L’Ecosse a montré la voie

L’Ecosse reste donc dans le Royaume-Uni. Il faut s’en féliciter. L’éclatement de la famille britannique soudée par la force depuis le XVIIIe siècle aurait été une excellente nouvelle pour la France à cette époque. En revanche, elle aurait revêtu une signification très négative aujourd’hui. D’abord, dans leur rivalité avec la France, les Anglais l’ont emporté et de rivaux sont devenus des alliés indispensables face à la menace allemande. A deux reprises ils nous en ont protégés ou sauvés. Ce serait être ingrat que de se réjouir de leurs difficultés.

En second lieu la victoire du oui à l’indépendance aurait accentué la pente suicidaire empruntée par l’Europe et accélérée par la dérive de la construction européenne. Celle-ci devait bâtir sur les décombres de la dernière guerre entre les Nations européennes un ensemble politique démocratique destiné à préserver la paix et à assurer une prospérité collective. Elle a abouti à créer une technocratie inefficace doublée d’une apparence de démocratie avec un parlement aussi coûteux qu’inutile. Entre les pays européens très riches et qui ne sont pas membres, comme la Norvège, ceux qui ont de bons résultats économiques, en ayant gardé leur monnaie, comme la Suède et le Royaume-Uni, et l’Euroland, avec sa zone allemande prospère, ses pauvres vertueux, comme l’Espagne et son mauvais élève, la France, la distance s’est creusée quand elle aurait dû se réduire. Chacun suit avant tout son intérêt national, et ne se plie à la discipline que persuadé que la révolte serait plus préjudiciable à celui-ci que l’obéissance. Cette évolution présente deux aspects : d’une part, la politique se réduit à l’économie, d’autre part, la priorité économique incline à l’égoïsme. L’Europe n’existe pas à l’échelle géopolitique. Elle confond plus ou moins son action avec celle de l’Otan, c’est-à-dire avec les Etats-Unis dont elle reste l’obligée sur le plan militaire. Sous l’aile américaine, il est confortable de réduire ses dépenses en matière de défense, et de pouvoir voter des budgets généreux et démagogiques ou de pratiquer le dumping fiscal. Cela est encore plus vrai pour les petits Etats dont le nombre s’est multiplié. Quant aux Etats qui ont été de grandes puissances, comme la France ou le Royaume-Uni, ils sont confrontés au dilemme de renoncer à leur capacité militaire ou d’être victimes de la concurrence fiscale des Etats plus petits et plus récents. L’indépendance de l’Ecosse aurait validé ce mouvement. Un nouveau pays, représentant moins d’un Britannique sur dix, mais avec un PIB par tête supérieur, aurait surgi, fort pour quelques années encore de ses hydrocarbures, et priant Londres de retirer sa défense nucléaire de son territoire, et évidemment peu soucieux de se doter d’une armée efficace, donc coûteuse.

En troisième lieu, l’exemple aurait pu être suivi et aboutir à ce paradoxe d’une déconstruction nationale lorsqu’on veut construire l’Union Européenne. C’est l’Histoire et la culture qui construisent les solidarités nationales. Ceux qui rêvent d’une Europe Fédérale des régions, par hostilité aux Nations, n’ont toujours pas compris que ni l’Histoire, ni la culture n’avaient bâti une telle solidarité au niveau du continent. L’Europe des régions détruira les solidarités nationales non en créant une solidarité européenne, mais en favorisant les égoïsmes régionaux. Il est possible que le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne. L’Ecosse souhaitait au contraire y être admise en cas d’indépendance, afin de pouvoir y faire prospérer son égoïsme, mais en gardant la Livre, bien sûr : le beurre et l’argent du beurre, dans un système d’égoïsme collectif en quelque sorte.

Mais il faut aussi tirer des enseignements positifs de ce vote. D’abord, il conforte la confiance que l’on peut nourrir à l’égard du vote populaire ( Plus de 80% de votants !) par le biais des référendums. Le bon sens l’a emporté assez largement. Sans doute celui-ci a-t-il été soutenu par les sentiments nés d’un passé commun dont les Britanniques peuvent être légitimement fiers. Mais les arguments plus rationnels fondés sur la défense, sur la dépendance extérieure, sur le poids des infrastructures, sur l’importance des déficits ou encore sur les limites des ressources énergétiques fossiles ont aussi joué leur rôle. Le comique de service que nous traînons dans la vie politique française depuis 1968, Cohn-Bendit était évidemment pour le Oui et se réjouissait à l’avance de la défaite du « nationalisme », et du « loser » Cameron. Pas de chance, et c’est un second point positif, Cameron a gagné, comme sa politique économique brocardée par nos brillants politiciens nationaux, réussit, elle-aussi. Il a d’ailleurs salué cette victoire avec modestie en assurant qu’il tiendrait compte de l’aspiration à plus de décentralisation, non seulement pour les Ecossais, mais aussi pour les Anglais. Enfin un démocrate qui ne s’intéresse pas qu’aux minorités, mais aussi à la majorité… Plus de libertés en bas, moins de technocratie en haut, plus de solidarité nationale et peut-être moins d’édredon-étouffoir européen, l’Ecosse en restant dans le Royaume-Uni a montré avec lui le bon chemin.

Articles liés

27Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Bernie , 19 septembre 2014 @ 14 h 09 min

    Pas d’accord avec Monsieur Vanneste sur notre “alliance” avec les Anglais face aux Allemands. En effet, pendant la Seconde Guerre, ils nous ont certes filé un coup de main mais pour mieux nous affaiblir. Allez demander par exemple aux personnes du Pas de Calais qui vivaient à cette époque et elles vous diront que les Anglais ont causé beaucoup plus de dégâts (avec les américains) que les Allemands. Les Anglais ont bombardé cette région n’importe comment et volontairement et n’ont pas hésité à se servir chez l’habitant. Ils ont prétexté des objectifs stratégiques pour mieux nous faire gober par la suite le plan Marshall.
    Bref, qu’on le veuille ou non, l’Angleterre n’a jamais été notre amie et ne le sera sans doute jamais.

  • jeanluc , 19 septembre 2014 @ 15 h 09 min

    C’est vrai que ça aurait été bien mieux si les Allemands étaient restés et avaient continué à piller le pays et à nous traiter en esclaves. Ou si on avait été “libérés” par les troupes de Staline, peut-être (encore que sans Front de l’ESt Staline aurait probablement perdu et le Reich ayant mis la main sur des réserves de pétrole conséquentes auraient eu de beaux jours devant lui.) Hitler détestait la France plus que tout autre pays. Vous êtes sans doute disciple du Reichsführer islamophile Soral….

  • jeanluc , 19 septembre 2014 @ 15 h 13 min

    Les indépendantistes catalans, très déçus sans doute du résultat écossais, sont en train de préparer le califat de Catalogne en se rangeant sous la bannière marocaine. Voilà de parfaits petits dhimmis. http://www.aufait.ma/2012/02/28/m-artur-mas-le-maroc-est-un-partenaire-strategique-pour-la-catalogne_150786

  • Bernie , 19 septembre 2014 @ 15 h 58 min

    Je n’ai jamais dit ça. Il faut juste arrêter d’angéliser les anglais et les considérer comme des libérateurs à qui il ne faut rien reprocher.

    Pour répondre à votre remarque, non, je ne suis pas franchement “fan” de Soral. Ces relations sont plus que douteuses, notamment ses liens avec l’islam.

  • @jean-luc , 19 septembre 2014 @ 16 h 32 min

    Si les allemands étaient restés, je me demande combien de populations extra-européennes nous serions les esclaves aujourd’hui.

    Vous semblez apprécier leur présence encombrante…

  • Gisèle , 19 septembre 2014 @ 17 h 43 min

    Que penser alors de l’histoire façon ** Illuminatis ** ??? pur délire ???
    Qui connaît vraiment les dessous des deux dernières guerres mondiales ?????
    N’avez vous pas l’impression que l’histoire est préalablement écrite et que nous en sommes les spectateurs – victimes ??

  • Stephan_Toulousain , 19 septembre 2014 @ 18 h 53 min

    article très partisant de Mr Vaneste qui oublie que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est un droit reconnu dans l’ONU.
    Etre indépendant , c’est avoir un représentant dans l’UE. Où est le problème?
    Moi ce que je retiens de cette histoire, c’est que 45% des écossais veulent leur indépendance

Les commentaires sont clôturés.