1789 : Fin de la démocratie française

Image d’illustration : DR, Démocratie royale.

Si nous avons l’impression aujourd’hui de voir à travers notre démocratie une bête à l’agonie, cela n’est pas une crise éphémère, mais bien le résultat de la plus grande et longue usurpation de l’histoire : la destruction de la vraie démocratie présente jusqu’en 1789 et son remplacement par une fausse démocratie française utile aux bourgeois de l’époque.

Cela faisait pourtant 7 siècles que la démocratie était présente en France et dans la plupart des pays d’Europe, via ces corporations. Dans celles-ci, les élus exerçaient leurs mandats électifs de défense du corps social de manière pragmatique, servant par leurs actes le Bien Commun.

Aujourd’hui, nous votons pour des personnes qui, lorsqu’elles sont éligibles, sont “créées par le système”, adoubées par les partis et les médias. Ensuite, elles font ce qu’elles veulent avec intelligence si elles veulent être réélues ! Ce n’était pas le cas avant 1789, puisque nous étions dans une démocratie de proximité, dans laquelle les élus agissaient pragmatiquement et efficacement.

Le 4 août 1789, la grande bourgeoisie réussit son coup de maître : l’abolition des privilèges dont ceux de ces corporations. 

Ce bouleversement politique guidé par des intérêts particuliers a conduit à des visions politiques idéologiques, déconnectées du monde réel, et nous en voyons aujourd’hui des fruits particulièrement obscurs : négation de la richesse et de la fécondité de la différence à travers la théorie du Gender et donc le mariage gaynégation du respect de la vie naissante à travers le génocide de l’avortement ou des expériences sur des petits enfants à l’état embryonnairenégation de la fin de vie digne à travers le projet de légalisation de l’euthanasie ou de liquidation des personnes âgées non-aimées et coûtant plus qu’elle ne rapporte (un système déicide et régicide ne peut que conduire à un système parricide).

C’est bien vers un monde matérialiste inhumain que la révolution française nous a conduit. Mais le plus grand des mensonges que nous ayons pu entendre est bien le suivant : Nous ne pouvons rien changer. 

Les manifestations et saines réactions liées au débat dudit “mariage pour tous” nous ont déjà prouvé qu’une flamme pouvait s’allumer. Cette flamme a été spirituelle et temporelle :

– spirituelle : de très nombreuses chaînes, veillées de prière ont eu lieu, et de nombreuses personnes, familles, paroisses se sont mises à intensément prier pour la France.

– temporelle : il n’est pas nécessaire de rappeler l’étonnante mobilisation des manifestations anti-mariage gay. À côté de cela, la bataille de la blogosphère a été gagnée en termes de nombre d’articles, de leur pertinence et de l’affluence de visiteurs.

Cette flamme spirituelle et temporelle se résume en cet acronyme : ONLR ! On ne lâche rien !

Alors, ne lâchons pas nos chapelets, ne lâchons pas notre fréquentation des sacrements, ne lâchons pas nos blogs, nos tweets, nos manifestations, nos explications rationnelles, notre pacifisme,…

En revanche, je vous invite à lâcher juste une chose en septembre… la République !

Image d’illustration : DR, Démocratie royale.

> le blog d’Elie Winsley

Articles liés

98Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Craven , 19 juillet 2013 @ 19 h 13 min

    Et la même chose pour les magistrats !

  • Monique Neveu , 19 juillet 2013 @ 19 h 14 min

    Vous n’avez encore rien vu. Voici l’avenir: Les metropoles.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/18/01002-20130718ARTFIG00550-metropoles-les-maires-se-rebiffent.php

    1. Instauration de metropoles.
    2. Vote pour tous.
    3. Principautes musulmanes en France.

  • LUC+ , 19 juillet 2013 @ 20 h 15 min

    1789 Fin de la France !

  • Eric , 19 juillet 2013 @ 20 h 39 min

    je ne sais si 1799 est la fin de la démocratie française, mais je sais que ce fut le début d’une période instable où meurtres ,assassinats, guerres s’enchainerent , et tout ce spectacle finit en 1815 avec la défaite d’un dictateur.

    ce fut aussi le début de la langage de bois : “liberté égalité fraternité ” ou la foutaise pour tous.
    Et pourtant, je reste attaché à la vision utopique d’un président élu et au service des français, et d’un parlement représentatif des français et oeuvrant pour le bien public.

    Il est évident que quand je vois la situation actuelle, je constate avec amertume qu’on en est bien loin.

  • Eric , 19 juillet 2013 @ 20 h 40 min

    vous avez lu 1789 …bien sûr

  • mariedefrance , 19 juillet 2013 @ 20 h 45 min

    @Luc+

    La France était royaliste, chrétienne et blanche.

    que reste-t-il ?

  • LUC+ , 19 juillet 2013 @ 21 h 03 min

    En ce moment plus grand chose !

Les commentaires sont clôturés.