Australie : Un eldorado pour les jeunes Français

Chaque année, l’Australie accueille 20 000 Français, c’est trois fois plus qu’il y a cinq ans. « J’ai eu plus d’entretiens en deux semaines en Australie qu’en un an en France » raconte Juliette, consultante en marketing à Melbourne, payée le double de ce qu’elle aurait pu espérer en France… Au bout de trois mois, Thomas s’est vu confier la gestion d’un restaurant. Il gagne aujourd’hui entre 1 200 et 1 300 dollars par semaine contre 1 300 euros par mois à Paris, où il était cuisinier. Surtout, il suit une formation pour devenir préparateur physique, un métier encore plus lucratif qui pourrait lui permettre de décrocher un visa permanent. Un reportage étonnant proposé par « Complément d’enquête » :

Articles liés

18Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Kuing , 19 février 2013 @ 11 h 59 min

    Notons que l’Australie est 3e au classement mondial de la liberté économique (2013 Index of Economic Freedom) quand la France n’est qu’à la 62e place :

    Index of Economic Freedom : http://www.heritage.org/index

    Ranking : http://www.heritage.org/index/ranking

    Ceci explique aussi cela.

  • Goupille , 19 février 2013 @ 12 h 13 min

    Et qui leur a payé leurs études, à ces débrouillards ?
    Ils ont bien des mentalités d’échappés de l’Ed Nat, en tous cas…
    Les ratons quittent le navire.

  • Kuing , 19 février 2013 @ 12 h 18 min

    Goupille : « Et qui leur a payé leurs études »
     
    Les impôts de leurs propres parents.

  • Catholique & Français , 19 février 2013 @ 12 h 41 min

    Tout cela, ce nest pas à la gloire de notre France début de siècle, mesquine, sordide, socialiste, tatillonne, égoïste, envieuse… A quand le coup de balai ?

  • christian33 , 19 février 2013 @ 13 h 22 min

    en échange on reçoit beaucoup plus d’immigrés qui nous font grossir le taux de natalité et ainsi donner du travail à nos enseignants…tout le monde est content

  • christian33 , 19 février 2013 @ 13 h 25 min

    oh oui!!! vite vite!!!

  • janice , 19 février 2013 @ 14 h 51 min

    Il y a 30 ans, je m’étais posée la question de partir en Australie. La crise n’était pas encore là, elle ne s’annonçait même pas, mais la bêtise* franchouillarde à courte vue imprégnait tous les aspects de la vie et j’avais soif de respirer.

    * cette bêtise que les étrangers désignent sous le vocable « arrogance ».

Les commentaires sont clôturés.