Pourquoi 2013 ?

Oui, pourquoi 2013 ? Telle est la question qu’on se pose, quand, observateur de la vie politique et sociale française depuis des lustres, ce que l’on appelait de ses vœux en vain, les analyses que l’on faisait, les livres et les articles publiés, ne suscitaient qu’une adhésion lointaine si ce n’est un nez pincé des gens bien qui, maintenant, serrent les fesses et rejoignent le camp de la contestation. Levez-vous vite, orages désirés, pouvait-on dire en détournant Chateaubriand ! Mais ces orages ne venaient pas. Certes, la situation du pays se dégradait, l’opinion bougeait quelque peu, la parole se libérait un peu et la toile (Internet) frémissait, rare bénéfice de la présidence fébrile de Sarkozy. Un signe qui ne trompait pas non plus : les intellectuels allaient décidément à l’encontre de la pensée unique, de Philippe Muray à Alain Finkielkraut, de Max Gallo à Franz-Olivier Giesbert, tout ce petit monde prenait une tangente assez nette ! Même les Unes des magazines faisaient dans le politiquement incorrect, Le Point, Valeurs Actuelles et même L’Express déclenchaient l’ire des « mutins de Panurge », la critique n’était plus sous contrôle. Et puis vint 2013, l’accélération de l’Histoire, le changement de rythme, la manifestation de l’anomie au point d’être même surpris d’avoir eu à ce point raison et, plus encore, que l’annonce des maux annoncés donne bien ce qui se passe aujourd’hui. Cette fois, peut-on se dire, la masse critique est là pour la réaction, la mèche a déjà pris d’autres sont allumées qui vont provoquer l’explosion. Quant à l’issue… La prévision est une chose difficile surtout lorsqu’il s’agit de l’avenir disait Churchill pour se moquer de la presse le pressant de questions en 1940. Soit, donc, 2013.

“Un grand merci à M. Hollande, l’énarque grassouillet d’allure bonhomme mais de fond sectaire, sans doute peu taillé pour le job.”

D’abord, un grand merci à M. Hollande, l’énarque grassouillet d’allure bonhomme mais de fond sectaire, sans doute peu taillé pour le job. Il a fait exploser ce qui restait de socialisme en France, il a, comme disent ses camarades marxistes, poussé les contradictions du système, entendez aussi le modèle français et, qui sait, les institutions de la Ve République, à l’extrême et le roi est nu ! Il y eut d’abord, non pas le social, puisque à l’amélioration du sort des Français tout s’opposait : Bruxelles, la mondialisation, BHL, bref tout le monde. On fit donc du sociétal et l’on eut le mariage gay et la réaction inattendue du pays, un million et demi de personnes dans la rue, et les accueils de ministres et les Veilleurs, bref ce qui n’aurait dû être qu’un pet foireux de lobbyistes invertis déclencha un grand souffle spirituel identitaire et enraciné. Or depuis des décennies, on avait à peu près tout retiré au peuple français :

– sa souveraineté avec l’euro et Bruxelles, et le démantèlement de son armée,
– sa liberté d’expression avec une presse aux ordres et l’unilatéralisme de l’information,
– sa liberté de circuler avec l’insécurité de nos rues et de nos transports en commun et de nos quartiers et, en revanche, une féroce répression avec arrière-pensées fiscales sur les automobilistes.
– son identité avec le cauchemar multiculturel,
– sa justice avec des magistrats inféodés à des syndicats arc-boutés sur la culture de l’excuse,
– son école, invraisemblable lieu de bourrage de crânes, le gender en prime, la baisse du niveau général. Celle-ci n’est plus “cet asile inviolable et sacré où la querelle des hommes ne pénètre pas” (Jean Zay).
– Même l’offre politique était peu différenciée, cohabitation, alternance, non-reconnaissance du vote blanc, sous-représentation des partis dès lors qu’ils sont décrétés populistes.
– On lui a pris encore sa liberté économique, pouvoir d’achat en berne, impôts, taxes, découragement des entrepreneurs et le travail qui se fait rare.

“Malgré les souffrances et les difficultés, l’année 2013 aura été comme une divine surprise.”

Bref, on lui avait déjà presque tout pris sans qu’il en fût révolté et puis, dans les tréfonds de son être, il a commencé par dire non au mariage homosexuel, non par détestation des homosexuels, mais il a senti qu’on allait lui prendre ce qui lui restait la filiation, le nom, la famille, son humanité, et qu’en échange on allait marchandiser la femme, l’enfant, ce qui était encore une façon de lui prendre ce qu’il croyait imprenable, la gratuité des sentiments filiaux. Cette fois, il a dit non, non à la dépossession de soi-même non à un État qui n’avait pas besoin de ressembler à Big Brother pour être totalitaire, en l’occurrence il avait le visage de Big Sister Taubira. Même ceux qui ne s’y opposaient pas s’étonnaient, au regard de l’acuité des problèmes, que l’on fît tant d’efforts politiques pour une cause si « futile ». Puis, ce fut le déferlement : affaire Cahuzac, les hausses d’impôts, les déficits publics aggravés, les destructions massives d’emplois, les fermetures d’usines, le grand sinistre industriel de la France, les assassinats en série à Marseille ou ailleurs, l’affaire du bijoutier de Nice, Leonarda, l’écotaxe et le blocus de Paris ! C’est alors que ce peuple si étrangement passif au regard de son passé, se réveilla, qui en Bretagne, qui avec les routiers, les entrepreneurs pigeons et dindons et poussins, aux élections la défaite du PS éliminé dès le premier tour et Hollande, dont la cote de popularité à force de descendre, va trouver du gaz de schiste. Il ne restait désormais plus au pouvoir que la bonne vieille rhétorique de l’antiracisme, Taubira étant instrumentalisée à l’insu de son plein gré. Las ! Le pétard qui servit si souvent est mouillé, ça ne marche plus, tout cela sent fort la diversion ! Oui, décidément malgré les souffrances et les difficultés, l’année 2013 aura été comme une divine surprise.

Autres articles

23 Commentaires

  • YARTALAM , 19 Nov 2013 à 15:23 @ 15 h 23 min

    Pourquoi le réveil des Français en 2013 ? Les Français en ont assez de voir des politiques
    (élus avec une faible majorité) se voter des salaires de nabab et cumuler les mandats ;
    faire passer des lois immondes sans recourir au référendum ; taxer de + en + pour dilapider toujours + ; donner aux étrangers de préférence aux Français ; avoir instauré une nouvelle devise :” faites ce que je vous dis et non ce que je fais ” ; plus d’idéaux dans cette France vendue aux banquiers et marchands de pétrole ; en résumé, les Français en ont ras-le-bol d’être pris pour des “bananes” par Hollande et sa clique…

  • Charles , 19 Nov 2013 à 15:32 @ 15 h 32 min

    Sidérante vidéo de Aldo Sterone sur la stratégie de différenciation
    appliquée par les islamistes pur beurre sur les clandestins en France.

    Comment faire porter le voile,puis les masques a des personnes
    qui n’en n’avaient jamais porté.
    Jusque en 1979,on ne voyait pas de voiles en Algérie…

    http://www.youtube.com/watch?v=IxtCT1e6HCw#t=186

  • Charles , 19 Nov 2013 à 15:57 @ 15 h 57 min

    Encore plus fort en 2013,Vladimir Poutine passe devant le grand jury russe.

    http://www.youtube.com/watch?v=UTqvcs4pLjk

  • Eric Martin , 19 Nov 2013 à 15:59 @ 15 h 59 min

    A propos des basses oeuvres de Poutine : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/a-londres-les-opposants-russes-ne-font-pas-long-feu_1247650.html

    Je me demande si ce n’est pas encore pire d’agir comme ça drapé dans les valeurs traditionnelles…

  • hector galb. , 19 Nov 2013 à 18:35 @ 18 h 35 min

    Les Français comprennent, placé dans la nécessité, qu’ils n’avaient rien à attendre de ces “capitaines de pédalo” professionnels que sont les politiciens.

    Reste à générer un système valide qui saurait se substituer au système défaillant actuel qui met les manettes entre les mains de supers incompétents et de réseaux de débiles mentaux (genre les diplômés de l’Ecole Normale Sup dont fait partie Nicolas Demorand, Stéphane Hessel, Sartre, Darrieusecq et tant d’autres “intellectuels” nuisibles à la France).

    Ce nouveau système peut très bien aussi s’assembler au fur et à mesure que les Français retrouvent une liberté de manoeuvre à leur échelon personnel.

  • phidias , 19 Nov 2013 à 18:39 @ 18 h 39 min

    A méditer pour ce qui concerne la légitimité de Hollande pour modifier la sociologie de la France
    Source : Portail du gouvernement http://www.gouvernement.fr/gouvernement/resultats de-l’élection 2012
    Hollande
    Sur suffrages exprimés : 51.62 %
    Après déduction de sa part de blancs ou nuls : 46.63 %
    Sur total des inscrits : 39.07 %
    Score réel sur total population électorale : 36.33%
    Conclusion : Hollande est légal, mais pas légitime.

  • xrayzoulou , 19 Nov 2013 à 19:01 @ 19 h 01 min

    En somme, il est élu avec une minorité : même pas 50%. Dans ce cas, les élections auraient dû être recommencées !
    Ce dernier est aussi dangereux que Poutine sous des airs débonnaires.
    J’ai lu les articles sur Poutine, cella fait froid dans le dos. Et nos socialopathes, PC, verts, extrême-gauches avec les guignols que l’on a arriverons bien à nous concocter une dictature (nous avons eu le cas avec Nicolas, innocent er Esteban accusé à tord du meurtre du gamin d’extrême gauche qui a “TRÈS COURAGEUX !” attaqué Esteban par derrière !
    Dans tous les cas Bidochon est illégitime et doit être remplacé.

Les commentaires sont fermés.