Faut-il avoir peur de la Russie ? (2/3)

Faut-il avoir peur de la Russie ? (1/3)

La Russie a atteint partiellement ses objectifs en Ukraine. Sur le terrain, malgré les violations constantes du cessez-le-feu, la situation est plus ou moins stable. Kiev a perdu le contrôle de larges portions de son territoire et est militairement incapable de le reprendre. 15 000 rebelles tiennent en échec une armée ukrainienne de 50 000 hommes, mal équipée, peu professionnelle et largement démoralisée.

L’Occident a refusé de vendre des armes à l’Ukraine et toute aide militaire directe de l’OTAN à Kiev paraît exclue. L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne est repoussée à 2020, et Dieu sait où en sera l’Union européenne dans cinq ans.

Moscou poursuit patiemment et prudemment sa stratégie de « guerre larvée » en Ukraine de l’Est, sans intervention directe, en fournissant aux rebelles des armes et le soutien discret de forces spéciales, tout en cherchant à réduire le niveau de tension avec l’Ouest et à obtenir la levée des sanctions. Dans ce conflit, c’est la Russie qui détient l’initiative car elle semble être la seule à avoir une véritable stratégie face à un Occident plutôt divisé.

L’enjeu ukrainien est capital pour la Russie. Dans la vaste plaine d’Europe orientale, privée de frontières naturelles, la Russie a besoin d’« Etats tampons » pour assurer sa sécurité. Ce rôle d’« Etats tampons » permettant à la Russie de mettre de la distance, entre son propre territoire et un éventuel ennemi, doit être assumé, dans la doctrine militaire de Moscou, par l’Ukraine et à la Biélorussie. Moscou considère la « profondeur stratégique » assurée par ces deux ex-Républiques soviétiques devenues des Etats indépendants en 1991, comme un élément essentiel de sa sécurité.

D’autre part, comme le soulignait Zbigniew Brzezinski dans son livre Le Grand Echiquier (1997), l’Ukraine est un enjeu capital pour la Russie également pour les raisons démographiques. Sans les 46 millions d’Ukrainiens, la Russie pourra toujours prétendre au statut d’un Empire, mais un Empire à prédominance asiatique, affirmait Brzezinski. En revanche, le retour de l’Ukraine dans la sphère d’influence russe donnerait à la Russie le statut d’une grande puissance sur le continent européen.

Pour cet ensemble des raisons, la Russie s’oppose à l’intégration de l’Ukraine dans les structures de l’U.E. et elle trouve totalement inacceptable une éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. La véritable ligne rouge se situe bien là. L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, serait probablement considérée par la Russie comme un véritable casus belli  et risquerait de déclencher une réaction violente de Moscou. Mais la question n’est pas à l’ordre du jour.

Au contraire, le bras de fer entre l’Occident et la Russie à propos du conflit ukrainien est en train de se desserrer. On est rentré dans une phase de désescalade car, après plusieurs mois de forte tension, tout le monde y trouve son intérêt. Plusieurs facteurs vont dans le sens de la désescalade.

L’Europe s’inquiète de l’instabilité des marchés financiers. Il est clair que la montée des tensions internationales perturbe et fragilise les marchés financiers. François Hollande vient de constater, à juste titre, (une fois n’est pas coutume) au sommet UE-Asie à Milan, que “les faiblesses” constatées en Europe et aux Etats-Unis tiennent d’abord à “l’instabilité de la situation internationale” liée aux crises en Ukraine et au Moyen-Orient. Le fantôme d’un possible retour de la crise de la dette souveraine de la zone euro hante les marchés financiers. La poussée de l’Etat islamique en Irak et en Syrie et l’alourdissement de la menace terroriste qui pèse sur l’Occident contribuent également à reléguer le dossier ukrainien au second plan.

Enfin, même si on en parle peu, l’Europe a une peur bleue d’une possible réduction de livraisons de gaz naturel par la Russie à l’Ukraine. L’hiver approche, et le gaz naturel est la principale source de chauffage en Ukraine. Kiev ne peut pas se passer de gaz russe. Le président Poutine, se servant habilement de l’arme énergétique, a récemment écrit une lettre aux dirigeants européens, les mettant en garde contre les conséquences économiques pour l’Europe de l’accord d’association entre l’U.E. et l’Ukraine.

Tout le monde sait qu’en cas de pénurie grave de gaz, les Ukrainiens n’hésiteront pas à se brancher sur les gazoducs qui vont vers l’Europe occidentale pour faire marcher leurs chaudières. Les caisses de l’état ukrainien sont vides et il est plus que probable que nous aurons à payer la facture de gaz de nos amis ukrainiens, en plus de la nôtre.

Par ailleurs, la tension entre la Russie et l’Occident et les sanctions contre la Russie ont eu pour conséquence le récent rapprochement entre Moscou et Pékin et la signature de plusieurs gros contrats entre ces deux pays, portant notamment sur les investissements chinois dans l’industrie pétrolière russe. La menace d’une éventuelle alliance sino-russe a toujours fait part des pires cauchemars pour l’administration américaine et nous pouvons parier que Washington fera tout pour l’éviter.

Le ministre des Affaires étrangères de Russie, Serge Lavrov, a proposé ces derniers jours de remettre à zéro les compteurs dans les relations entre Moscou et Washington, tout en accusant l’administration d’Obama d’être à l’origine de la montée des tensions entre les deux pays. Tout semble indiquer que nous nous dirigeons vers un relatif apaisement dans les relations entre la Russie et l’Occident. Même si nos médias bien pensants continueront à présenter le Président Poutine comme un personnage détestable et le pays qu’il dirige comme une réincarnation de l’Union Soviétique, les chancelleries occidentales prendront discrètement acte de la situation en Ukraine et passeront à autre chose.

Autres articles

91 Commentaires

  • Jean Dit , 19 Oct 2014 à 5:31 @ 5 h 31 min

    “la Russie a besoin d’« Etats tampons » pour assurer sa sécurité. Ce rôle d’« Etats tampons » permettant à la Russie de mettre de la distance, entre son propre territoire et un éventuel ennemi…”

    J’aimerais savoir pourquoi on trouve ceci normal. Il me semble primordial que chacun respecte les frontieres. Et si tous les pays d’Europe demandaient aussi des etats tampons???
    Encore au 19eme siecle on pouvait comprendre mais depuis avec les missiles bombes A et bombes H cela ne tient plus debout. C’est de l’invasion pure et simple et les Europeens ne pipent mot. On s’inquiete seulement des resonnances financieres.

  • Jean Dit , 19 Oct 2014 à 5:42 @ 5 h 42 min

    Ecrire des icones?

  • Charles , 19 Oct 2014 à 8:15 @ 8 h 15 min

    @pas dupe,
    Merci pour vos remarques. Il est vrai que le système GD Star
    (les étoiles) est devenu aléatoire, mais en fait de manière sélective.
    Donc pas vraiment aléatoire…

    J’ai remarqué que lorsque des articles avaient déclenché
    des commentaires sensibles et lourds de sens, on voyait venir
    un blocage de la notation, comme si une main invisible voulait
    freiner la lecture de certains commentaires.

    Evidemment, un tel blocage doit venir d’une main externe
    au site puisque tout ce qui fait monter l’audience du site NDF
    est favorable à la Rédaction du site.

    Il est évident que le site NDF est “suivi” par des gens de l’empire.

  • Słowiańska Krew , 19 Oct 2014 à 10:00 @ 10 h 00 min

    les russes morts pour rien sont plus nombreux

    on ne compte même pas tous les soldats russes et mercenaires russes qui sont revenus dans un cercueil (soldats russes de Russie, pas des séparatistes là)

  • scaletrans , 19 Oct 2014 à 11:24 @ 11 h 24 min

    Vous les occidentaux, et en premier lieu les américains, vous voulez jouer au c… avec nous, hé bien nous ne chercherons pas à finasser; voilà en résumé ce que la Russie répond:

    http://arretsurinfo.ch/notes-sur-la-ligne-rouge-des-russes/

  • Słowiańska Krew , 19 Oct 2014 à 11:42 @ 11 h 42 min

    Le conflit ukraino – russe va permettre aux russes d’être libérés de l’oligarchie Poutine .

    Sans l’aide us ni celle des occidentaux. Une fois l’Ukraine libérée d’elle même, c’est une violente quenelle que vont se prendre les occidentaux.

    Je persiste et je signe : l’oligarchie capitaliste russe est en tout point la même que celle des USA, de Chine et d’ailleurs, Le seul bloc de résistance de culture européenne va de la tchéquie, la slovaquie, la hongrie, les pays baltes, l’ukraine, la biélorussie. Ce sont les seules nations européennes.

    L’europe de l’ouest n’a plus rien d’européen ni de chrétien, c’est la même chose pour la Russie

  • Marie Genko , 19 Oct 2014 à 12:52 @ 12 h 52 min

    Excellent article!
    MERCI!

Les commentaires sont fermés.