Pourquoi il ne fallait sincèrement rien attendre du Conseil constitutionnel

Cette fois, ça y est : le cycle législatif est achevé et la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes homosexuelles a bien été promulguée.

J’avoue qu’avant le 24 mars dernier, la simple idée de cette situation me mettait dans un état de colère froide et de désespoir mélancolique. Puis, j’ai compris qu’il se passait en France quelque chose de nouveau, quelque chose que j’attendais sans y croire depuis plus de 15 ans. Maintenant, j’ai confiance.

Mais je crois utile de revenir sur cette fameuse décision du Conseil constitutionnel. Non pas pour la commenter : je laisse cela aux spécialistes du droit, et parce que cela me semble tout bonnement inutile. Je préfère prendre un peu de recul pour revenir sur son contexte, je crois qu’on en apprendra bien plus.

Ainsi, le lendemain de l’adoption définitive de la loi par le Parlement, le ministre des relations avec le Parlement Alain Vidalies affirmait (1) : « On a pris toutes les précautions pour que le Conseil ne prenne aucune décision contre ce texte. » Relisons cette déclaration, lentement et avec grande attention : il n’a pas fait comme tous les autres traîne-rapières au service de ce texte, défendant la qualité de leur travail, il n’aborde jamais les chose sous cet angle. Il dit : « dormez braves gens, tout est arrangé. »

Sur le coup, cette phrase m’avait vraiment marqué, j’étais intellectuellement certain que le Conseil validerait la loi sans l’ombre d’une hésitation. J’aurais du écrire cet article plus tôt, mais hélas j’avais secrètement au cœur l’espoir que le Conseil ferait un « petit » quelque chose. Il faut voir la réalité en face : ce n’était pas de l’espérance, ce n’était que du rêve ; c’était le rêve du petit garçon qui souhaite que son école prenne feu cette nuit pour qu’il puisse échapper à la dictée de demain. C’était juste puéril.

“Les derniers opposants à cette loi qui attendait sincèrement quelque chose du Conseil doivent ouvrir les yeux sur l’état réel de la situation, avec un regard adulte : ce n’est plus ce que le Système produit de mauvais qui est problématique, c’est le Système lui-même qui est devenu le problème.”

Les derniers opposants à cette loi qui attendait sincèrement quelque chose du Conseil doivent ouvrir les yeux sur l’état réel de la situation, avec un regard adulte : ce n’est plus ce que le Système produit de mauvais qui est problématique, c’est le Système lui-même qui est devenu le problème.

Ainsi donc, il nous faut brûler nos derniers vaisseaux. Nous sommes au carrefour des possibles et l’alternative est simple : réussir une transformation efficace de la mobilisation actuelle (ce qui serait trop long à ébaucher froidement ici et maintenant) ; ou bien nous rendormir pour au moins vingt ans, jusqu’à ce que les conséquences des chimères des libéraux-libertaires puissent être constatées et étudiées in vivo.

Ceux à qui le premier terme de l’alternative semble désormais le plus sacré des devoirs doivent se préparer au travers de deux actions concrètes, qui s’influencent mutuellement :

  • analyser et comprendre le succès de l’opposition à la loi Taubira, pour ensuite pouvoir construire une suite efficace parce que respectueuse de sa nature et de ses causes réelles ;
  • se former, car la culture générale est le terreau indispensable des bonnes décisions : « Au fond des victoires d’Alexandre, on retrouve toujours Aristote » disait de Gaulle.

À suivre…

1. http://www.lepoint.fr/politique/mariage-homosexuel-vidalies-pas-du-tout-inquiet-d- une-censure-24-04-2013-1658532_20.php

Autres articles

54 Commentaires

  • itou , 21 Mai 2013 à 11:48 @ 11 h 48 min

    Oui les lois infâmes ont commencé dès 1974 avec giscard et chirac et, depuis 40 ans, nous vivons dans l’inconscience et le confort alors que nous sommes au bord du gouffre. Mais pour la majorité des Français ces lois sont des acquis irréversibles pour la libération de la femme.

  • J.75 , 21 Mai 2013 à 12:15 @ 12 h 15 min

    Finalement ce sera vendredi selon le Salon Beige

  • itou , 21 Mai 2013 à 12:46 @ 12 h 46 min

    le FN ne pourra rien quand 50% des Français bloqueront tout.

  • Gwalchavad , 21 Mai 2013 à 15:13 @ 15 h 13 min

    C’est là que l’on voit qui sont les vrais démocrates.

  • THIERRY ZURECK , 22 Mai 2013 à 21:32 @ 21 h 32 min

    L’UE : THEORIE DU GENRE ET NASSE TOTALITAIRE
    La révolution bolchevique a entrepris en son temps, comme le font aujourd’hui les socialistes, de détruire la famille. La décadence sociale et économique, on le sait, ont suivi…

    D’ailleurs, ce n’est pas par hasard que la théorie du Genre, élaborée aux states par les maîtres oligarchiques de l’Empire” étasunien, a ensuite été importée en France par la partitocratie actuelle aux ordres des bangstères mondialistes (dont bon nombre de francs-maçons).

    En effet, une des raisons d’être de l’UE, entre autres coercitions économico-sociales, est d’imposer officiellement et arbitrairement cette déstructuration familiale aux pays européens -pour mieux les conduire ensuite à une contrainte de servitude économique quasi esclavagiste (voir la dette… etc.).

    Moyennement quoi, et dans un avenir plus ou moins proche, cette mainmise sur les nations européennes et leur bouclage idéologique – excepté un formidable élan de résistance populaire – ne représentera plus pour les européistes bruxellois non élus, qu’un jeu d’enfant.

    Ainsi, théorie du Genre comprise, la nasse de l’UE européiste et totalitaire, déjà quasiment prête à fonctionner, n’aura plus qu’à attendre des augures favorables pour se refermer définitivement sur la souveraineté et la liberté des peuples. Au besoin par les armes…

    La manif du 26 mai est donc pleinement et plus que jamais justifiée…

Les commentaires sont fermés.