Libye : le but de la guerre était-il d’assassiner le colonel Kadhafi ?

Mardi 16 décembre 2014, à Dakar, lors de la clôture du Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, acclamé par les participants, le président tchadien Idriss Déby a lâché une véritable bombe quand, en présence du ministre français de la Défense, il déclara qu’en entrant en guerre en Libye : “l’objectif de l’OTAN était d’assassiner Kadhafi. Cet objectif a été atteint”.

Cette accusation est gravissime car, si ce qu’a dit cet intime connaisseur du dossier est fondé, c’est en effet toute l’histoire d’une guerre insensée et aux conséquences dévastatrices qui doit être ré-écrite. Sans parler d’une possible saisine de la Cour pénale internationale. D’autant plus que ce conflit rationnellement inexplicable fut déclenché au moment où, paradoxalement, le régime libyen était devenu notre allié à la fois contre le jihadisme et contre les filières d’immigration.

Revenons donc en arrière: l’intervention décidée par Nicolas Sarkozy influencé par BHL ne prévoyait originellement qu’une zone d’exclusion aérienne destinée à protéger les populations de Benghazi d’une prétendue “extermination”. Il n’était alors pas question d’une implication directe dans la guerre civile libyenne. Mais, de fil en aiguille, violant avec arrogance la résolution 1973 du 17 mars 2011 du Conseil de sécurité des Nations Unies, la France et l’Otan menèrent une vraie guerre tout en ciblant directement et à plusieurs reprises le colonel Kadhafi.

L’attaque la plus sanglante eut lieu le 1er mai 2011 quand des avions de l’Otan bombardèrent la villa de son fils Saif al-Arab alors que s’y tenait une réunion de famille à laquelle le colonel assistait ainsi que son épouse. Des décombres de la maison furent retirés les cadavres de Saif al-Arab et de trois de ses jeunes enfants.

Réagissant à ce qu’il qualifia d’assassinat, Mgr Martinelli, l’évêque de Tripoli, déclara : “Je demande, s’il vous plaît, un geste d’humanité envers le colonel Kadhafi qui a protégé les chrétiens de Libye. C’est un grand ami.” Telle n’était semble t-il pas l’opinion de ceux qui avaient ordonné ce bombardement clairement destiné à en finir avec le chef de l’État libyen sans tenir compte des “dégâts collatéraux”… La guerre “juste” permet bien des “libertés”.

Les chefs d’État africains qui s’étaient quasi unanimement opposés à cette guerre et qui avaient, en vain, tenté de dissuader le président Sarkozy de la mener, pensèrent ensuite avoir trouvé une issue acceptable: le colonel Kadhafi se retirerait et l’intérim du pouvoir serait assuré par son fils Seif al-Islam et cela, afin d’éviter une vacance propice au chaos. Cette sage option fut refusée, notamment par la France, et le colonel Kadhafi se retrouva assiégé dans la ville de Syrte soumise aux bombardements incessants et intensifs de l’Otan.

Une opération d’exfiltration vers le Niger fut alors préparée. Or, les miliciens de Misrata, amis de BHL, alliés de la Turquie et du Qatar, se disposèrent en demi cercle sur l’axe conduisant de Syrte au Niger. L’histoire dira comment et par qui ils furent prévenus de la manœuvre en cours.

Le 20 octobre 2011, le convoi du colonel Kadhafi composé de plusieurs véhicules civils réussit à sortir de la ville. Bien que ne constituant pas un objectif militaire, il fut immédiatement pris pour cible par des avions de l’Otan et en partie détruit. Pour échapper aux avions, le colonel s’abrita dans une buse de béton. Capturé, il fut sauvagement mis à mort après avoir été sodomisé avec une baïonnette. Les gentils démocrates de Misrata ne s’en tinrent pas là puisqu’ils crevèrent les yeux de son fils Moutassim avant de lui couper les mains et les pieds. L’Otan n’avait laissé aucune chance à Mouammar Kadhafi et à son fils. Leurs dépouilles sanglantes furent ensuite exposées comme des trophées dans la morgue de Misrata.

Ces faits étant rappelés, les accusations du président Deby prennent donc toute leur valeur. Rétrospectivement, le déroulé des événements peut en effet s’apparenter à un “contrat” mis sur la tête du colonel, aucune issue diplomatique honorable ne lui ayant été proposée.

Alors que le résultat de cette guerre insensée est d’avoir offert aux islamistes, au Qatar et à la Turquie la possibilité de prendre le contrôle de la Libye, donc d’une partie des approvisionnements gaziers et pétroliers de l’Europe, le président du Niger, Mamadou Issoufou vient de lancer un cri désespéré :

“Il faut une intervention militaire pour réparer les dégâts liés à la chute de Kadhafi, sinon nous aurons Daesh à nos portes” (Jeune Afrique 28 décembre 2014).

Mamadou Issoufou est d’autant plus fondé à exiger cette intervention que, lors du sommet du G8 de Deauville au mois de mai 2011, il avait fortement demandé au président Sarkozy de renoncer à sa guerre. Il ne fut, hélas, pas davantage écouté que les présidents Déby, Zuma et tous les autres responsables africains…

Conséquence : à l’heure où ces lignes sont écrites, soutenus par la Turquie et le Qatar, les islamistes sont en passe de conquérir la Tripolitaine. Ils sont déjà sur la frontière tunisienne cependant qu’au sud, dans la région de Mourzouk, ils ont pris le contrôle du champ pétrolier d’El-Sharara avec l’aide de certaines fractions touareg.

> Bernard Lugan anime la revue L’Afrique Réelle n°61 (janvier 2015). S’abonner.

Autres articles

46 Commentaires

  • antikhmer , 19 Jan 2015 à 17:45 @ 17 h 45 min

    Hep, Nico, on t’a posé une question !

  • Alex , 19 Jan 2015 à 17:50 @ 17 h 50 min

    Lorsqu’on sait la panique qui s’installe et la peur qui gangrène le peuple après un attentat tel que celui de Charlie Hebdo (qui fit ce jour là moins de mort que tous les suicides dans le pays), on comprend qu’il n’est pas toujours souhaitable de rendre public tout ce qui peut nous menacer.

    +20% de consommation d’anti-dépreusseurs depuis l’attentat de Charlie Hebdo…

    Il n’était ainsi pas souhaitable de montrer aux occidentaux que le dictateur irakien avait des armes de destruction massive en Occident avec 10% de chance qu’il puisse les tirer sur de grandes métropoles.
    Un simple montage à l’ONU devait suffire.

    De même il n’était peut-être pas nécessaire de montrer la menace que pouvait représenter le dictateur libyen.

    Lorsqu’une guerre est inexpliquée pour le public, elle n’est pas toujours inexplicable.

    Les marchands d’armes sont partout, les menaces sont transversales mais aussi internes.

    D’où la difficulté de la démocratie.

    Je ne sais pas les causes de la guerre en Lybie, la folie de Sarkozy pourrait très bien expliquer à elle seule cette guerre ou encore les financements occultes des partis politiques, mais peut-être que nous ne savons pas tout…

    Savez-vous par exemple qu’en France il y a en moyenne au moins 50 personnes qui sont en permanence kidnappées, lorsque les médias ne font que focaliser sur un ou deux cas de temps en temps ?

    Comprenez-vous seulement pourquoi ces cas ne doivent pas être rendus public ?

    Comprenez-vous seulement que pour déjouer une attaque, il ne faut pas rendre public nos informations ?

    Comprenez-vous seulement que lorsqu’on ne parvient pas à déjouer une attaque à temps ou que la coopération n’advient pas à temps pour déjouer une attaque, on puisse déclarer la guerre ?

    N’est-ce pas ce qui pourrait être advenu avec la Lybie ?

    Je ne suis pas dans le secret des Dieux, mais l’agnosticisme est encore préférable au panurgisme ou à son contraire, le conspirationnisme.

  • Pascal , 19 Jan 2015 à 17:57 @ 17 h 57 min

    «D’autant plus que ce conflit rationnellement inexplicable fut déclenché au moment où, paradoxalement, le régime libyen était devenu notre allié à la fois contre le jihadisme et contre les filières d’immigration.»

    «Alors que le résultat de cette guerre insensée est d’avoir offert aux islamistes, au Qatar et à la Turquie la possibilité de prendre le contrôle de la Libye, donc d’une partie des approvisionnements gaziers et pétroliers de l’Europe…»

    Pas besoin d’aller chercher plus loin les buts de guerre. A la Libération l’épuration devra commencer par Sarkozy !

  • Tite , 19 Jan 2015 à 19:12 @ 19 h 12 min

    …” montrer aux occidentaux que le dictateur irakien avait des armes de destruction massive en Occident”…
    Alex, je ne comprends rien à ce que vous racontez.

    Je vous pose ces questions :

    “Connaissez-vous beaucoup de dictateurs qui permettent à TOUTES les communautés religieuses de son pays de vivre et pratiquer leur foi en paix ?

    Connaissez-vous beaucoup de pays du Moyen-Orient dont les populations sont majoritairement musulmanes ainsi que leur chef d’état, autoriser la construction d’églises ?

    Citez-moi un seul pays qui pratique l’Islam où l’on laisse pendant plusieurs semaines “promener” les reliques de Sainte Thérèse de L’Enfant Jésus.

    Là, j’ai la réponse. C’est l’Irak du “dictateur” Saddam Hussein :

    http://www.zenit.org/fr/articles/iraq-les-catholiques-syriens-rassembles-par-sainte-therese-de-lisieux

  • Nasser , 19 Jan 2015 à 21:02 @ 21 h 02 min

    Les bobos sont contre la peine de mort mais ils ont applaudi à deux mains quand Saddam puis Kadhafi on été exécutés / assassinés.

    Ils sont contre la guerre mais mais ont applaudi à deux mains lors de l’intervention en Libye en 2011. Au même moment, ils demandaient le bombardement du peuple syrien.

  • Alainpsy , 19 Jan 2015 à 21:14 @ 21 h 14 min

    Comme d’habitude, excellent article de Bernard Lugan, fin connaisseur et expert avisé du monde Africain.
    Il est clair que Sarkozy, juppé et BHL ont travaillé pour les bottes du qatar et leurs bras armés islamistes, et le meurtre ne leur a pas fait peur, pas plus que les massacres qui ont suivi. La politique est un nid de pourriture comme il n’y en a pas d’autres sur terre, on assassine des peuples entiers, pour leur prendre leurs ressources, pour faire taire leurs dirigeants, et pour s’agenouiller devant le qatar reconnaissant. Evidemment, quand il meurt plus de 500 esclaves au qatar dans la construction des stades de foot,on comprend maintenant pourquoi personne en Europe n’a levé le petit doigt. Le monde entier défile dans la plus grande hypocrisie pour Charlie, mais pour les morts du qatar, via les frères musulmans, via sarko et BHL, rien, aucun hommage, aucune mesure, c’est comme devant l’Allemagne des années trente, on baisse son pantalon, on s’écrase. Quel était l’interêt de Sarkozy à tout faire pour faire assassiner Kadhafi, cacher le financement de sa campagne n’étant pas suffisant ? Le gaz, le pétrole, le pouvoir, des récompenses ? La vie humaine…ça vaut quoi pour ces ordures ? absolument rien, et ce sont eux qui nous dirigent, c’est désespérant. Dans le même temps, hollande défile après avoir reconnu avoir livré des armes aux djihadistes, lui aussi fait partie de ces immondes personnages. Je regarde leurs visages quand ils parlent de la vérité, de l’honnêteté, de l’éthique, boursoufflés de mensonge…à dégueuler. Le pouvoir ne vaut pas tout ce sang, sauf pour des monstres.

  • IROPE34 , 19 Jan 2015 à 21:54 @ 21 h 54 min

    Comme je vous comprends ! Je ne prends même plus la peine de répondre aux articles plus ou moins orientés et contradictoires afin de faire du SarkoBashing à outrance !
    Et à ce je vois, les experts de tous poils sont dans le secret des évènements de toutes sortes :
    Irak, Lybie, Qatar même les attentats à Paris et leurs conclusions dès fois que ne le saurions pas, c’est Sarkozy !
    Et si ce n’est pas lui, ils vont jusqu’à créer son image pour lui faire jouer des rôles sortis tout droit de leurs imaginations haineuses !
    Je me demande quand vont ils prendre une goulée d’air et passer à quelque chose de plus constructive et d’intérêt général que de stagner à chaque fois sur des articles à ras des pâquerettes qui servent d’os à ronger aux détracteurs de Sarkozy ! Pour votre gouverne vous avez du souci à vous faire avec Hollande et si vous ne le savez pas déjà c’est lui qui est au commande et aussi niais soit-il, c’est à lui qu’obéiront les militaires et autres ministères ! Pensez-y pendant que vous perdez votre temps.

Les commentaires sont fermés.