Géorgie : une démocratie Potemkine

Tribune libre de Robert Ménard*

Je rentre de Géorgie. Vous savez, le pays de la « Révolution des Roses », dirigé par un jeune politicien, Mikhaïl Saakachvili, véritable coqueluche des chancelleries et des médias occidentaux qui, en 1983, débarrassa son pays du régime sclérosé, pesant, et fort corrompu d’Edouard Chevardnadzé.

Micha, comme l’appellent familièrement ses compatriotes, est toujours éloquent, séduisant même.

Mais il a bien changé.

Aujourd’hui, règne à Tbilissi une atmosphère pesante. Le tribun a pris des accents autoritaires. Les opposants se sentent surveillés. Les médias qui le critiquent sont l’objet de mille tracasseries. Une dérive autocratique que les acquis de la révolution – éradication de la petite corruption des policiers, « maisons de la justice » qui facilitent toutes les démarches administratives… – et les nombreux immeubles de métal et de verre qui sortent de terre – et enlaidissent la capitale – ne peuvent masquer.

Pourtant, tout est là pour faire dire à des observateurs trop pressés que la démocratie s’est installée dans cette vieille nation du Caucase. Mais une démocratie Potemkine. Comme ces façades en carton-pâte que le ministre russe du même nom avait fait ériger pour masquer la pauvreté des villages lors de la visite de l’impératrice Catherine II en Crimée en 1787. On donne des gages aux Occidentaux tout en modifiant la Constitution afin de donner plus de pouvoir au Premier ministre. Car, à la manière d’un Poutine qu’on ne cesse pourtant de traiter de tous les noms d’oiseaux, on pourrait s’en inspirer et être tenté, après deux mandats de chef d’État et dans l’impossibilité légale d’en briguer un troisième, de s’octroyer le poste… On affiche son attachement à la liberté de la presse tout en plaçant sous séquestre des dizaines de milliers d’antennes paraboliques afin d’empêcher la diffusion de TV 9, la nouvelle chaîne d’information qui a surtout le tort d’appartenir à la femme de son principal opposant… Malin, Micha se souvient peut-être du rôle essentiel de la télévision Rustavi 2 lors de sa prise de pouvoir… et, du coup, multiplie les entraves à la liberté d’expression pour que le même scénario ne se reproduise pas mais au profit, cette fois, de ses concurrents.

Exagéré, de mauvaise foi, répondront les zélateurs du régime, élite qui confond allègrement modernité et démocratie. Dans les rues de Telavi, une petite ville à une centaine de kilomètres de Tbilissi, j’ai eu la curiosité de contourner les beaux immeubles qui bordent la place centrale. Seules les façades ont été repeintes, aux frais de l’État. L’arrière des bâtiments est délabré, à l’abandon.

Mikhaïl Saakachvili ressemble fort à un Potemkine à la mode géorgienne.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières.

> Son blog : robertmenard.fr

Autres articles

7 Commentaires

  • Anthénor , 20 Sep 2012 à 10:14 @ 10 h 14 min

    Saakhachvili est un agent américain tout le monde le sait. Les médias savent également ce qu’il en est des dérives autocratique du régime; mais comme d’habitude les journalistes occidentaux font l’autruche. Néanmoins, le tyran (au sens propre du terme) de Tbilissi à quand même perdu pas mal de zélateurs à l’ouest depuis son agression contre l’Ossétie !

  • deldongo , 20 Sep 2012 à 11:09 @ 11 h 09 min

    il serait honnete de préciser que Robert Ménard a été engagé par l’adversaire de Saakashvili,le milliardaire Ivanishvili,comme l’indique le site du nouvel Observateur!!!Quel crédit apporter à son analyse?Par ailleurs,Poutine a clairement annoncé récemment que l’attaque de la Géorgie avait été préparé de longue date par l’Etat major russe!!

  • Tbilissien , 20 Sep 2012 à 14:35 @ 14 h 35 min

    Quelle est le prix journalier de vos honoraires en qualite de Conqultant d’influence ?
    Cela dit, il n’y a rien d’illegal a vendre son talent.

  • yvanchala , 20 Sep 2012 à 16:18 @ 16 h 18 min

    Article tres lucide et realiste. merci. sauf que la “revolution” a eu lieu en 2003, non en 1983

  • Tbilissien , 20 Sep 2012 à 22:04 @ 22 h 04 min

    Sincerement Monsieur, quand les elections seront terminées, si vous le souhaitez, nous vous ferons visiter la Georgie que nous n’avez de toute evidence pas vue. Celle de ces jeunes qui souhaitent voir leur pays s’ouvrir vers l’occident tout comme vers le Moyen Orient et qui esperent voir continuer les reformes engagees.
    Celle de ses agriculteurs qui ne veulent plus revoir la corruption systematique se remettre en place dans les zones rurales.
    Cette Georgie des Tbilissiens qu ne veulent plus voir revenir le regne des mafias criminelles.
    Cette Georgie qui souhaite s’autodeterminer en toute indépendance des Russes, et qui ne demande qu’une chose : la paix. Comme indique ci avant, le President Poutine a clairement expose sa version des operations en 2008. La preparation de l’invasion en août est desormais clairement et sans equivoque exposee.
    Nous vous montrerons alors une Georgie qui je le repete, consolide son autodetermination. Une Georgie qui refuse le regne des clans post communistes.
    Avez vous seulement une idee de ce a quoi ressemblait la Georgie durant l’ere Post Sovietique ?

    Seulement voila : les francais aiment les grands empires, comme le fut leur Empire colonial.
    La France ne prete que peu d’egards aux petits peuples combattant pour leur autodetermination.
    L’on prefere ” bougnouliser” les Caucasiens qui tentent de renverser l’Histoire…

    Viendrez vous visiter la vraie Georgie ?

  • Raboliot , 22 Sep 2012 à 10:09 @ 10 h 09 min

    On vous avait connu mieux inspiré M. Ménard…Les milliards de Ivanichvili, votre employeur, oligarque, ami de Putin et adversaire de Saakachvili, vous discréditent à jamais et vous empêchent de porter un jugement sur la Géorgie que manifestement vous ne connaissez pas.

  • Olizefly , 12 Oct 2012 à 8:03 @ 8 h 03 min

    Monsieur Ménard, j’apprécie beaucoup vos analyses, mais là je crois que le déroulement des élections en Géorgie ont montré que vous vous trompiez lourdement sur Saakachvili et son gouvernement. C’était déjà ce que je pressentais à la lecture de votre article, mais maintenant nous en avons la preuve. Peut-être allez-vous revoir votre jugement, réanalyser la situation et nous pondre un nouvel article mieux inspiré et mieux préparé sur ce courageux petit pays en permanence menacé la Russie impérialiste ?

Les commentaires sont fermés.