Charlie Hebdo protégé par des CRS, les ambassades françaises en alerte et fermées vendredi dans des pays musulmans

Alors que Charlie Hebdo a publié mercredi des nouvelles caricatures de Mahomet, un fourgon de CRS stationne devant l’immeuble abritant la rédaction depuis mardi soir. Selon TF1, la sécurité a été renforcée autour de l’ensemble des représentations françaises à l’étranger (ambassades, consulats…) dans les pays où ont eu lieu les manifestations contre le film Innocence of Muslims.

Les ambassades, consulats et écoles françaises seront fermés dans une vingtaine de pays musulmans vendredi, jour de la prière, par mesure de “précaution” après la publication de caricatures de Mahomet en France, a indiqué mercredi matin le Quai d’Orsay.

Au Pakistan, les ressortissants français ont reçu un SMS disant : « menaces spécifiques pour la communauté française et intérêts français suite publication ce jour de caricatures par Charlie Hebdo. Vigilance renforcée », rapporte l’AFP.

De son côté, l’ambassade de France à Jakarta a annoncé mercredi la fermeture temporaire de toutes les implantations françaises en Indonésie. Ambiance…

Réactions. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a expliqué être “absolument hostile à toutes les provocations”… sauf, sans doute celles visant les catholiques car il n’avait pas pris position contre la pièce Gólgota Picnic de Rodrigo García jouée au Théâtre des Champs-Élysée l’hiver dernier.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a affirmé mardi, “dans le contexte actuel”, sa “désapprobation face à tout excès” et appelé à “l’esprit de responsabilité de chacun”. Il a également rappelé sur RTL que la communauté musulmane pouvait saisir les tribunaux pour obtenir réparation.

Pour Rama Yade, vice-présidente du Parti radical (qu’on a connu plus laïciste), “c’est la Une de trop”.

Le Conseil français du culte musulman « lance un appel pressant aux musulmans de France à ne pas céder à la provocation » tandis que son président Mohammed Moussaoui, exprime « une profonde consternation ».

Mgr André Vingt-Trois a critiqué sur Europe 1 une “provocation” à laquelle “[il] ne [s’intéresse] pas”. Idem pour Jean-François Copé qui dénonce « une provocation qui peut conduire à des violences inexcusables ».

Face à ces réactions, Charb, directeur de Charlie Hebdo, a réagi par la provocation : « C’est reprocher à une femme qui vient de se faire violer de s’être fait violer parce qu’elle était en mini-jupe. Nous on est provocateurs, on est en mini-jupe, mais qui est coupable, c’est la personne en mini-jupe ou c’est le violeur ? ».

« Par principe »Marine Le Pen « déplore tout ce qui peut heurter les croyances, la foi », a-t-elle expliqué sur France 2. « Ce n’est pas à géométrie variable chez moi », alors que « quand ça touche les catholiques, la classe politique ne s’émeut pas beaucoup ». Mais, selon la présidente du Front national, la « liberté d’expression dont découle la liberté de la presse » n’est « pas négociable ».

Quant à SOS Racisme, le lobby antiraciste “tient à apporter son soutien à l’équipe de Charlie Hebdo et ne saurait tenir pour responsable de “provocation excessive” un journal satirique qui fait du principe de laïcité et de la caricature du fait religieux son identité depuis sa fondation”, indique-t-il dans un communiqué.

Autres articles

6 Commentaires

  • mateo , 19 septembre 2012 @ 15 h 39 min

    *Toutes* les religions sont moquables et caricaturables, et il n’y a pas de reconnaissance du blasphème en France. En effet, la religion n’est jamais un caractère intrinsèque d’un individu (on ne nait pas musulman ou catholique, on le devient par un acte volontaire ou subi de la part de son entourage) : on peut changer de religion comme d’idées politiques ou de chemise.

    En revanche, les croyants eux-mêmes méritent le respect.

  • Goupille , 19 septembre 2012 @ 18 h 32 min

    Eh non… On ne change pas de religion quand on a le malheur de naître musulman. Sinon en rompant avec son entourage et en vivant dans la clandestinité.
    Car le châtiment de l’apostasie est coranique : la mort, de préférence par égorgement…
    Bienvenue dans cette religion d’amour…

    Quant à Charlie Hebdo sous protection policière : les anars ont droit, eux aussi, à leurs petites contradictions… Ils veulent bien défier l’islam, mais sans en prendre le risque, et à la condition que la communauté nationale prenne en charge leur sécurité. Grotesque…

  • bandit81 , 20 septembre 2012 @ 8 h 48 min

    les musulmans, un rien les offenses, ce sont des (…)….

  • jean-luc , 20 septembre 2012 @ 9 h 43 min

    Il faudrait chaque jour des caricatures ou des articles blasphématoires contre mahomet, le faux dieu allah (dont les medias font la promotion en parlant des 3 grandes religieux monothéistes alors que si sont liées, le christianisme étant l’oeuvre du rabbin Saul, celle-ci n’a rien à voir avec les autres et n’est qu’usurpation d’héritage), le coran, la mecque, les imams etc et ce dans tous les pays où existe la liberté d’expression. Ils n’aiment pas la pilule, qu’on leur fasse avaler de force. Quant aux protestations des crypto-intégristes du CFCM (ou celles autorités catholiques qui dévoient à nouveau leur solidarité en soutenant leurs pires ennemis) les a-t-on obligé à acheter Charlie-Hebdo. Ceci dit, le soutien à cette initiative de Charlie-Hebdo de personnages comme Mouchard/Joffrin qui sont les premiers à hurler contre la prétendue islamophobie dès que c’est un politique (de droite car le centre, qui inclut 80% de l’UMP et la gauche s’aplatissent à qui mieux mieux devant les exigences des islamofascistes) ose aborder le même sujet (ou même douter de la réalité démocratique des pseudo-révolutions arabes)

  • pierre b , 20 septembre 2012 @ 17 h 43 min

    il n’y a que des gens pas sérieux dont on ne puisse se moquer.
    regardez la gauche, par exemple, dès qu’on se fout de sa gueule, elle hurle à l’anathème et on se fait traiter de facho,
    regardez, où ça encore ?
    🙂

  • Robert , 24 septembre 2012 @ 21 h 38 min

    Dur, dur, pour un journal à prétention anarchiste de se faire protéger de ses protégés, le “culte de l’Autre suprême” dont parle si bien Madiran, par ses pires ennemis, la police.
    Finir, fonctionnaire de la pensée protégé par l’Etat, quelle déchéance.
    Un anar devrait se suicider après vingt ans, sinon il devient très vite vieux et gâteux.

Les commentaires sont fermés.