Aux sources du parti conservateur anglais

Comme dans bien d’autres pays, la droite en Angleterre a été amenée, plusieurs fois dans son Histoire, à devoir renaître de ses cendres. Particularité de la vie politique d’outre-Manche, depuis le XVIIIe siècle ce fut le même parti, les “Tories” étant devenus officiellement “Parti conservateur”, qui sut opérer en son sein le renouvellement nécessaire.

Cette droite avait su se maintenir face aux “whigs”, organisateurs de la Glorieuse Révolution de 1688, puis de l’arrivée de la dynastie de Hanovre en 1714. Elle avait su faire face à ces adversaires “de gauche”, qui dominèrent le parlement et le gouvernement tout au long du XVIIIe siècle. Et elle les a aujourd’hui encore surclassés.

Agréablement traduit, et réédité par les peines et soins des Éditions du Trident, le roman de Disraëli, Coningsby, nous en livre le secret.

Le rejet des horreurs de ce que nous appelons jacobinisme a toujours joué, à cet égard, le rôle central.

Cependant on doit mesurer d’abord, que les forces qui, en Grande-Bretagne se sont opposées à la Révolution française, ne venaient pas toutes du conservatisme “officiel” et “historique”.

Deux exemples l’illustrent. Leurs noms sont relativement connus, de ce côté-ci de la Manche, leur histoire l’est un peu moins.

Ainsi Edmund Burke (1729-1797) avait-il pris conscience, dès les journées d’octobre 1789, de la nature inacceptable de ce qui s’installait à Paris. Dans ses Réflexions sur la révolution de France publiées en 1790 (1),  il dénonce avec lucidité la logique implacable des événements.

Or, il avait siégé aux Communes depuis 1765 en tant que “whig”. Il avait soutenu les “insurgents” américains, etc. Il ne rompra officiellement avec son parti, dont il refuse les subsides, qu’en juin 1791. Dès lors, ce “vieux-whig” sera considéré plus tard comme le doctrinaire par excellence du conservatisme.

De même William Pitt “le Jeune”, est présenté aujourd’hui, jusque sur le site officiel du 10 Downing Street, sous l’étiquette “tory”. Mais celui qu’en France nous l’appelons “le second Pitt” était lui-même le fils d’un chef de gouvernement whig, William Pitt dit “l’Ancien”. À son tour il devint Premier ministre sous le règne de George III, de 1782 à 1801, puis de 1804 à 1806. La mémoire républicaine l’exècre comme l’ennemi par excellence. La propagande des hommes de la Terreur désignait tous ses adversaires comme agents de “Pitt et Cobourg”. (2)

En fait il n’entra dans le conflit que contraint et forcé. Au départ, au cours des années 1780, cet adepte d’Adam Smith (3) poursuivait le but d’assainir les finances et de développer l’économie du pays. Quand il rompit avec la France révolutionnaire, le cabinet de Londres pensait que le conflit serait rapidement liquidé. On n’imaginait pas qu’il durerait plus de 20 ans.

Ainsi Pitt fut contraint à la guerre à partir de 1793 et la mena jusqu’à sa mort. Une partie de l’opinion anglaise, et particulièrement les “whigs” avaient applaudi aux événements de 1789. Mais c’est au lendemain de la mort du Roi que l’ensemble de l’opinion comprit que les accords resteraient impossibles avec les forces barbares qui s’étaient emparées du royaume des Lys. Dès le 24 janvier 1793, l’ambassadeur officieux (4) de la République est expulsé.

Voici donc un adversaire irréductible (5) de la Révolution française : doit-on le considérer comme un conservateur ? Le terme peut paraître encore prématuré. Et Jacques Chastenet souligne même que jamais au cours de sa carrière William Pitt ne s’est déclaré “tory”. (6)

Après 1815 les forces de droite s’étaient agrégées autour du vainqueur militaire de Napoléon (7) à Waterloo, Arthur de Wellesley devenu duc de Wellington. Son nom rassembleur tient lieu de programme. (8)

Or, à partir des années 1830 tout change. Wellington ne reviendra plus, que d’une manière très brève, qui se traduira par un échec. Car quand, laminés en 1832 les tories tentent en 1834 un nouveau “manifeste” [Disraëli qualifie celui-ci de “Manifeste sans principes”], ils vont certes réapparaître techniquement, du seul fait de l’incompétence des whigs. Robert Peel pourra former un gouvernement minoritaire avec l’appui du roi. Mais la “Nouvelle Génération”, [c’est le thème de Coningsby] cette “Jeune Angleterre” dont Disraëli et son ami Georges Smythe apparaîtront alors comme les figures de proue, considère, et le programme de 1834, et Robert Peele, lui-même comme dénués de principes et voués à l’échec.

Voici comment il les décrit :

“Cet homme politique éminent [Robert Peel] s’était malheureusement identifié, au début de sa carrière, avec un groupe qui, s’affublant du nom de tory, poursuivait une politique sans principes ou dont les principes s’opposaient radicalement à ceux qui guidèrent toujours les grands chefs de cet illustre et historique mouvement. Les principaux membres de cette confédération officielle ne se distinguaient par aucune des qualités propres à un homme d’État, par aucun des dons divins qui gouvernent les assemblées et mènent les conseils. Ils ne possédaient ni les qualités de l’orateur, ni les pensées profondes, ni l’aptitude aux trouvailles heureuses, ni la pénétration et la sagacité de l’esprit. Leurs vues politiques étaient pauvres et limitées. Toute leur énergie, ils la consacraient à s’efforcer d’acquérir une connaissance des affaires étrangères qui demeura pourtant inexacte et confuse ; ils étaient aussi mal documentés sur l’état réel de leur propre pays que les sauvages le sont sur la probabilité d’une éclipse.” (9)

[Il s’agit de la droite anglaise d’alors, qu’alliez-vous croire ?]

Jusque-là les deux partis dominants avaient représenté des factions parlementaires, elles-mêmes issues des forces sociales qui contrôlaient les sièges, en particulier ceux des “bourgs pourris. Au total 300 000 électeurs désignaient le parlement. Les Lords dominaient les Communes. Sans évoluer immédiatement vers le suffrage universel la réforme avait supprimé les circonscriptions fictives. Multipliant par trois le nombre des votants, elle allait permettre aux représentants des villes de submerger les défenseurs traditionnels de la propriété foncière et de la campagne anglaise.

Ceux-ci allient donc devoir combattre sous de nouvelles couleurs, en s’alliant avec de nouvelles forces. On peut dire qu’en grande partie Disraëli les ré-inventa. Exprimant ses idées dans des romans, ce vrai fondateur de la droite anglaise conte cette aventure dans ce Coningsby.

Beaucoup de traits de cette société peuvent paraître désuets. On les découvre dès lors avec une pointe de nostalgie. Mais, une fois dégagé de cet aspect pittoresque et charmant, tout le reste s’en révèle furieusement actuel. Nous laissons à nos lecteurs le soin de le découvrir.

Cet article a été publié en partenariat avec L’Insolent.

1. Traduites en France ses Réflexions sur la révolution de France sont disponibles en collection Pluriel.
2. Cobourg : il s’agissait du prince Frédéric de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1737-1815), général au service du Saint-Empire.
3. Écrite dans les années 1760, son Enquête sur la nature et les causes de la Richesse des nations fut publiée en Angleterre en 1776.
4. Le roi ne voulait pas reconnaître le régime institué à Paris par le coup de force républicain de septembre 1792. Mais les dirigeants révolutionnaires n’étaient en guerre, au départ, qu’avec l’Empire, “le roi de Bohème et de Hongrie”. À Londres se trouvait un ambassadeur, assez maladroit, le jeune François-Bernard de Chauvelin (1766-1832) qui venait d’être nommé par le gouvernement de Louis XVI.
5. Il la combattra en effet jusqu’à sa mort en 1806. La Paix d’Amiens de 1802 ne fut qu’un intermède (mal négocié) sous le gouvernement Addington (1801-1804) quand Pitt, partisan du droit de vote des catholiques irlandais fut contraint de donner sa démission au roi George III.
6. Cf. Jacques Chastenet, William Pitt, Fayard 1942. On lira avec plaisir de cet auteur oublié mais de qualité son Wellington et son Siècle de Victoria.
7. Le vrai vainqueur politique de Napoléon avait été lord Castlereagh, ministre des Affaires étrangères, organisateur et financier de la sixième coalition, puis personnage central du congrès de Vienne de 1814-1815.
8. À la gloire militaire près, le parallèle avec le gaullisme ne manque pas de pertinence. “Le Duc”… “Le Général”…
9. Cf. “Coningsby ou la Nouvelle Génération” page 89. Les lecteurs de Nouvelles de France peuvent se le procurer, en le commandant :
– directement sur le site des Éditions du Trident.
– ou par correspondance en adressant un chèque de 29 euros aux Éditions du Trident 39 rue du Cherche Midi 75006 Paris.
– votre libraire peut le commander par fax au 01 47 63 32 04 – par téléphone au 06 72 87 31 59 – par courriel à [email protected]

Autres articles

Memoires Jean-Marie Le Pen