les USA.
    Or, il se plaît à ignorer que toute l’Europe est bien moins riche que l’Afrique et que les richesses que les Européens ont trouvées en Afrique ne sont dues qu’à leur travail, leur invention,leur ténacité!

    Dites-moi si travail, invention, ténacité, sont bien les qualités généralement partagées par toute la population du continent… à part quelques remarquables exceptions, dont une majorité s’est expatriée, on ne peut pas l’affirmer… car ça y en a manière de blancs.

Les commentaires sont fermés.